Inquiétudes sur la situation financière de Bélize

Belize a désormais deux trous célèbres, son Blue Lagoon et sa dette: nous ne sommes pas encore dans une situation de type grecque ou chypriote, loin de là, mais les signaux sont alarmants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le "Grand Trou Bleu" de Bélize (Domaine public, U.S. Geological Survey (USGS))

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Inquiétudes sur la situation financière de Bélize

Publié le 27 août 2012
- A +

Bélize a désormais deux trous célèbres, son Blue Lagoon et sa dette : nous ne sommes pas encore dans une situation de type grecque ou chypriote, loin de là, mais les signaux sont alarmants.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Le « Grand Trou Bleu » de Bélize (Domaine public, U.S. Geological Survey (USGS))

Encore un paradis pour retraités qui ne va pas très bien. Vivre au soleil dans un pays au climat accueillant, à l’immobilier moderne et moins cher qu’en France et au coût de la vie beaucoup moins élevé qu’en France est une pratique de plus en plus répandue. Parmi les destinations de choix, il semble bien que nous ayons perdu la Tunisie (à moins d’être soit même musulman) (Un élu socialiste français agressé) (évolution islamiste de la Tunisie) et voici maintenant que, pour d’autres raisons, il semblerait que nous ayons aussi perdu Bélize.

Belize, en France, est surtout synonyme de paradis fiscal. Il faut dire que dans ce petit État d’Amérique centrale coincé entre le Mexique et le Guatemala, les sociétés offshore ne paient pas d’impôts et ne déposent pas leurs comptes. Mieux, le nom du propriétaire n’est pas connu des autorités et ne figure sur aucun document. De la même façon, les trusts ne sont pas imposés. Et pour les particuliers, le statut de résident retraité permet d’échapper à toute imposition. Mais il faut justifier d’au moins 2 000 dollars de revenus mensuel à vie, ce qui est le cas de bon nombre de nos concitoyens en retraite. Mais voilà, les choses vont peut être (un petit peu) changer, car, sans crier gare, le Belize a informé le 14 août dernier qu’il était incapable d’honorer une échéance de 23 millions de dollars.

Bon, nous ne sommes pas encore dans une situation de type grecque ou chypriote, loin de là.  Le Bélize a enregistré 2 % de PIB de croissance en 2011, un déficit public sous la barre des 3 % et une dette publique de 80 %. Même le FMI se dit confiant dans la capacité du pays à redresser ses comptes. Outre son tourisme, le pays exporte des bananes, du pétrole et des agrumes. Alors, comment est il arrivé à cette situation? Malheureusement, comme souvent, les difficultés financières sont liées à la nationalisation en 2009 des télécoms, suivie l’année dernière de la compagnie d’électricité. Le pays a également beaucoup investi d’argent public dans les infrastructures pour doper le tourisme, secteur clé de l’économie.
Comment le Bélize va-t-il s’en sortir ? Dans un premier temps par la renégociation de sa dette. Il espère, selon Bloomberg, un effacement pur et simple, à hauteur de 45 %, ou un rééchelonnement de la dette sur quinze ans. Probablement cela ne suffira-t-il pas et le gouvernement devra-t-il reprivatiser des activités fort peu régaliennes. Sinon, il cherchera à augmenter ses recettes fiscales et parions que dès lors, une bonne partie de l’attrait du pays disparaîtra…

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Bref quand l’état se mêle d’économie au delà d’assurer un filet social pour les gens de condition modeste et de faire respecter la concurrence et les contrats , tout se gâte!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les lecteurs du site Slashdot ont pu questionner John McAfee, l’éditeur des antivirus du même nom, sur son passé. Comme à son habitude, John a répondu dans une franchise totale, évoquant sa vie romanesque, Google, Intel, et ses relations tumultueuses avec les États et les politiques.

 

Lire la première partie de l'interview : Les secrets de John McAfee 1/2 : drogue et corruption

Petit génie de la Silicon Valley, visionnaire informaticien, John McAfee est l’inventeur du célèbre antivirus qui porte son nom. Originaire ... Poursuivre la lecture

Cortés
0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Sous un arbre gigantesque, un homme pleure la tête cachée dans ses mains. Au petit matin du 1er juillet 1520, Fernand Cortés pleure ainsi son rêve perdu. Le conquérant de l’Empire aztèque a vu périr en une nuit la plus grande partie de ses hommes. Durant cette « triste nuit », la Noche Triste, les Espagnols ont fui de façon désastreuse Tenochtitlan, la capitale des Aztèques.

C’était il y a 500 ans, le 30 juin 1520. Cortés, le fondateur oublié du Mexique, le nationalisme mexicain ayant privilégié le my... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Maurice avec James McKeigue.

[caption id="attachment_208523" align="aligncenter" width="640"] the trip home credits kenny louie licence (CC BY 2.0)), via Flickr.[/caption]

Peu de gérants de fonds sont prêts à prendre le risque de s’embarquer avec des actions d’Amérique Centrale. La région est en effet souvent associée à la corruption, au trafic de drogue et à la pauvreté. Pourtant, en matière d’investissement, suivre la foule est rarement l’assurance d’avoir raison à long terme. L’investisseur « contrarien » se rap... Poursuivre la lecture