La monnaie, histoire d’une imposture

Philippe Simonnot et Charles Le Lien, dans un livre aux fondements historiques solides, montrent que l’abandon de l’étalon-or est la source principale des difficultés monétaires de ces dernières décennies. Chronique du livre « La monnaie : histoire d’une imposture » (éditions Perrin, mai 2012).

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La monnaie, histoire d’une imposture

Publié le 1 juin 2012
- A +

Philippe Simonnot et Charles Le Lien, dans un livre aux fondements historiques solides, montrent que l’abandon de l’étalon-or est la source principale des difficultés monétaires de ces dernières décennies. Chronique du livre « La monnaie : histoire d’une imposture » (éditions Perrin, mai 2012).

Par Jacques Bichot.

Les analyses de la crise de la zone euro se fondent le plus souvent sur la théorie des zones monétaires optimales. Le projet de création d’une monnaie unique a tout de suite été critiqué du fait que l’Union européenne était trop disparate, pas assez solidaire, pas suffisamment intégrée économiquement et politiquement. La suite des évènements a montré que ces craintes étaient fondées : l’hétérogénéité des pays membres de l’Euroland et les facilités que l’appartenance à cette zone apporte aux pays dont les habitants ont tendance à ne pas produire autant qu’ils consomment constituent bien la raison principale du marasme actuel.

Mais si le laxisme est la cause immédiate des malheurs de l’Europe, quelle est la cause de cette cause ? Cette question est l’objet du livre de Philippe Simonnot et Charles Le Lien : « La monnaie, histoire d’une imposture » (Perrin, 2012 – paru le 31 mai). Comme il se doit, leur enquête est à la fois historique et analytique. Ils testent leur conception de la monnaie dans le grand laboratoire que constituent deux ou trois millénaires d’organisation monétaire de la vie en société, pour aboutir à la conclusion que la cause principale de nos désordres monétaires est l’abandon de la référence à un bien monétaire tel que l’or. L’imposture dont fait état le titre de leur ouvrage est ce que j’avais appelé la coupure du cordon ombilical [1] entre le « fabuleux métal » et la numération, mise en œuvre à l’aide de créances, de comptes et de billets, qui constitue depuis longtemps le cœur de la technique monétaire.

La convertibilité en or est en effet, aux yeux des auteurs, ce qui interdit aux agents, et tout particulièrement aux États, de tricher, d’utiliser la forme numérique de la monnaie pour en créer à leur profit de façon à pouvoir s’approprier des biens et des services au-delà de ce qu’ils produisent ou prélèvent.

L’ouvrage montre par exemple que durant les deux dernières décennies, les États ont pu s’endetter outrageusement grâce au ratio Cooke, qui « ne prend pas en compte les crédits bancaires accordés par les banques aux États sous prétexte qu’ils seraient sans risque. » Nous sommes bien là au centre du dispositif de monétisation des dettes publiques, laquelle monétisation a été depuis 30 ans le fait des banques de second rang bien plus que des banques centrales. Celles-ci sont simplement venues au secours des établissements fragilisés par le laxisme généralisé des politiques de crédit.

Philippe Simonnot (CC, Wikibéral)

Mais pourquoi ce laxisme ? Les banques centrales n’ont pas tenu la bride serrée aux banques commerciales parce qu’il est difficile d’imposer aux autres une discipline si l’on est soi-même libre de faire quasiment n’importe quoi. Et la seule discipline qui puisse être appliquée aux banques centrales est, disent nos auteurs, l’étalon-or. Ils ont vraisemblablement raison, même si leur sympathie pour une conception « réaliste » de la monnaie (monnaie marchandise ayant une valeur intrinsèque) n’entraîne pas forcément l’adhésion. Qu’est-ce qui peut bien obliger les banques centrales à jouer les Pères Fouettard plutôt que les Papas Noël, si ce n’est la peur de la diminution de leur stock d’or, susceptible de déboucher sur une faillite ?

Nos auteurs attachent naturellement une grande importance au 15 août 1971, jour où le Président Nixon rompit le lien – devenu à la fois ténu et gênant – entre le dollar et l’or. Mais l’intérêt de leur ouvrage est de montrer que depuis la création de la Bank of England à la fin du XVIIe siècle, les banques d’émission, puis les banques centrales ont servi aux États à être de moins en moins liés par la contrainte de l’équilibre budgétaire.

Ces institutions se sont interposées entre le citoyen et le métal précieux : autorisées à rembourser les dépôts en billets plutôt qu’en monnaies métalliques, les banques commerciales ont été ainsi protégées de la sanction naturelle que constitue un « run » [2]débouchant sur la faillite faute d’or en suffisance dans les coffres. Lorsque le système de réserve fédéral lui-même fut affronté à la diminution du nombre de tonnes d’or entreposées à Fort Knox, l’inconvertibilité du dollar en or supprima (comme l’inconvertibilité du Franc et du Mark en 1914, mais de manière plus irréversible) cette dernière forme de sanction automatique.

« Le gardien du gardien de la monnaie », c’était l’or, disent très justement Simonnot et Le Lien, en regrettant que désormais il n’existe plus de gardien des gardiens. Le FMI a un peu joué ce rôle, mais sa trousse de secours a pris plus d’importance que son gros bâton. Seule la convertibilité en or permettrait d’instaurer une discipline monétaire et budgétaire compatible avec le fonctionnement harmonieux de l’économie.

Il faudra certainement un second ouvrage pour exposer plus en détail les perspectives d’étalon-or ouvertes en conclusion par ces auteurs, et en faire une première étude d’impact et de faisabilité. « Mettre fin au monopole d’émission, dénationaliser les banques centrales, abroger les lois instituant le cours forcé des monnaies et le cours légal, défiscaliser la négociation de l’or » : Quid de la mise en œuvre de ces propositions, et quels seraient précisément leurs effets ?

La critique effectuée par Philippe Simonnot et Charles Le Lien n’est pas de celles qui méritent d’être jugées trop faciles : solidement documenté, rempli d’arguments pertinents, leur ouvrage est de grande qualité. Reste que l’art est difficile : messieurs, à vos plumes !

—-
Article paru initialement sur le Cercle – Les Echos. Acheter le livre sur Amazon.

  1. J. Bichot, Huit siècles de monétarisation, Economica, 1984.
  2. Ruée sur les guichets pour se faire rembourser.
Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Le ratio Cooke est effectivement néfaste lorsqu’il affuble les dettes publiques d’un risque nul, comme le nez rouge sur le visage du clown. Bien au contraire, les dettes publiques portent le risque financier maximal puisque les Etats peuvent faire défaut sans jamais risquer de disparaître. Les Etats font défaut, les entreprises font faillite. La confusion entre faillite et défaut provient d’une erreur économique essentielle : incapables de produire la moindre richesse nette, les Etats ne sont pas des agents économiques.

    Ceci dit, l’utilisation du mot « étalon » consiste en un abus de langage. Cet étalon-là n’a rien à voir, par exemple, avec la convention objective du mètre-étalon. L’étalon-or est censé représenter la valeur, notion dont les nombreux débats à son sujet démontrent qu’il s’agit d’une référence subjective. Parce qu’elle est subjective, la valeur de l’étalon-or doit être imposée par la force publique. Dans ce cadre, l’étalon-or pose le même problème que la monnaie fiduciaire monopole d’Etat, à savoir le risque d’être, à chaque instant, modifié ou abandonné arbitrairement.

    Etalon-or imposé par la force publique ou monnaie fiduciaire monopole d’Etat : même imposture, même arbitraire, même « relique barbare ».

  • Je viens de le lire, je pense que même si l’étalon-or est largement préférable au système actuel, comme le dit Bubulle, l’étalon-or permet aussi la dévaluation. Seulement, celle-ci est officiellement reconnue par l’Etat et atteint donc plus directement sa crédibilité.

    Mais les auteurs ont la sagesse de ne pas recommender l’instauration d’un monopole de la monnaie fondée sur l’étalon or, et par leur 4 propositions reprises à la fin de l’article ci-dessus, ils ouvrent la voie à la fin du monopole de la monnaie, qui permettrait enfin aux bonnes monnaies de chasser les mauvaises. Certaines seraient basées sur des métal précieux, d’autres sur la crédibilité d’institutions publiques ou privées, et de leur capacité à ne pas créer de mauvaises monnaies.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’inflation a menti, elle n’a pas fait ce qu’elle avait promis. Alors qu’elle devait s’essouffler, elle a accéléré de plus belle. Hier, c’était la hausse des prix de l’énergie, puis des prix des biens durables, aujourd’hui les prix de l’alimentaire, et demain les salaires ? Certes, Poutine n'était pas prévu, ni le reconfinement chinois. D’une manière générale on avait naïvement cru que l’offre s’empresserait de s’ajuster à la demande une fois le monde déconfiné, afin d’éviter des tensions sur les prix des biens trop rares. Résultat, l’inflati... Poursuivre la lecture

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

À cause de l'inertie de la Banque centrale, sur un an, l'euro a chuté de 14 % par rapport au dollar.

Mais pas d’inquiétude, explique un article chez Bloomberg. Cela touche toutes les monnaies, pas seulement la nôtre.

La livre sterling est aussi en baisse de plus de 10 %, et le yen, la pire des grandes devises, a chuté de près de 15 % sur un an, par rapport au dollar.

L’auteur, Marcus Ashworth, précise que « c’est un problème collectif. Et la résolution du problème sera collective également… »

Par ailleurs, Capital ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles