Avant un plan B, un plan A comme austérité !

Les conservateurs ont proposé, à l’époque, d’arriver à 80% de la réduction du déficit par la baisse des dépenses, et 20% par des hausses d’impôts et taxes ; les libéraux démocrates voulaient 100% par la baisse des dépenses. Si ça avait été essayé, le plan aurait presque certainement fonctionné.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avant un plan B, un plan A comme austérité !

Publié le 27 août 2012
- A +

Les conservateurs ont proposé, à l’époque, d’arriver à 80% de la réduction du déficit par la baisse des dépenses, et 20% par des hausses d’impôts et taxes ; les libéraux démocrates voulaient 100% par la baisse des dépenses. Si ça avait été essayé, le plan aurait presque certainement fonctionné.

Par Daniel Hannan depuis Oxford, Royaume Uni.

David Cameron & Nick Clegg

La dispute sur « les coupes » [budgétaires] est désormais devenue complètement détachée de la réalité. Ecoutez la BBC, et vous entendrez le débat présenté selon les lignes suivantes : « la coalition avec pour objectif d’éliminer le déficit d’ici 2015, a  coupé dans la dépense publique, ça a eu pour effet de rassurer les marchés et d’éviter un effondrement à la grecque mais, d’un autre côté, ça a aussi eu pour effet de freiner la croissance, et donc de réduire les rentrées fiscales, ce qui signigfie que, maintenant, le déficit ne sera pas aboli avant au moins 2017. Certaines personnes pensent que nous devons nous concentrer sur la croissance, et pas l’austérité. Elles appellent à adopter un plan B. »

Chaque hypothèse contenue dans ce résumé est fausse. Les dépenses nettes de l’État sont plus élevées maintenant qu’il y a 3 ans. La réduction de déficit qui a été obtenue l’a été largement par des hausses d’impôts et taxes, plutôt que par des coupes dans la dépense. La raison pour laquelles les coûts d’emprunt de l’État sont bas n’est pas à cause d’un programme d’austérité imaginaire, mais parce que la Banque d’Angleterre a sorti de son chapeau comme par magie 400 milliards de livres sterling via le « quantitative easing », les a donné aux banques et leur a dit d’acheter de la dette de l’État avec. La croissance et l’austérité ne sont pas antinomiques : le désastre a été causé, en premier lieu, par de la croissance qui carbure à la dette. Quant à « plan B », personne n’a essayé le plan A jusqu’ici : dépenser moins.

Ca vaut la peine de nous remémorer que les trois principaux partis ont disputé la dernière élection en promettant une politique budgétaire plus serrée que nous n’avons maintenant. Les deux partis partenaires de la coalition voulaient éliminer le déficit d’ici 2015. Les conservateurs ont proposé, à l’époque, d’arriver à 80% de la réduction du déficit par la baisse des dépenses, et 20% par des hausses d’impôts et taxes ; les libéraux démocrates voulaient 100% par la baisse des dépenses.

Si ça avait été essayé, le plan aurait presque certainement fonctionné. Les coupes d’impôts et taxes stimulent la productivité -c’est pourquoi, à moyen terme, des taux d’imposition plus bas créent plus de rentrées fiscales. De la même façon, retirer de l’argent au secteur productif -hausse de la TVA, hausse des charges sociales, taxes sur la facture énergétique- ralentit la croissance.

Le débat dans les médias est maintenant si éloigné des données que nous avons droit à une dispute sur la question de savoir si le ralentissement économique a été causé par « les coupes ». C’est comme d’être pris au piège dans une pièce de Ionesco.

Laissez-moi le dire une fois de plus. Le plan B -si plan B signifie relance par la dépense- n’est pas une nouvelle option épatante. C’est ce qui nous a mis dans ce pétrin.

—-

Sur le web.

—-

Même si l’Etat dépense plus, on lui reproche ses coupes budgétaires.

Toujours pas de coupes budgétaires.

Pas de coupes budgétaires au Royaume-Uni.

Coupes budgétaires ?

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Mais comment l’Angleterre, qui avait Thatcher quand nous avions mittérrand en est-elle là !

    • Gordon Brown, cela vous parle? Il a laissé filer les dépenses à la vitesse grand V! C’est la raison principale des difficultés actuelles de l’Angleterre.

      • Tony Blair n’était pas mal dans le genre aussi. Combien de fonctionnaires supplémentaires a-t-il recruté ? Un ou deux millions ?

  • Même si vous dites vrai, la Grande Bretagne a toujours eu une politique plus libérale (c’était pas difficile) que la France et sans avoir opté pour l’Euro.

    Et finalement ce sont deux nations qui se retrouvent dans la même situation, à peu de chose près.
    Au détail près que les Français sont bient moins endettés que les Anglais.

    Les conclusions à en tirer sont loins d’être évidentes.

    • Pour ce que j’en comprends, la politique économique anglaise était aussi voire plus étatiste que celle de la France pendant une bonne partie des trente glorieuses. Aussi leur situation était nettement pire que la nôtre avant Thatcher et ils ont fait mieux depuis. Sur l’euro, il faut bien comprendre que le fait de ne pas l’avoir adopté ne préserve pas de tout, notamment du déluge de règlementation produit par l’Union Européenne.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vivons-nous dans un monde fini ?

Le simple fait de poser la question suscite parfois des réactions indignées tant la réponse semble évidente. Pourtant, la question des ressources naturelles et de leurs limites est complexe. Une façon utile d’y réfléchir, sans pour autant prétendre la régler, est de considérer le monde entrepreneurial. Cela nous permet de développer une approche plus nuancée, et moins pessimiste, de la question.

 

La leçon des entrepreneurs

Que peuvent nous apprendre les entrepreneurs sur la notion de... Poursuivre la lecture

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles