Il ne nous reste plus qu’un mois… à peine un mois…

Nous sommes à un mois de la déclaration de politique générale de Jean-Marc Ayrault, c’est-à-dire à un mois de l’annonce d’une pluie de prélèvements, d’impôts et de taxes qui vont s’abattre sur les Français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il ne nous reste plus qu’un mois… à peine un mois…

Publié le 13 juin 2012
- A +

Nous sommes à un mois de la déclaration de politique générale de Jean-Marc Ayrault, c’est-à-dire à un mois de l’annonce d’une pluie de prélèvements, d’impôts et de taxes qui vont s’abattre sur les Français.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Selon Les Échos, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a prévu de faire sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale le 2 ou 3 juillet. Il n’a donc aucun doute quant à sa présence à Matignon à cette époque. Apparemment, le collectif budgétaire (projet de loi de finances rectificative), qui intégrera les premières mesures fiscales du quinquennat, devrait être présenté en conseil des ministres le 4 juillet. Il est à craindre que les mesures fiscales qui seront annoncées en ce début d’été et une fois les élections législatives passées soient assez terribles. 

« Il y a d’autres moyens que de réduire les dépenses (publiques). Nous, nous pensons qu’il y a d’énormes marges de manœuvre en faisant rentrer des impôts complémentaires », a déclaré lundi dernier la première secrétaire du PS, Martine Aubry. Bien évidemment, toutes les suppositions sont possibles afin de comprendre ce que recouvre le terme « impôts complémentaires ». Le problème, c’est « énormes ». La France étant déjà le pays où les prélèvements obligatoires sont les plus élevés du monde et qui connait le plus grand nombre de taxes, prélèvements et impôts, nous ne pouvons être que dubitatifs quant aux mesures qui permettraient de lever des montants « énormes ». Ce ne sont, en tout état de cause que des mesures à large assiette, car vous connaissez la règle qui veut qu’un petit impôt assis sur une large assiette rapporte toujours plus qu’un gros impôts sur une assiette étroite. De plus, ne sous-estimons pas la fuite. Un public aisé et informé a toujours plus de facilité à échapper, par la fuite en dernier ressort, à la sur-imposition alors que le public de masse est scotché en France et obligé de se soumettre.

L’imagination sera probablement mise à « contributions » (excusez-moi, je n’ai pas pu m’en empêcher) afin de vous proposer quelques nouveautés en plus des grands classiques déjà annoncés comme la diminution du montant exonéré sur les successions ou les donations, l’augmentation des prélèvements obligatoires sur les « revenus du capital » (votre assurance vie) qui vous sera présenté comme compensé par le doublement du plafond du livret A dont les intérêts resteront en-dessous de l’inflation.

En tous cas, la déclaration de Madame Aubry est claire, pas question de diminuer le coût de fonctionnement de l’État, ce sont aux citoyens de payer plus. Ce à quoi, d’ailleurs, nous nous attendions au regard de la composition du gouvernement, puisque, sexes et couleurs de peaux mises à part, nous avons un gouvernement parfaitement monolithique, composé à 100% de… fonctionnaires !

Enfin, n’oublions pas que Madame Aubry, qui a très certainement « vendu la mèche » pour montrer à ses électeurs que bien que laissée sur le côté du chemin gouvernemental, elle est quand même « au courant », est l’actuel maire de Lille. Or, c’est son prédécesseur, alors Premier ministre (lui !) d’un Président socialiste, qui avait imaginé et imposé… « l’emprunt obligatoire ». Une piste à explorer, peut être ?

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles