Face au pillage du mobilier national, l’État doit améliorer la gestion de son patrimoine

Les trésors de la République sont encore bien mal gardés. Beaucoup de progrès restent à faire pour suivre le patrimoine du mobilier national et punir ceux qui le détournent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le bâtiment du Mobilier National à Paris

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face au pillage du mobilier national, l’État doit améliorer la gestion de son patrimoine

Publié le 16 juillet 2012
- A +

Les trésors de la République sont encore bien mal gardés. Beaucoup de progrès restent à faire pour suivre le patrimoine du mobilier national et punir ceux qui le détournent.

Par Jeanne Pavard.
Article publié en collaboration avec le Cri du Contribuable.

Le bâtiment du Mobilier National à Paris

Les trésors de la République sont bien mal gardés. Depuis que la Cour des comptes s’est alarmée de l’absence d’inventaires des collections publiques, une Commission interministérielle de récolement des dépôts d’œuvres d’art a été mise en place afin de localiser les œuvres des ministères, ambassades, palais de Justice, universités… Son président, Jean-Pierre Bady, a rendu en 2007 au ministre de la Culture son 9e rapport, dont pas un n’a été publié ! Dans Museum Connection [1], Emmanuel Pierrat et Jean-Marie de Silguy révèlent ce qui s’apparente à un véritable pillage !

À Aix-en-Provence, c’est un magistrat qui est surpris à déménager nuitamment des meubles du Palais de Justice, au ministère de l’Agriculture, c’est une sculpture en marbre de 2,10 m qui se volatilise, à l’Assemblée nationale, c’est le président Jean-Louis Debré qui constate que 39 pièces sont introuvables, parmi lesquelles des tables de jeux Restauration en acajou, une bergère Premier empire, et… un Picasso !

Avec un taux de perte de 26%, le ministère des Affaires étrangères est le plus mauvais élève. Les ambassades, richement dotées, sont les plus faciles à dépouiller. En particulier en Europe de l’Est, où l’on retrouve des objets provenant des représentations françaises sur le marché de Naschmarkt, à Vienne.

Le Mobilier national conserve plus de 200 000 meubles et objets d’art mis à la disposition des élites de la République. Pister les dépôts est une tâche difficile, confie Bady en évoquant son travail à la tête de la commission de récolement :  « On a affaire à des gens puissants et je ne veux pas faire preuve d’une attitude trop policière. Notre rôle est largement pédagogique, l’important est qu’une prise de conscience s’opère et débouche sur des habitudes plus rigoureuses » [2].

Ainsi de la Mairie de Paris, dépositaire de 11 tapis et tapisseries de grande valeur, dont 5 commandés à la Savonnerie par Colbert, qui a refusé, de 1982 à 1997, de répondre aux demandes de restitution de la Cour des comptes et n’a toléré aucune inspection.

En 1997, la Cour des comptes constatait déjà que le Mobilier national avait meublé 250 logements de fonction d’autorités non ministérielles. Elle pointait par ailleurs que pour de nombreuses pertes et vols avérés, aucune plainte n’avait été déposée… Il faut dire que le législateur est pour le moins magnanime. En cas de disparition, « l’émission d’un titre de perception pour la valeur des pièces, estimée au moment où la disparition est constatée, ou l’acquisition, sur proposition du déposant, d’une pièce équivalente qui sera inscrite sur les inventaires du déposant ». À croire que les occupants des Palais de Justice y trouvent leur compte !

Sur le web

  1. Museum Connection, d’Emmanuel Pierrat et Jean-Marie de Silguy, Editions First, 2008
  2. Le Monde, 17 septembre 2006
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « L’Etat absolu n’est simplement qu’une forme institutionnalisée du banditisme, quelque soit le gang particulier qui prend le pouvoir »

    Ayn Rand

  • « On a affaire à des gens puissants et je ne veux pas faire preuve d’une attitude trop policière »… est-il besoin d’en dire plus?
    Quand on a un taux pareil de disparitions, et qu’on n’a ni système centralisé de dépot ni de suivi, à l’époque où on milite pour mettre des mouchard sur la vaoiture de chaque français, ou on impose des compteurs intelligents, ces arguments ne tiennent que si l’état lui-même et les représentants du peuple, à savoir les députés et les sénateurs, ne veulent pas qu’un tel suivi soit fait. Et il n’y a qu’une seule raison possible pour ne pas vouloir un tel suivi.
    Enfin, il n’y a aucune raison pour prendre des gants en ce qui concerne le vol par qui que ce soit des biens d’autrui, fussent-ils ceux de l’état et donc du pays dans son entier.

  • Il est urgent que l’état se défasse de ces objets de « faste ». l’état n’est pas là pour singer l »ancien régime et le fait que nos « élites » vivent comme des princes m’a toujours choqué et indigné. Ce ne sont que de médiocre fonctionnaires vivants à nos crochets, la modestie et l’ascétisme devrait être leur quotidien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP.

Cet article fait suite à « Propriété & Responsabilité : des solutions pour la France (I) » publié hier. Dans les deux cas, il s’agit de la mise en forme de mon intervention lors de la Xème Conférence de la Liberté organisée du 20 au 22 sept. 2019 à Saint-Paul-lès-Dax par le Cercle Frédéric Bastiat sur le thème « En finir avec l’inflation législative et réglementaire : revenir au droit de propriété. »

J’ai intercalé dans le texte les diapositives de mon diaporama.

Application de l’article précédent à cert... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Dans son rapport 2019, la Cour des comptes n’est pas tendre pour le Mobilier national. Direction et syndicats s’offusquent bruyamment… On comprend pourquoi : sous le lustre des tapis et des fauteuils Grand Siècle se cachent abus et privilèges des agents et accomplissement médiocre des missions.

C’est officiel, les magistrats de la Cour des comptes n’ont pas plus de cœur que de sensibilité artistique ! Avec leur immonde politique de la calculette et leur mesquinerie maladive pour des broutilles, ils vont finir pa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Il y a plus de trente ans, Franz Landry s'est rendu à Paros. C'est là qu'il "a revêtu son nom de guerre et l'armure de son destin". Car, depuis son retour, il signe ses œuvres, encres et sculptures, du nom du monastère érigé sur cette île des Cyclades, Logovarda.

Slobodan Despot l'a visité dans son "couvent" de La Ferrière, dans le Jura, où il vit retiré, seul ou presque, avec sa femme, Danielle, et quelques animaux, au milieu de nulle part, dans un antre spacieux et sile... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles