La Ligue des Contribuables critique l’accord budgétaire belge

Les dépenses de l’État ne diminueront pas mais continueront à augmenter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Ligue des Contribuables critique l’accord budgétaire belge

Publié le 4 décembre 2011
- A +

Le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a salué mardi soir l’accord budgétaire conclu par les partis impliqués dans la formation du gouvernement belge. Pourtant, les dépenses de l’État ne diminueront pas mais continueront à augmenter.

Par Alexis Chevalier, depuis la Belgique

"Le budget 2012 permet de réduire le déficit budgétaire de notre pays à 2,8 % du PIB", s'est félicité le chef des négociateurs et premier ministre pressenti, le socialiste Elio Di Rupo (source: AFP).

La Ligue des Contribuables constate que les principales victimes des accords budgétaires seront tous les contribuables de ce pays, obligés de financer encore davantage le train de vie excessif de l’État.

Tout d’abord, elle constate que, malgré les affirmations lénifiantes de tous les partis de la coalition, les dépenses de l’État ne diminueront pas mais continueront à augmenter. Les économies annoncées dans l’accord ne sont pas des réductions de dépenses, mais au mieux des dépenses qui augmenteront un peu moins vite qu’auparavant. Globalement, l’État augmente encore son expansion, qui est la cause de la pression fiscale insupportable subie par les citoyens et du déficit des comptes publics. Aujourd’hui lorsqu’un Belge gagne cent euros, l’État en dépense déjà plus de 50. Le nouveau budget ne fera qu’aggraver cette situation.

En outre, dans le pays ou les revenus professionnels sont les plus taxés au monde, on aurait dû, comme l’affirmaient certains partis au pouvoir, réduire l’imposition des revenus des travailleurs. Le budget aboutira au contraire à encore accroître cette pression fiscale injuste, notamment par une taxation plus lourde de certains avantages en nature, qui constituent un élément de la rémunération.

Du côté des revenus de l’épargne, le budget revient à une augmentation de 50 pour cent, en moyenne, de la charge fiscale. Il faut souligner que, le plus souvent, cette taxation  porte sur des revenus économiquement fictifs, parce qu’ils sont rarement supérieurs à l’inflation.

Enfin, le budget ne fera qu’alourdir encore le climat de chasse aux sorcières ambiant, en rompant le précaire équilibre entre les pouvoirs du fisc et les droits du contribuable. Les nouvelles attaques contre le secret bancaire, et le choix de la voie la moins imposée, constituent des atteintes, respectivement, au droit à la vie privée et à la sécurité juridique, droits essentiels des contribuables.

—-
Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien avec Pascal Salin publié par Brussels Reports

Pascal Salin (né en 1939) est un économiste français bien connu, professeur émérite à l’Université de Paris-Dauphine et spécialiste de finance publique et d’économie monétaire. Il a été président de la Société du Mont-Pèlerin (de 1994 à 1996), qui est le réseau international d’universitaires faisant la promotion de la liberté d’entreprendre et des libertés individuelles le plus prestigieux. En 2014 il a publié un nouveau livre intitulé La tyrannie fiscale, qui met en évidence l... Poursuivre la lecture

Il y a une première phase dans laquelle on a vu des pans entiers d’industries partir en Asie ou en Inde. L’exemple typique est le textile où les technologies de production ont été mises à disposition du monde entier par des fabricants occidentaux de machines, suisses en l’occurrence.

 

Des machines et des procédés de production

Ils vendaient non seulement les machines, mais aussi les procédés de production. Quand les salaires vont de un à 70 comme c’était le cas entre l’Europe et des pays comme le Bangladesh, un producteur ... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles