Immobilier : les Français ont du mal à se loger

9 800€ par an pour le logement pour un foyer français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Immeubles parisiens place Saint Georges

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Immobilier : les Français ont du mal à se loger

Publié le 7 novembre 2011
- A +
Immeubles parisiens place Saint Georges (CC, Thierry Bézécourt)

Les sondages se suivent et se ressemblent sur le logement des français: six français sur dix déclarent aujourd’hui avoir du mal à se loger. Le logement reste le premier poste de dépenses pour les foyers français et absorbe en moyenne un quart de leur budget selon le sondage Ipsos pour Orpi paru le 7 novembre. Pour les 30-39 ans, cela monte même jusqu’à un tiers du budget des foyers. Dépense totale moyenne : 9 800€ en 2010 selon le ministère de l’écologie.

Première cause avancée par les français à cette situation difficile, le niveau des prix pour 82% des personnes interrogées. Un niveau similaire à celui d’il y a dix ans, quand les prix étaient pourtant plus bas.

Surtout, les français sont de plus en plus nombreux à avoir des difficultés à obtenir les crédits suffisants, alors que les banques sont dans une situation délicate. 52% des sondés citent les difficultés à trouver un crédit, contre 45% il y a seulement six mois. En cause, la fin de la bulle du crédit illimité sous le coup des nouvelles normes prudentielles et des difficultés conjoncturelles.

Néanmoins, les prix semblent se stabiliser au vu des derniers résultats communiqués par Notaires de France ou Meilleurs Agents. Une pause qui arrive après une hausse du coût d’une maison en province de 4,9% sur un an et d’un appartement à Paris de 22,5%.

La situation actuelle s’explique largement par le niveau excessivement bas des taux d’intérêts fixés par les banques centrales, les aides massives au logement (Prêt à taux zéro, écoprêt, APL, logement social, etc.) qui gonflent les prix ou bien encore la pénurie organisée de foncier par le biais des permis de construire ou les réglementations environnementales.

Lire aussi : crise du logement

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de cette série ici.

 

Les loyers d’habitation - qui sont le plus encadrés par l’État - sont donc sujets à une forte érosion par rapport à la hausse des prix. Le propriétaire tombe victime dans la durée d’un effet ciseau : augmentation des dépenses contraintes lui incombant bien supérieure à l’augmentation des loyers qu’on lui permet de pratiquer. D’où le bien-fondé de privilégier les baux de courte durée ou mieux encore les locations commerciales ou professionnelles.

La semaine dernière, je vous parla... Poursuivre la lecture

Hausses des taux d’intérêt, des dépenses contraintes et de la fiscalité pesant sur les propriétaires poussent les rendements de l’immobilier à la baisse. Pour retrouver du rendement, il faut remettre en cause le bien-fondé de la détention d’immobilier locatif d’habitation.

« Les propriétaires immobiliers confrontés à une flambée inquiétante des taxes » titrait Le Figaro qui donne la parole au président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI).

Dans cet article, l’accent est mis sur la taxe foncière. Comme prévu,... Poursuivre la lecture

Pour des raisons évidemment électorales, le président Macron a supprimé la taxe d’habitation, ainsi que la taxe audiovisuelle qui y était attachée. Mais comme les collectivités qui en bénéficiaient sont obligées d’équilibrer leurs budgets, il faut bien se rattraper sur quelques-uns.

C’est ainsi que la taxe foncière est appelée à prendre le relais de leur financement et que les propriétaires et les bailleurs vont financer ce que les locataires n’ont plus à payer !

Il n’y avait aucun risque à prendre cette décision, l’immobilier é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles