Le “Chupi chupi” et le dilemme des limites

Une polémique virulente touche à la fois le régime castriste et la blogosphère cubaine alternative : doit-on interdire le reggaeton à la mode?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ChupiChupi

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le “Chupi chupi” et le dilemme des limites

Publié le 27 novembre 2011
- A +

Une polémique virulente touche à la fois l’organe officiel du Comité central du Parti communiste de Cuba et la blogosphère cubaine alternative : doit-on interdire le reggaeton à la mode, la chanson qui fait danser les Cubains ?

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba

Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites,
mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit de le dire.
Citation attribuée à Voltaire (*)

J’enfonce mes écouteurs jusqu’à ce qu’ils me frôlent presque les tympans, mais la musique du taxi collectif me remplit encore la tête. C’est la troisième fois de la journée que je suis obligée d’écouter la même chanson, un reggaeton lascif capable de faire rougir tous les passagers de cette Ford des années cinquante. Le thème extrêmement populaire a fini par gagner le fanatisme des uns, la répulsion des autres et même une forte critique du ministre de la culture Abel Prieto à la télévision nationale. Il semblerait que personne ne puisse rester imperturbable et tranquille à l’écoute de ce « Donne-moi une sucette, que j’en jouisse, ouvre la bouche, avale tout ». Ou tu le  chantonnes ou tu te bouches les oreilles, c’est l’un ou l’autre.

 

Le « Chupi chupi » a été nominé dans la série video-clips des prix Lucas, qui doivent être attribués ce dimanche 27 novembre, au théâtre Karl Marx de La Havane, mais il y a quelques jours il a été catalogué comme « horrible » par le président même de « l’Institut Cubain de la Musique ». Les nombreux adeptes du compositeur Osmani Garcia et de ses paroles controversées ne savent pas s’il restera en compétition maintenant qu’il est retransmis par tous les media. Des centaines de gens ont déjà voté par message texto pour que la médaille de la popularité aille à cet auteur de reggaetons. Ils espèrent danser au rythme de sa création pendant le gala de ce soir au théâtre Karl Marx. Pourtant un présentateur de télévision a précisé – mi sérieux, mi sur le ton de la plaisanterie – que ce n’était pas la peine d’apporter caramels ou sucettes à la manifestation de ce week-end parce que c’était mauvais pour les dents, une allusion claire au fait que le rythme objet de la polémique par ses allusions sexuelles directes, pourrait ne pas être présenté.

Si à Cuba toute la télévision, les journaux et la radio n’étaient pas la propriété d’un seul parti, il existerait un espace pour ce type de productions, même si elles ne plaisent pas à beaucoup de gens. Le problème actuel est que les retransmettre à la télévision nationale revient à  les faire valider par le PCC lui-même ; comme si tout le discours politique reconnaissait que son « homme nouveau » est plus intéressé par l’amusement et la lubricité que par les hymnes au travail et les chants sur l’utopie. J’ai confiance qu’un jour il y aura des chaînes dépourvues d’idéologie qui, à des horaires pour adultes, présenteront des thèmes comme celui-ci, très éloignés des préférences mélodiques ou du seuil d’impudeur que chacun peut accepter. Certes, ils soulèveront la polémique mais aucun fonctionnaire ne pourra les effacer d’un coup de plume parce qu’on ne change pas les goûts musicaux par la censure. Si vous en doutez montez donc aujourd’hui même dans n’importe quel taxi collectif de la Havane.

—-
Sur le web

Traduction: Jean-Claude Marouby

(*) NdT : Cette citation est souvent attribuée à tort à Voltaire (Yoani Sánchez commet également cette erreur), alors qu’il s’agit d’un commentaire de l’auteur britannique Evelyn Hall, dans son ouvrage The Friends of Voltaire.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
anti-guerres
6
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation of Economic Education

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, le gouvernement russe a imposé une censure sévère à ses citoyens afin de limiter les discussions négatives sur la guerre.

En Russie plusieurs organes de presse indépendants ont fermé leurs portes ou ont censuré la couverture de la guerre. La censure du gouvernement a également touché les reporters étrangers : en mars, la Russie a bloqué l'accès à la BBC, à Voice of America et à d'autres médias occidentaux. La BBC a in... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles