Bertrand de Jouvenel, De la souveraineté

Paru en 1955, De la souveraineté de Bertrand de Jouvenel prolonge et affine l’argument développé dans le Pouvoir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Bertrand de Jouvenel, De la souveraineté

Publié le 14 avril 2012
- A +

Paru en 1955, De la souveraineté de Bertrand de Jouvenel prolonge et affine l’argument développé dans le Pouvoir.

Un article de l’Institut Coppet.

Bertrand de Jouvenel (1903-1987) était un personnage complexe qui connut une évolution intellectuelle remarquable. Son parcours témoigne des interrogations d’une époque.

Son père, Henry de Jouvenel, dirige le quotidien parisien Le Matin et le fils montre un goût précoce pour le journalisme et les questions politiques. Mais le jeune Jouvenel accorde une interview à Hitler début 1936 et rejoint le P.P.F. de Doriot avant de quitter définitivement cette mouvance en 1938.

Cet épisode lui sera vivement reproché, notamment par l’historien Zeev Sternhell, dans son Ni droite, ni gauche : L’Idéologie fasciste en France paru en 1983. Pourtant, après son éloignement du P.P.F., Jouvenel devient durablement un défenseur de la liberté et un adversaire du pouvoir sous toutes ses formes. Son ami Raymond Aron viendra d’ailleurs à son secours pour le réhabiliter. La défense de Jouvenel fut la dernière déclaration publique de Raymond Aron qui meurt d’une crise cardiaque dans les instants qui suivent.

Recruté par les services de renseignements au début de la guerre, Jouvenel espionne ensuite son ancien ami Otto Abetz, ambassadeur d’Allemagne à Paris. À la Libération, il fonde avec Jacques Rueff et Friedrich von Hayek la Société du Mont Pèlerin et publie son livre le plus célèbre, Du pouvoir. La dénonciation du pouvoir, de sa croissance indéfinie et de ses abus est un thème majeur de l’œuvre de Jouvenel, soucieux de dénoncer avec Hayek la “route de la servitude”. Impôts, police, bureaucratie : la guerre et la gestion en temps de paix se ressemblent. La richesse, la puissance militaire et politique, se concentrent dans une partie de la société qui prend une forme pyramidale.

À cette domination par le pouvoir, Jouvenel oppose l’autorité, la “mise en mouvement de l’homme par l’homme” qui est la base de l’action collective. Celle-ci est souhaitable, car elle suppose l’assentiment volontaire, et donc la liberté.

Paru en 1955, De la souveraineté prolonge et affine l’argument développé dans le Pouvoir :

Cet ouvrage est la suite directe du Pouvoir […] Les présentes méditations, renouvelées pendant neuf années, ont été progressivement reportées vers le cœur du problème politique. Chacun de nous, alors même qu’il n’y pense point, a une activité politique, exerce une autorité, et doit prendre conscience de ce rôle, des obligations qu’il comporte, s’appliquer à le mieux jouer. La politique comme activité bien plus quotidienne, plus répandue et plus nécessaire qu’on ne pense, l’autorité comme présente à quelque degré en tout homme, le bien que l’on doit poursuivre comme résultat de cette activité et cette force partout manifestées, forment les thèmes inséparables de l’enquête ici entreprise.

Moins connu que le premier, De la souveraineté est un livre de la maturité qui gagne à être relu.

Télécharger le livre complet, mis en ligne par l’Institut Coppet

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
My Country New Age
0
Sauvegarder cet article

My Country the New Age est une série coréenne en 16 épisodes réalisée par Kim Jin-Won diffusée en 2019 sur Netflix mais avec des épisodes deux fois plus longs que les épisodes des séries chinoises. Tous les codes des séries asiatiques sont au rendez-vous : ralentis, flash-back désaturés, scènes filmées sous 75 angles différents sans aucune nécessité, longues séquences lacrymales. La musique offre la versatilité habituelle de ce type de production passant du trivial à l'élégiaque, de la guimauve à l'incongru. Mais bon autant souligner d'emblée... Poursuivre la lecture

Marx et Lenin clipart
7
Sauvegarder cet article

Par Jon Miltimore.

 

Nous connaissons tous les inconvénients de Twitter, mais l'un de ses avantages est qu'il permet la découverte de personnes intéressantes.

L'un de mes nouveaux followers préférés est Benjamin Carlson, un gourou des relations publiques et ancien rédacteur en chef de The Atlantic. Ses tweets sont parmi les meilleurs que l'on puisse trouver sur Twitter et il a manifestement une compréhension aiguë des intersections entre les médias et le gouvernement, le pouvoir et la propagande (à la fois actuels et... Poursuivre la lecture

Des trois grandes passions humaines, le pouvoir, l’argent et l’amour, c’est la passion du pouvoir et de la puissance qui provoque le plus de ravages : conflits sociaux, révolutions, guerres, génocides.

La politique apparaît ainsi comme le mal nécessaire permettant de cantonner cette passion, de l’empêcher de virer à la folie. Elle y parvient médiocrement puisque les autocraties prolifèrent, les démocraties doutent d’elles-mêmes et la guerre est une constante. La paix n’a jamais régné sur l’humanité entière. Ici ou là, les hommes se son... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles