Nous sommes-nous habitués à la saleté ?

L’hygiène de La Havane dénote une détérioration alarmante et crée un scénario propice à la propagation de maladies.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints578 Cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous sommes-nous habitués à la saleté ?

Publié le 24 août 2012
- A +

L’hygiène de La Havane dénote une détérioration alarmante et crée un scénario propice à la propagation de maladies.

Par Yoani Sánchez , depuis La Havane, Cuba.

Photo de Orlando Luis Pardo Lazo.

Un adolescent écrit avec son index les mots “lave moi” sur la vitre couverte de poussière de l’autobus. Une mère demande à son fils comment sont les toilettes de l’école et il lui confirme que « la puanteur l’empêche d’y entrer ». Une stomatologue mange une friture devant son patient, et sans se laver les mains elle entreprend de lui arracher la dent. Un passant laisse goutter le fromage de sa pizza, juste sortie du four, sur le trottoir où il se répand en une flaque de graisse. Une serveuse nettoie avec un torchon nauséabond les tables du glacier Coppelia et dispose les verres tout collants des couches de laitage mal lavées. Un touriste boit avec fascination un mojito dans lequel flottent plusieurs glaçons faits avec l’eau du robinet. Une fosse septique déborde à quelques mètres de la cuisine d’un centre de loisirs pour enfants et adolescents. Un cafard file comme une flèche sur le mur du cabinet pendant que le médecin ausculte le patient.

Je pourrais en rajouter mais j’ai préféré faire une synthèse de ce que j’ai vu de mes propres yeux. L’hygiène de cette ville dénote une détérioration alarmante et crée un scénario propice à la propagation de maladies. La poussée de choléra à l’est du pays est un triste avertissement de ce qui pourrait aussi arriver dans la capitale. L’absence d’une instruction sanitaire, dès les premières années de la vie, fait que nous en sommes arrivés à accepter la saleté comme l’environnement naturel dans lequel nous devons nous déplacer. Les carences matérielles augmentent également le risque épidémiologique. Beaucoup de mères utilisent plusieurs fois les couches jetables du bébé en les doublant de coton ou de gaze. Les bouteilles de plastique récupérées dans les ordures servent de récipient pour les fabricants de yaourts domestiques ou pour les vendeurs de lait sur le marché illégal. L’alimentation en eau déficiente, dont souffrent beaucoup de quartiers, diminue le lavage des mains et aussi le nombre de bains par semaine. Les prix élevés et la pénurie des produits de nettoyage compliquent encore davantage la situation. Actuellement il est même difficile de trouver dans une boutique une serpillère pour nettoyer le sol et les détergents sont également rares. Rester propre est devenu cher et compliqué.

La semaine dernière, les médias ont annoncé un nouveau code sanitaire pour le maniement des aliments, mesure sans doute bienvenue. Mais les graves problèmes d’hygiène de La Havane ne se résolvent pas sur la base de décrets et de résolutions. Enseigner l’hygiène, glorifier dès le plus jeune âge la nécessité de la propreté serait une étape capitale pour arriver à de véritables résultats. L’école doit être un modèle de propreté et non l’endroit où les élèves doivent se boucher le nez pour aller aux toilettes. Le maître doit transmettre les normes d’hygiène, tout comme il enseigne les règles de grammaire et les formules mathématiques. On doit également réduire le prix et stabiliser la fourniture des produits de nettoyage du corps, du linge et de la maison. Cela est devenu incontournable et obligatoire dans la situation que nous connaissons. Nous avons besoin de mesures urgentes qui ne restent pas sur le papier mais qui frappent les consciences, secouent cette résignation à la saleté qui nous entoure et  nous redonnent une ville propre et soignée.

—-
Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

nitrites
2
Sauvegarder cet article

Le mardi 12 juillet 2022, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) présentait un avis révisé, un rapport d'expertise collective, « Évaluation des risques liés à la consommation de nitrates et nitrites » (communiqué de presse, foire aux questions).

 

« La charcuterie tue ! »

Le Journal du dimanche semble avoir été le bénéficiaire d'une fuite d'une synthèse de onze pages communiquée « aux autorités ». Selon le chapô de son article, « L’agence sanitaire Anses reconnaî... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles