Démocratie espagnole: le pouvoir au peuple?

Récit de quelques péripéties pour la première grande élection de P-Lib, le tout jeune parti libertarien espagnol

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Démocratie espagnole: le pouvoir au peuple?

Publié le 11 décembre 2011
- A +

Récit de quelques péripéties pour la première grande élection de P-Lib, le tout jeune parti libertarien espagnol.

Par Antonio Ortega Catena

En 2009, un parti officiel libertarien a été fondé en Espagne, le Parti de la liberté individuelle (Partido de la Libertad individual, ou P-Lib). Ce parti est le premier groupe politique libertarien dans l’histoire espagnole. Le parti a reçu un beau soutien général de la communauté libérale espagnole (Jesús Huerta de Soto, Juan Ramón Rallo, Llamas Manuel, Jorge Valin et l’Institut libertarien Juan de Mariana) et est devenu le troisième parti le plus suivi par les militants sur les réseaux sociaux.

Le 20 Novembre 2011 ont eu lieu des élections générales en Espagne. Depuis l’existence de la démocratie en Espagne, tout parti politique était le bienvenu aux élections, sans considération particulière pour leur idéologie, leur taille ou leur situation financière. Mais cette fois, quelque chose a changé, le parlement national espagnol a adopté une nouvelle règle dans la loi électorale espagnole générale (LOREG), qui stipule que tout parti politique qui n’est pas actuellement représenté au parlement doit recueillir un appui de 0,1% de la population de chaque province. Cette exigence a rendu la situation plus difficile pour les petits partis politiques, comme c’est le cas par exemple à Madrid, où cela impose de collecter près de 5000 signatures de soutien dans des délais cours de 20 jours. De plus, les signatures ne devaient pas faire doublons, i.e. être spécifiques à chaque partie. Cette nouvelle donne est une mesure anti-démocratique qui limite finalement la liberté politique du peuple espagnol. Un État démocratique ne dispose pas du droit d’interdire la participation d’aucun parti politique. C’est ce que je pensais jusqu’à présent.

Néanmoins, P-Lib a réussi à recueillir les signatures de nombreux espagnols, et ont ainsi délivré plus de 5.500 soutiens au Conseil électoral de la circonscription Madrilène. Sans produire la moindre preuve, ce même Conseil électoral a affirmé que près de 1000 signatures étaient invalides et a donné au parti 48 heures de plus pour recueillir 94 signatures supplémentaires considérées nécessaires pour satisfaire aux normes minimales du conseil. Le lendemain, P-Lib recueillait 578 soutiens (beaucoup plus que ce qu’ils avaient été invité à produire). Néanmoins, ils ont été informés que la décision précédente était une erreur et que les signatures nécessaires pour la création du parti ne pouvaient pas être produites. P-Lib est le seul parti à qui l’on a refusé un si grand nombre de signatures. La question toute simple qui se pose est: Pourquoi? Pourquoi le Parti de la liberté individuelle fait-il l’objet de discrimination politique en Espagne?

Le P-Lib a saisi la justice espagnole et quelques semaines plus tard, le juge a statué en faveur de P-Lib. Heureusement, le parti a remporté sa première bataille et le 20 Novembre, le peuple espagnol était en mesure de voter librement pour qui il voulait.

Bien que l’histoire se termine bien, cette expérience m’a appris une chose: le peuple espagnol ne doit pas rester à attendre que les choses se passent. Nous devons nous battre pour nos libertés chaque jour, chaque mois que l’année compte.

—-
Sur le web

Article publié avec l’aimable autorisation de Students for Liberty
Traduction : JATW pour Contrepoints.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mesdames et messieurs les Français, vous avez les félicitations de Antonio Luis Santos da Costa, de Pedro Sánchez Pérez-Castejón et d’Olaf Scholz, et vous ne serez donc pas sanctionnés par Ursula von der Leyen comme de simples pays africains.

Dans un mouvement tout à fait inédit sur le plan diplomatique, les chefs des gouvernements socialistes du Portugal, de l’Espagne et de l’Allemagne ont exercé leur « devoir d’ingérence » en intervenant dans les élections démocratiques d’un autre pays de l’Union Européenne (UE), et pas des moindres,... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Quand Karl Hess prend la parole lors de la convention de Saint-Louis de la Radical Libertarian Alliance en septembre 1969, la salle s’enflamme.

Par son parcours atypique, de la campagne du très conservateur Barry Goldwater dont il fut speech writer à son rapprochement des très gauchistes students for a democratic society, Karl Hess représente l’aboutissement d’une réflexion singulière et d’un combat politique qui a duré près d’une décennie. Ce parcours, c’est aussi celui du mouvement politique libertarien améri... Poursuivre la lecture

La découverte de l’espionnage pratiqué par la direction nationale du Parti Populaire à l’encontre de la présidente madrilène Isabel Diaz Ayuso a plongé la formation dirigée par Pablo Casado dans une crise inédite. À plus d’un an des élections législatives nationales, son successeur devra faire un choix qui déterminera l’avenir de la droite espagnole : quelles relations le Parti Populaire entretiendra-t-il avec Vox ?

Pablo Casado, un président soumis aux diktats moraux de la gauche

La députée et porte-parole du PP, Cayetana Alvarez de T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles