Larmes de Corée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pleurs Corée du Nord

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Larmes de Corée

Publié le 1 janvier 2012
- A +

Le chagrin national de la Corée du Nord relève de la mise en scène ; mais comment obtient-on l’acquiescement des foules à jouer ce rôle ?

Par Guy Sorman

Quand Staline mourut, en 1953, je vis enfant, les Russes pleurer sur la Place Rouge: notre seule source d’informations était alors les Actualités Pathé, projetées au cinéma avant le « grand » film. Pas un instant, ma famille qui était de gauche dans une banlieue communiste de Paris, ne douta de l’authenticité de ce chagrin démonstratif. Quand Mao Zedong disparut, en 1976, je me souviens de la Porte Ste Antoine dans l’Est de Paris, voilée de Noir et ornée d’un portrait gigantesque du défunt Timmonier: Place Tian Anmen, des Chinois pleuraient. Imaginons Hitler mort en 1938: sans aucun doute, aurions nous vu des Allemands pleurer et aussi quelques Français, comme pour Mao.

L’hystérie vue à la télévision – sanglots, se frapper la poitrine, crier Père au passage du cercueil de Kim Jong-Il à Pyongyang – n’est donc pas tout à fait inédite. Elle n’affecte que les dictatures, dans toutes les civilisations: les obsèques de Nasser au Caire en 1970 déchaînèrent des réactions similaires. Il s’est trouvé cependant des journalistes et commentateurs qui n’étaient pas sur place, pour expliquer à la télévision française que les larmes de Corée du Nord devaient tout à la tradition Confucéenne. Pauvre Confucius qui est tout aussi respecté en Corée du sud ; mais du côté de Séoul, le Confucianisme n’incite au chagrin, discret, qu’envers le père de famille, pas envers le soi-disant père de la nation. Quelques observateurs sur place ont tout de même rapporté que seuls les premiers rangs pleuraient face à la caméra.

Il me revient un conseil que me donna Norodom Sihanouk qui, en exil du Cambodge, vécut en Corée du Nord et y conserve une résidence: « Ne croyez, me dit-il,  rien de ce que vous verrez à Pyongyang, les Nord Coréens sont des as de la mise en scène. » Bon conseil que j’ai souvent appliqué sur place. Kim Jong-il était d’ailleurs cinéaste, Norodom Sihanouk aussi et la Corée du Nord est un producteur significatif de dessins animés.

Le chagrin national de la Corée du Nord relève donc de la mise en scène; mais comment obtient-on l’acquiescement des foules à jouer ce rôle? On se posa naguère la même question pour l’URSS : était-ce culturel (L’Homme russe), idéologique (Homo sovieticus) ou tout bonnement l’effet de la terreur sur les foules ? La terreur évidemment comme celà devint clair pour tous après la chute du régime: les Russes qui soudain n’avaient plus peur ont cessé de pleurer sur leurs dirigeants, morts et vivants. Un Nord-Coréen qui pleure le Grand leader disparu n’a pas de chagrin: il a peur. Quant aux Français chagrinés par la mort de Staline ou Mao, je n’ai pas d’explication rationnelle à proposer.

—-
Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je ne pense pas qu’il y ait uniquement de la mise en scène. Lorsqu’on vit dans un pays de merde comme l’URSS ou la Corée du Nord, l’esprit doit avoir un peu tendance à idéaliser le tortionnaire. Sa mort met en évidence l’inutilité de la souffrance endurée durant sa vie, et c’est quand même assez triste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Pour ce quinzième épisode, je vais évoquer plus de 60 ans de fréquentation intellectuelle puis concrète de la Corée.

J’ai découvert ce pays dans les années 1950 comme raconté dans mes souvenirs à l’occasion des grands reportages qu’en faisait Le Figaro sur la guerre qui le détruisait.

Années 50 : la guerre de Corée

En 1950, la Corée du Nord communiste envahit la Corée du Sud et l’ONU vola à son secours. L’URSS, qui aurait dû bloquer la décision avec son veto était absente… quelque chose m’échappe depuis... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Pierre Rigoulot.

Première question : la représentation que donne depuis trois jours la Corée du Nord, devant un gouvernement sud-coréen accablé, vaut-elle la peine qu'on y assiste ?

Non et non. Depuis des décennies, on assiste aux mêmes pantalonnades : le Nord accepte le dialogue avec le Sud, signe éventuellement un traité de coopération  et promet d’œuvrer à la détente.

Les autorités du Sud s'en réjouissent, multiplient les propositions de coopération économique, fournissent de l'aide, voire rencontrent les dirigeant... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Pierre Rigoulot.

Ce n'est pas la première fois que le leader de la Corée du Nord disparaît. Il s'était évaporé plus de trois semaines pendant l'été 2012 et plus d'un mois en septembre-octobre 2014. Et déjà, on évoquait comme remplaçante possible sa sœur Kim Yo Jong.

Certes, les numéros 1 meurent aussi. Et l'on peut toujours imaginer que Kim Jong- un fasse place à des politiques ou des militaires désireux d'en finir avec les purges sanglantes, la mise au ban de l'humanité de leur État, le désastre humanitaire et sanitaire de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles