Étude économique de la Turquie 2012

L’économie turque a connu une reprise vigoureuse après la crise mondiale, mais des déséquilibres macroéconomiques intérieurs et extérieurs sont apparus au cours de ce processus

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Étude économique de la Turquie 2012

Publié le 13 juillet 2012
- A +

L’économie turque a connu une reprise vigoureuse après la crise mondiale, mais des déséquilibres macroéconomiques intérieurs et extérieurs sont apparus au cours de ce processus.

La croissance a avoisiné 9% en 2010-11, accompagnée de la création de nombreux emplois. Néanmoins, le déficit des paiements courants s’est creusé pour atteindre environ 10% du PIB, tandis que l’inflation des prix à la consommation a dépassé 10%. Le ralentissement de l’économie mondiale en cours contribue à résorber quelque peu ces déséquilibres, mais ils restent une source de fragilité car l’économie turque demeure très dépendante de la confiance des investisseurs et des entrées de capitaux étrangers, dans un environnement international fragile.

Le rééquilibrage de l’économie a débuté, mais il doit être renforcé. Parallèlement au ralentissement de l’activité intérieure, la baisse du taux de change au cours de l’année 2011 a permis de réaliser des gains de compétitivité et de résorber une partie du déficit des paiements courants, mais ces gains pourraient disparaître si l’important écart d’inflation avec ses partenaires commerciaux persiste. La décélération récente de l’inflation est due aux effets de répercussion favorables du taux de change et à l’évolution des prix des produits alimentaires et de l’énergie, mais les anticipations d’inflation ne sont toujours pas arrimées à des taux faibles à un chiffre. Un rééquilibrage durable exige d’agir sans relâche sur le front de la politique macroéconomique et structurelle.

Un nouveau régime de politique monétaire a été mis en place fin 2010 afin de tenter de contenir la demande intérieure sans attiser les entrées de capitaux et provoquer une appréciation excessive du taux de change. Ce régime a contribué à améliorer la compétitivité et à rééquilibrer la demande, mais l’inflation est restée supérieure à l’objectif et sa réduction doit redevenir prioritaire. La politique budgétaire a maintenu les finances publiques sur une trajectoire viable, mais un resserrement supplémentaire pourrait être nécessaire pour soutenir la politique monétaire et constituer des réserves suffisantes en cas d’affaiblissement de la conjoncture internationale.

La compétitivité extérieure reste essentielle pour améliorer les performances économiques de la Turquie à court et à long termes. Des gains de compétitivité sont nécessaires pour rééquilibrer la demande intérieure et extérieure et soutenir la croissance de l’emploi, des revenus et de l’épargne intérieure. Ils sont également indispensables pour améliorer les possibilités d’emploi des travailleurs peu qualifiés, qui constituent la majorité de la main d’œuvre turque, et contribuer à réduire la pauvreté et à renforcer la cohésion sociale. Compte tenu de la spécialisation commerciale de la Turquie, il est important d’améliorer la compétitivité hors prix, mais il reste essentiel de maintenir la compétitivité prix.

Le renforcement structurel du secteur des entreprises sera déterminant pour stimuler la productivité. Un trop grand nombre d’entreprises et d’emplois sont créés dans le secteur informel et les compétences de la majorité de main d’œuvre restent insuffisantes. Ces deux handicaps pénalisent la productivité et la compétitivité. Pour encourager l’embauche et la croissance dans le secteur formel plus productif, d’ambitieuses réformes du marché du travail et des contrats de travail plus souples sont indispensables. Pour renforcer le capital humain, le taux de scolarisation a été sensiblement accru, mais la marge d’amélioration de la qualité et de l’équité reste importante. En outre, le relèvement du niveau des compétences de la main d’œuvre existante doit être une priorité.

La production potentielle et les niveaux de vie pourraient être améliorés de 25 % d’ici 2030 par rapport au scénario de base, selon des scénarios qui intègrent des réformes du marché du travail et de l’enseignement.

Télechargez les données en Excel.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Par Claudio Grass.

Pour beaucoup d'entre nous, quelle que soit notre connaissance de l'histoire, des affaires politiques ou des questions socio-économiques, les conditions actuelles en Occident, et en particulier en Europe, peuvent parfois ressembler à l'intrigue d'un mauvais film. On dit souvent que l'histoire ne se répète pas mais qu'elle rime et ce que nous voyons aujourd'hui en est un excellent exemple. Néanmoins, on aurait pu s'attendre à ce qu'au moins certains des responsables des « grandes décisions » aient appris quelque chose... Poursuivre la lecture

Les trois moteurs de la saga des cryptomonnaies auront été des escrocs lunaires — souvent programmeurs — des idiots utiles et bien sûr ceux sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible : des millions de victimes.

 

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

La cryptomonnaie est une unité produite par un algorithme informatique qui, par des contraintes mathématiques et techniques, ne les produit qu’en nombre limité. Cette unité purement informatique et technique est baptisée « monnaie » par celui qui l’a produite. En vertu de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles