Benoit XVI à Cuba : Le vent, les brebis et le Berger

Benoît XVI détient entre ses mains le choix de laisser ou non confisquer cette visite par les intentions d’un parti toujours communiste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 920 cuba

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Benoit XVI à Cuba : Le vent, les brebis et le Berger

Publié le 28 mars 2012
- A +

Benoît XVI détient entre ses mains le choix de laisser ou non confisquer cette visite par les intentions d’un parti toujours communiste. C’est dans ses yeux que réside la capacité de se rendre compte que, parmi les fidèles réunis sur les places, il manque de nombreuses brebis du troupeau cubain détenues à tort.

Par Yoani Sanchez, depuis La Havane, Cuba.

Benoit XVI lors de sa visite en Pologne en 2010

En ce mois de janvier 1998, à la fin de la messe de Jean-Paul II sur la Place de la Révolution, un vent frais avait parcouru l’immense esplanade. Mon fils était assis sur les épaules de son père et la brise lui avait ébouriffé les cheveux. Le Pape avait alors terminé son homélie, mais il avait quand même repris le micro et avait consacré quelques mots en latin à cette bourrasque joueuse qui décoiffait la foule. “Spiritus spirat ubi vult et vult Cubam” avait-il déclaré solennellement. Nous sommes rentrés chez nous peu de temps après, serrés parmi des milliers de personnes vêtues de blanc et de jaune. Depuis lors, j’ai la sensation que l’ouragan n’a plus cessé de nous balayer, que cette rafale est venue parcourir l’île, remuer la vie de chacun d’entre nous.

Benoît XVI n’était pas encore arrivé à Cuba que le tourbillon était déjà d’une certaine manière en train de nous secouer. Chez les fidèles catholiques, on sent cette joie liée à la visite papale et l’espoir que celle-ci contribue à accroître le rôle de l’Église dans notre société. Pour ceux qui ont dû cacher leurs crucifix durant des décennies par crainte de l’athéisme radical, la lente élimination de l’intolérance religieuse est un soulagement. C’est déjà pour beaucoup une victoire suffisante que l’on puisse aujourd’hui retransmettre des messes à la télévision officielle et que l’on autorise dans les rues les processions portant l’image de la vierge de la Charité. Malgré tout, pour chaque minute grappillée par la hiérarchie ecclésiastique dans les médias et pour chaque mot échangé avec le gouvernement autour de la table des négociations, on déplore aussi une part de perte et d’échec. Parce que, ne nous trompons pas, la clandestinité des catacombes est plus en accord avec le discours du Christ que la proximité confortable avec le trône.

À moins de 24 heures de l’arrivée du Pape à Cuba, le scénario de son séjour chez nous était déjà écrit et pas vraiment par le comité du Vatican. Le gouvernement de Raul a entamé un “nettoyage idéologique” pour éviter que des activistes, dissidents, opposants, journalistes indépendants, blogueurs alternatifs et autres “non-conformes” ne se rendent sur les places où sa Sainteté va parler. Menaces en cas de sortie du domicile, moyens disproportionnés, arrestations, lignes téléphoniques coupées, personnes déportées depuis la région orientale du pays pour les empêcher d’être sur la Place Antonio Maceo lundi. Une razzia d’intransigeance qui rappelle l’époque des scapulaires arrachés et des soutanes sur lesquelles crachaient les fils fanatiques d’une Révolution qui s’était déclarée matérialiste et dialectique. Bien sûr on ne traque plus aujourd’hui les rosaires, mais on continue à harceler les opinions. Aujourd’hui, posséder un tableau du Sacré-cœur de Jésus ne coûte plus son emploi à qui que ce soit, mais croire qu’une Cuba libre est possible vous condamnera à subir la stigmatisation et le calvaire. Nous pouvons aujourd’hui prier à voix haute, mais critiquer le gouvernement est toujours synonyme de péché, de blasphème.

Benoît XVI détient maintenant entre ses mains et dans sa voix le choix de laisser confisquer cette visite par les intentions d’un parti qui continue d’avoir comme doctrine le marxisme léninisme. C’est dans ses yeux que réside la capacité de se rendre compte que, parmi les fidèles réunis sur les places, il manque de nombreuses brebis du troupeau cubain empêchées d’arriver à portée de sa crosse. C’est dans son oreille qu’est la décision d’écouter d’autres voix qui ne soient pas les officielles et les strictement pastorales. Doté de cette sagesse millénaire que l’Église évoque face à chaque obstacle, le Pape doit savoir que durant cette visite se joue une partie de la présence et de l’influence de la foi catholique dans le futur de la nation. Sa main, sa voix, ses oreilles peuvent nous confirmer qu’il comprend la dimension transcendantale du moment.

Peut-être qu’un vent farceur échappera au contrôle, se jouera de la police politique et fera irruption dans la foule. Une brise libre dans un pays bâillonné qui véhiculera jusqu’aux tympans papaux ces vibrations, ces phrases que nous pouvons seulement susurrer à voix basse.


Sur le web.

Traduction M. Kabous

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles