Cinq années de plus pour les rats de laboratoire

Une nouvelle période de 5 ans commence. Mais l’expérience socialiste française continue.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
rat de laboratoire

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cinq années de plus pour les rats de laboratoire

Publié le 6 mai 2012
- A +

Dans quelques heures, quoi qu’il arrive, nous aurons donc une nouvelle dose de socialisme en France. Il sera assumé, joyeux, bondissant, ou au contraire larvé, nationaliste et sécuritaire, mais la liberté reculera encore une fois dans le pays. Parallèlement, la situation économique et financière se fait plus catastrophique à mesure que l’État s’enfonce dans une dette colossale. Mais si les temps s’annoncent difficiles, ils seront aussi remplis de paradoxes. Des paradoxes, un dimanche maussade, des élections pourries ? C’est le moment rêvé pour quelques réflexions décousues et surtout, quelques crêpes au sucre.

Des temps paradoxaux, puisque d’un côté, l’État va encore accroître son emprise, mais de l’autre, on ne peut que constater (et je l’ai fait plusieurs fois dans ces colonnes) que le marché et la puissance de la liberté se sont installés d’une autre façon : l’individu prend aujourd’hui le pouvoir chaque jour un peu plus, se détache un peu plus de la mélasse administrative que lui impose l’État.

Ainsi :

  • Avec internet, le câble, des flux en podcasting, on peut maintenant se passer complètement de télévision nationale, et obtenir les nouvelles par agrégation de flux RSS. La musique se passe de CD ou des radios, via les flux MP3. La centralisation de l’information n’est plus de mise.
  • L’achat d’un bien n’est plus nécessairement fait dans une boutique physique, mais peut l’être sur Amazon, eBay, dans un pays étranger, et surtout, sans payer de TVA. Les douanes s’exaspèrent, mais il sera bientôt totalement impossible d’empêcher cette réalité. Trop de volume, trop peu de douaniers.
  • On n’a plus besoin de lire les journaux, les informations fournies par Google News, ou les blogs gratuits suffisent, d’autant que les lecteurs deviennent eux-mêmes reporters. La qualité abyssale de la presse française n’est que le distant reflet de cette réalité, coloré des subventions massives qui supportent leurs errances idéologiques mal boutiquées.

CrêpesCes éléments, je les ai déjà développés dans différents billets, qui sont revenus plusieurs fois sur les changements qu’internet introduit dans la politique en particulier et dans la société en général. Ici, je note simplement que dans ce nouveau système, le Léviathan se maintient comme il peut, avec ses outils et sa puissance passée. Et ce dimanche, le balancier, qui passe régulièrement d’une certaine gauche à une certaine droite et inversement, arrive à la prochaine itération. Que le président reste Sarkozy ou devienne Hollande, il semble acquis que, de toute façon, le pays sera gouverné massivement à gauche (soit via les législatives, soit tout simplement parce que la sociale-démocratie ne propose plus que cette voie-là). La prochaine période sera probablement la dernière crispation avant un spasme final : plus un système est rigide, plus facilement il éclate en petits morceaux quand il est soumis à trop forte pression.

Et c’est exactement ce à quoi on assiste actuellement : la montée, forte, des pressions des extrêmes et les tentations délétères qui les accompagnent ; un système qui se rigidifie encore un peu plus, par la loi, par un politiquement correct qui étouffe absolument toute pensée alternative plus efficacement qu’une censure centralisée.

Normalement, les individus ont les moyens d’être généreux, ont l’envie et parfois le besoin de participer à la vie de la société de façon désintéressée, comme en témoignent les mouvements open source, les nombreux blogs qui expliquent, instruisent, commentent l’actualité ; les dons après les catastrophes, nombreux et spontanés, montrent là encore qu’il n’existe pas tant cet égoïsme caricatural que décrient régulièrement les parangons de vertus qui veulent ériger la fraternité en obligation légale minutieusement calibrée et répartie précisément dans toutes les strates de la société par une administration pointilleuse et tatillonne.

Cependant, même si ces impulsions généreuses existent, l’étatisation de la redistribution enlève aux individus toute satisfaction d’aider, principale récompense de l’acte généreux. Tous — à l’exception peut-être de ces élites qui, justement, ne sont que très rarement confrontées au monde réel — nous avons le sentiment de nous épuiser pour nourrir un système monstrueux que nous ne comprenons plus, qui est devenu endetté, inefficace, administratif, procédurier, incompréhensible, statique, attardé et qui place la répression et la punition des faibles et des honnêtes bien avant la correction de ses propres erreurs.

27b-6Demandez autour de vous ; peu importe la personne qui se trouve en face, chauffeur de taxi, notaire, médecin, chômeur, ouvrier, quelle que soit son orientation politique, le sentiment est le même : plus personne ne comprend la logique de la machine que nous avons érigée, et chacun, dans son coin, a ce sentiment diffus de s’épuiser dans des tâches dont une partie est absolument inutile. Et c’est d’autant plus vrai qu’on est proche du Moloch : rares sont les fonctionnaires, perdus au sein d’administrations paperassières gigantesques, qui peuvent décemment justifier exactement pourquoi il faut ce fichu formulaire 27B-6 pour obtenir des agrafes.

La conséquence est évidente : privés de liberté d’action, comme les rats de Laborit, on déprime et/ou on attaque. C’est évidemment d’autant plus facile que cette attaque sera supportée par un nombre croissant de personnes, qu’on retrouvera au début dans les partis extrêmes. D’années en années, les crispations se faisant plus fortes, les absences de solutions toujours plus criantes, l’extrémisme de ces partis n’est plus un problème, d’autant qu’ils rassemblent progressivement plus de monde. Adoubés du soutien de la masse, certains attaquent les étrangers, les patrons, les riches, le « système », l’autre… À mesure que la société se « brazilifie », les raisons d’exploser s’intensifient.

Les années qui viennent seront décisives : d’un côté, la technologie continuera à fournir à tous et chacun des moyens de se passer de l’État. De l’autre, chacun choisira en son âme et conscience, notamment en France, s’il veut plus ou moins d’État, s’il veut plus ou moins de redistribution, plus ou moins de solidarité forcée, obligatoire, calibrée. Chacun, par ses actes, ses votes, ses opinions, dirigera la partie de la société dans laquelle il agit vers encore un peu plus de cette sordide expérience sociale sous contraintes, ou, au contraire, l’aidera à se libérer.

Et comme le marché et la réalité finissent toujours par avoir le dernier mot, soyez assurés d’une chose : attachez vos ceintures, il va y avoir du spectacle.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Nous avons été vaincus – de peu – par une coalition d’intérêts, de médiocrité et de bêtise. Coalition d’intérêts, de tous ceux qui d’une façon ou d’une autre, mais en toute connaissance de cause, vivent bien de la manne publique : intermittents du spectacle, fonctionnaires des DOM-TOM, employés des collectivités locales PS et PC, ouvriers du Livre CGT etc. La liste est longue et vous la connaissez bien, vous qui avez eu souvent à subir leur mécontentement. Coalition idéologique de tous ces bien pensants, qui ont fait du contrôle de la pensée leur raison d’être : magistrats, commentateurs politiques, journalistes et universitaires qui pendant des années nous ont assommé de leurs médisances, de leurs ragots et de leur rancœur. Coalition politique, de ceux qui font métier d’être candidats à la présidence de la République, mais qui n’existent que par la volonté des chaînes de télévision, dont ils ne sont, au fond que les supports publicitaires. Les idéologies du XX° siècle ont fait faillite. Il nous revient, dès maintenant, et pour que nous soyons prêts le temps qu’il faudra pour les socialistes de rendre un pouvoir qu’ils sont incapables d’assumer – à offrir aux Français, à l’Europe et au monde, les idées qui rendront au XXI° siècle les couleurs de l’espoir.

    • « Nous avons été vaincus »
      La droite oui. Les libéraux, non, ils n’étaient pas en course.

    • t’as oublié woerth morano bettencourt dassault bolloré proglio,djourih minc sorman et jp elkabach dans ta liste de ceux qui ont fait battre la droite.et encore j’en oublie,ah si:barbelivien,je crois que je préfère encore noah ,c’est pas peu dire

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Les libertariens se demandent souvent pourquoi le socialisme continue à être si populaire, alors qu’il s'est avéré être un tel échec en tant qu’idéologie politique et système économique. Bien que l’idéologie de l’éducation publique et des médias traditionnels soient des raisons importantes qui expliquent cela, la persévérance obstinée du socialisme est aussi quelque peu fictive, car le socialisme a évolué : le socialiste d'aujourd'hui n'est pas le socialiste d'antan.

Cette distinction est importante à garder en... Poursuivre la lecture

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles