Un an de guerre civile en Syrie et deux scénarios

Après un an de guerre civile sans que l’un ou l’autre des camps semble décidé à céder, il ne reste guère que deux scénarios : l’écrasement ou l’éclatement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Affiche avec le portrait du président Assad, avec l'inscription Que dieu protège la Syrie (CC, Bertil Videt)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un an de guerre civile en Syrie et deux scénarios

Publié le 23 mars 2012
- A +

Après un an de guerre civile sans que l’un ou l’autre des camps semble décidé à céder, il ne reste guère que deux scénarios : l’écrasement ou l’éclatement.

Un article de l’aleps.

Tout le monde salue l’héroïque vaillance des révolutionnaires syriens. Ils ont acquis la sympathie de l’opinion publique mondiale pour diverses raisons : la disproportion entre leurs moyens et ceux de Bachar El-Hassad, la sauvagerie de la répression qui vise les civils, femmes et enfants, aussi bien que les opposants armés, les convois de réfugiés qui cherchent à regagner la Turquie.

Il est hélas plus facile de résumer une année de lutte et de violence que de poser un diagnostic sur l’avenir du pays. Un cessez-le feu imposé par l’ONU ou quelque coalition étrangère semble exclu, Bachar El-Hassad ne se livrera pas au Tribunal Pénal International. Russes (c’est sûr) et Chinois (probablement) seront opposés à quelque intervention étrangère que ce soit.

Affiche avec le portrait du président Assad, avec l'inscription Que dieu protège la Syrie (CC, Bertil Videt)

Restent alors deux scénarios. Le plus dramatique serait celui de l’écrasement complet de la rébellion. C’est la carte jouée actuellement par le pouvoir, qui regagne chaque jour du terrain en soumettant ville après ville, en intensifiant bombardements et exécutions sommaires. Bachar El Haad spécule sur la pusillanimité des Occidentaux. S’il ne réussissait pas – c’est une affaire de semaines – il ne lui resterait qu’une solution : se replier sur un réduit alaouite. Cette hypothèse est retenue par Antoine Basbous dans un article du Figarode jeudi 15. Il prend argument de la dimension religieuse de la révolte syrienne : il s’agit pour les sunnites (salafistes) de s’opposer à la communauté alaouite (chiite) qui a accompagné la famille El-Hassad au pouvoir. Les Iraniens sont désireux de maintenir le « croissant chiite » qui passe par la Syrie, par le Hezbollah au Liban, et par Téhéran. Les Russes ont intérêt à maintenir une enclave alaouite en Syrie, car ils sont installés sur la base de Tartous. Israël ne voit pas d’un mauvais œil l’éclatement de la Syrie.

Ces remarques sont utiles, car elles ramènent sans doute le conflit à ses vraies origines, et non pas à la seule confrontation entre une démocratie et une dictature, ou entre un pouvoir laïc et l’islamisme. Un seul oubli dans tout cela : le sort des chrétiens syriens, martyrs et silencieux.


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • cet article est une blague

  • Ah l’héroïque vaillance des révolutionnaires syriens qui n’hésitent pas, armes à la main, à terroriser les familles chrétiennes, à les menacer de mort si elles osent fêter Noël et plus largement à pratiquer leur religion sans avoir à se claquemurer dans leurs logements fenêtres fermées et volets tirés.

    Cet article a fait voler le mur du çon, comme on dit au Canard Enchaîné.

  • Oui d accord la révolution c est toujours bien surtout lorqu elle nous permet de se liberer d une dictature. Mais il faut avouer que les pays arabo musulmans ne sont pas encore murs pour une vraie democratie. C est une soçiété qui vit dans les tenebres de la prehistoires basée sur le tribalisme et l obscurantisme religieux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Turquie Syrie
0
Sauvegarder cet article

Par Armen Tigranakert.

Le 28 juillet, le département du Trésor américain a imposé des sanctions au groupe rebelle soutenu par la Turquie, Ahrar Al-Charqia responsable du meurtre scandaleux de la femme politique kurde syrienne Hevrin Khalaf en 2019, afin que les auteurs de violations des droits humains répondent de leurs actes.

La décision prise à l’initiative de l’administration Biden peut difficilement être considérée comme amicale envers la Turquie, a apparemment fait craindre à Ankara  le sort de ses alliés dans le nord-ouest... Poursuivre la lecture

Facebook
0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Les « Facebook Files » font parler d’eux. La plateforme numérique est accusée d’avoir favorisé des contenus polémiques et souvent virulents qui suscitent de nombreux commentaires. Ce faisant, Facebook aurait « fragilisé la démocratie » selon la lanceuse d’alerte à l’origine de ces révélations.

"Facebook files" : le scandale le plus dévastateur de l'histoire de Facebook https://t.co/ME6sH55tdb

— La Tribune (@LaTribune) October 5, 2021

Néanmoins il faut comprendre, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles