Subprimes, le retour

Les banques centrales inondent le marché de liquidités gratuites, qui se retrouvent sans surprise dans le crédit subprime aux ménages les plus pauvres aux Etats-Unis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Cartes de crédit

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Subprimes, le retour

Publié le 20 avril 2012
- A +

Les banques centrales inondent le marché de liquidités gratuites, qui se retrouvent sans surprise dans le crédit subprime aux ménages les plus pauvres aux Etats-Unis. 

Par Pierre-Yves Saint-Onge, de Montréal, Québec.

À mesure que les banques centrales maintiennent leurs mesures pour augmenter le crédit disponible (le supposé problème des banques qui ne prêtent pas assez) – elles se tournent vers ceux qui n’ont pas de problème moral à s’endetter plus – les mauvais crédits. On retourne le cadran en arrière de quelques années pour revenir avant la crise de 2007…

Les émetteurs de cartes de crédit américains ont émis 1.1 millions de nouvelles cartes aux emprunteurs à risque élevé “Subprime” le mois dernier… en hausse de 12.3% depuis l’an dernier, selon l’agence de crédit Equifax.

Selon le New York Times: “As financial instution recover from the losses on loans made to troubled borrowers, some of the largest lenders to the less than creditworthy, including Capital One and GM Financial, are trying to woo them back, while HSBC and JPMorgan Chase are among those tiptoeing again into subprime lending.”

Nous ne sommes pas revenus à 2007, mais nous sommes dans la bonne direction. La bonne vieille méthode de dépenser plus que l’on gagne !

Sur le web

Aléa moral sur Wikibéral

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Shostak.

 

La demande de biens s'explique par les avantages perçus. Par exemple, les individus demandent de la nourriture parce qu'elle les nourrit. Ce n'est cependant pas le cas des morceaux de papier que nous appelons monnaie, alors pourquoi les acceptons-nous ?

Selon Platon et Aristote, l'acceptation de la monnaie est un fait historique entériné par un décret de l’État. C'est ce décret, dit-on, qui fait qu'une chose particulière est acceptée comme moyen général d'échange. Néanmoins, Carl Menger doutait d... Poursuivre la lecture

Le responsable de la supervision bancaire de la Banque centrale, Andra Enria, est monté au créneau lundi 19 septembre avec un discours inquiétant :

« La Banque centrale européenne (BCE) tient à ce que les établissements de crédit vérifient leurs prévisions en matière de fonds propres avant un hiver sans doute difficile […] Nous incitons les banques à mettre vraiment l’accent sur la concentration d’expositions aux secteurs qui sont particulièrement dépendants de l’énergie et vulnérables aux chocs énergétiques. »

Aïe … Il ne s’agi... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho.

 

L'inflation, et plus précisément l'inflation monétaire, est aussi souhaitée et nécessaire à l'État que la nourriture est nécessaire à l'alimentation humaine. Plus que la fiscalité, elle est le principal aliment qui permet à l'État de lentement mais sûrement se transformer en un appareil bureaucratique vaste et étendu qui intervient dans presque tous les aspects des affaires sociales et économiques.

Sans inflation, l'État se retrouve enfermé dans les limites de ce qu'il peut confisquer par le bia... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles