Pour un État fort, mais sans État

La notion d’état est régulièrement au centre de nombreux débats, théoriques ou pas, entre libéraux de différentes obédiences

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Etat

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour un État fort, mais sans État

Publié le 25 novembre 2011
- A +

Par Stéphane Geyres, de l’Institut Coppet

La notion d’État est régulièrement au centre de nombreux débats, théoriques ou pas, entre libéraux de différentes obédiences. Bien des auteurs authentiquement libéraux font référence à ce terme, tour à tour pour en faire la source, l’objet même de tous nos maux, ou pour expliquer que finalement, il reste un mal nécessaire de toute société, du fait de la sécurité civile dont il serait le garant.

Une discussion récente avec un apprenti libéral m’apprenait ainsi que Pascal Salin lui-même faisait l’objet de joutes verbales acharnées pour le classer parmi les minarchistes (favorables à un État minimum, en général strictement régalien) ou comme un libertarien pur (donc opposé à toute forme d’État).  Il est vrai que la lecture d’un ouvrage immense comme son livre « Libéralisme » ne permet guère de trouver une position tout à fait explicite de ce grand libéral sur ce sujet. Pascal Salin est un fin communiquant qui évite d’entrer dans de tels débats pour faire mieux passer son message.

Et il faut bien reconnaître que des ambiguïtés analogues se retrouvent chez bien des auteurs, y compris un Ludwig von Mises dont le chef d’œuvre Human Action tourne continuellement autour de cet État honni mais indispensable, sans jamais trancher sur son besoin ou non.

Alors quoi, sommes-nous donc à jamais pris dans ce débat qui pourrait marquer dès lors le talon d’Achille des théories libérales ? Il me semble que non car une lecture existe qui pourrait  bien régler la question, une lecture simple qui plus est, comme tout ce qui est libéral.

Il faut dire que le terme « État » est largement ambigu, et que selon moi ceci contribue grandement à ces incompréhensions. On y colle régulièrement le même sens que des concepts comme l’État-autorité (régalien), l’État providence (telle la sécurité sociale, plus contestée), dans un autre genre le gouvernement ou les divers pouvoirs séparés, mais aussi l’administration et ses fonctionnaires, bref, la bureaucratie. Il me semble pourtant qu’il est possible d’approcher l’État d’une manière qui devrait réconcilier la plupart des libéraux, minarchistes comme libertariens, tout en aidant je pense aussi à expliquer aux novices les plus et les moins de Léviathan.

Une expression usuelle devrait nous mettre sur la piste : les fonctions régaliennes de l’État. La police et la justice, voire la défense – non, l’émission de monnaie n’a aucune raison d’être régalienne, encore moins la santé – constituent habituellement cet ensemble. Le terme important n’est pas ‘régaliennes’ mais ‘fonctions’. Même un libertarien pur et dur sera d’accord, ces fonctions doivent être assurées dans une société libre et pacifique.

Mais là où il y a probablement malentendu, c’est que ces fonctions ne supposent automatiquement pas un organe, une organisation quelconque pour les fournir. Nous vivons certes dans une société où l’État régalien fournit ces fonctions via une organisation elle aussi étatique – qui plus est rattachée au pouvoir en place – à savoir l’administration bureaucratique. Pourtant, c’est précisément leur nature bureaucratique et dépendantes du pouvoir politique qui rend les fonctions régaliennes non libérales. C’est parce qu’elles sont sous la coupe du pouvoir et non exclusivement au service des citoyens que police, justice et armée posent problème. Ce sont pouvoir et bureaucratie qui constituent Léviathan et non police ou justice.

Bien des auteurs, dont Rothbard, ont ainsi imaginé et démontré l’efficacité d’une organisation sociale où les fonctions régaliennes – toutes les fonctions régaliennes – seraient assurées par des entreprises capitalistes privées agissant sur le marché libre, comme les restaurants le font déjà pour une fonction encore plus essentielle : se nourrir.

Il s’agit donc de différencier fonction et organe pour aborder l’ambiguïté précédente sous un autre jour. On se rend compte ainsi qu’il est possible d’envisager un modèle où l’État joue son rôle, voire même celui d’un État ‘fort’, cher à Alain Madelin par exemple, sans pourtant que cet État n’ait de substance propre ou spécifique, mis à part à travers la réalisation sur le marché des fonctions régaliennes via des entreprises privées concurrentielles.

C’est finalement bien la même chose que la fonction essentielle ‘se nourrir’, qui est non pas régalienne mais carrément vitale, où sans intervention d’un État-bureaucrate quelconque, des milliers d’entreprises à la fois en réseau et en concurrence se relaient pourtant pour assurer non seulement la nourriture de tout un peuple, mais sa restauration.

Avec un tel modèle en tête, peut-être que les divers courants libéraux réussiront-ils à se rejoindre pour constituer le fleuve rugissant dont nous avons besoin pour bousculer la social-démocratie poussiéreuse ? Si cet article peut y contribuer, j’aurais eu l’impression d’une vague utilité.

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • remarquable article

    Je travaille dans l’innovation et cette différence entre l’organe (la solution) et la fonction est fondamentale pour inventer de nouvelles solutions.

    merci de cette explication claire, nouvelle et vraiment utile de l’état.

  • Pirouette !

    « Un peuple n’ est pas libre par cela seul qu’il possède des institutions libérales ; il faut encore qu’il sache les mettre en œuvre, …» Frédéric BASTIAT.

    Il va falloir nous démontrer que Bastiat nous parle d’entreprises privées, qu’il distingue par ailleurs très nettement des institutions.

    Si les mots ont un sens, ce qui est particulièrement éclairant cjez Bastiat, ce n’est peut-être pas pour rien.

    Quand enfin, il évoque la « mise en oeuvre », il résonne en terme d’outil. Point n’est besoin de savoir ce que fondamentalement est l’Etat, ou si il doit se voir subrogé dans son existence par le privé (ce que d’ailleurs on ne lit que chez Rothbard) …

    Ce que vois Bastiat, c’est qu’il faut bien répondre à des besoins. Et pour cela il évoque bien des institutions (la forme), et appuie sur l’importance de la « mise en oeuvre » (le fond).

    Il ne dit pas, ni n’écrit des organisations, il écrit des « institutions » … Et dans la langue du 19°, une institution a un sens précis.

    Consultez un dictionnaire.

  • Minarchiste : je ne connaissais pas le terme et me pensais libertarien. Merci pour cette référence á Pascal Salin que je vai m’empresser de découvrir.
    La dimension régalienne me semble incontournable pour rendre possible l’avénement d’un gouvernement libéral plaçant l’humanisme, le (véritable) bon sens au cœur de la Cité. Un libéralisme pronant les seules bases collectives essentielles, au service de l’homme, pour l’homme et non à son avillissement par le contrôle socialisé.
    J’étais depuis longtemps gêné aux entournures par les caractéristiques utopiques libertariennes, peu crédible et trop proches des anarchismes conventionnels – voire gauchisants – de l’auto-détermination individuelle.

  • Les anarchistes finiront toujours soumis, phagocytés, par les armées régulières des nations unies voisines.

    Etats nations n’existent pas que pour le bon plaisir des gouvernants, ils sont le résultat d’un processus historique où les faibles ont systématiquement été passés par les armes.

    Les Etats ont naturellement tendance à dégénérer vers la fourmilière vindicative et il faut combattre ce processus, mais restons lucides ..

  • On m’informe que des « non libéraux » se seraient glissés par inadvertance parmi nous. Mais que fait la sécurité stéphane Geyres? Heureusement que les trissotins trissottent. Lasse. Pouvoir se classer suivant la définition que l’on donne de l’Etat est TELLEMENT Fondamental. On en oublierai de vivre.

  • Mon cher Stéphane,
    Je voudrais quelque peu modifier ta perception des choses et t’ouvrir une « fenêtre » qui va mieux te permettre pourquoi les choses ne se réforme pas encore. Tu dis « Pourtant, c’est précisément leur nature bureaucratique et dépendantes du pouvoir politique qui rend les fonctions régaliennes non libérales ». Inverses ta phrase pour mettre le pouvoir politique dépendant de la bureaucratie, car c’est bien ce qui se passe en France actuellement. Cette bureaucratie qui est tous les jours un peu plus importante et qui empêche les vraies réformes, c’est bien elle à laquelle il faut s’attaquer en priorité et dont la France depuis des décennies est malade de sa charge.
    Et c’est bien elle, cette oligarchie qui commande tant au PS qu’à l’UMP, qui fait croire à une alternance pour toujours cette même politique létale pour la France.
    Bien définir son ennemi et la guerre est bientôt gagnée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

Retrouvez les autres parties de l’article ici, ici, ici et ici.

Pour conclure cette lecture libérale de Les Machiavéliens de James Burnham, il faut commencer par dire que la science politique machiavélienne est essentielle pour comprendre la réalité du pouvoir politique dans la société. Elle reconnaît le manque de représentation politique réelle pour la majorité, et fournit des explications complètes de ce phénomène, en puisant dans la sociologie, la psychologie et la théorie politique. De plus, les travaux des... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Les libertariens se demandent souvent pourquoi le socialisme continue à être si populaire, alors qu’il s'est avéré être un tel échec en tant qu’idéologie politique et système économique. Bien que l’idéologie de l’éducation publique et des médias traditionnels soient des raisons importantes qui expliquent cela, la persévérance obstinée du socialisme est aussi quelque peu fictive, car le socialisme a évolué : le socialiste d'aujourd'hui n'est pas le socialiste d'antan.

Cette distinction est importante à garder en... Poursuivre la lecture

Achat d'or pouvoir d'achat
5
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles