Les régularisations de Manuel Valls

Manuel Valls, ministre de l’intérieur, a défini dans un entretien au Monde la politique migratoire qu’il entend mener : rester « ferme » et ne pas procéder à des régularisations massives.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 321 régularisation Valls

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les régularisations de Manuel Valls

Publié le 26 juin 2012
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Manuel Valls, ministre de l’intérieur, a défini dans un entretien au Monde la politique migratoire qu’il entend mener : rester « ferme » et ne pas procéder à des régularisations massives.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Louise Rieth et Pierre Farge.

Après une trilogie de tribunes racontant le fonctionnement défaillant de l’État en matière de droit des étrangers, et symptomatique de leur traitement sur notre sol, Pierre Farge, avocat, témoigne de nouvelles péripéties dans ce dossier.

Ayant pourtant fait condamner l’État à accorder un rendez-vous à un étranger souhaitant régulariser sa situation, l’État refuse de lui délivrer le titre de séjour en résultant, alors qu’il remplit toutes les conditions. Vengeance, ou corporatisme ?

Depuis... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles