La croisière s’amuse

Inconsciente, la croisière s’amuse, pendant qu’une tempête parfaite se déchaîne à l’horizon

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
croisiere-s_amuse

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La croisière s’amuse

Publié le 24 octobre 2011
- A +

Inconsciente, la croisière s’amuse, pendant qu’une tempête parfaite se déchaîne à l’horizon.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec

Il y a quelques jours, je suis allé au Best Buy rapporter une tablette électronique. Vous savez, ces gadgets qui coûtent 500 $? Ces ordinateurs qu’on a compressés dans un rectangle plus petit et plus mince qu’un magazine?

Ça a été difficile. Le bidule possède un écran sublime. C’est un plaisir de déplacer le texte ou agrandir les photos avec mes doigts. Seul problème : je n’en ai absolument pas besoin. Comme bien d’autres acheteurs, je suppose. Et comme tellement d’autres bébelles qui envahissent notre société de consommation.

Quand même. Je me suis inventé un paquet de raisons pour la garder. Pour me faire croire que j’en avais besoin, que ça me rendrait plus productif…

C’est là que je me suis demandé : la roue, elle arrête quand de tourner?

La tempête parfaite

Nous consommons deux fois plus à crédit qu’il y a 30 ans. Notre dette personnelle a triplé depuis ce temps. Depuis 1990, notre endettement augmente 7 fois plus vite que nos revenus, selon l’Institut Vanier.

Les gouvernements font pareil. À combien s’élevait notre dette publique au tournant des années 1970? Allez, essayez. 100 milliards? 50? Réponse : 0 $. Aujourd’hui? 241 milliards $. En 40 ans. Les villes aussi vivent au-dessus de leurs moyens, et s’endettent de plus en plus.

Et tous les démographes le disent : notre société vieillit dangereusement. Le nombre de personnes âgées se multiplie, pendant que les travailleurs se font de plus en plus rares. Bientôt les hôpitaux vont craquer, et les coûts de santé vont exploser. Qui va payer?

Ajoutez à cela les promesses de retraites dorées qu’ont signées plusieurs grandes entreprises, et aussi notre gouvernement. Promesses qui seront impossibles à honorer. À moins, dans le cas de l’État, de hausser substantiellement les impôts. Bonne chance avec ça.

Mais on continue…

Les Anglais appellent ça du pull-forward demand. Depuis des années, nous avons consommé tout de suite — via le crédit — notre consommation de demain. Depuis au moins 10 ans, nous nous sommes payés de la croissance économique (du PIB) à crédit. Et si la loi de la gravité tient toujours, une sévère gueule de bois nous attend demain. La crise économique de 2008 n’en est que le premier balbutiement.

Sauf que demain, on n’en a rien à foutre. On couche devant le Apple Store pour se payer à crédit le nouveau iPhone. On se paye le cabanon, la clôture, le spa sur la marge de crédit. La Grèce est en feu? Les Bourses paniquent? Bah… Ma job est « safe ». Je peux aller à Cuba cet hiver l’âme en paix. Je rembourserai l’an prochain.

Au gouvernement, on embauche 1000 fonctionnaires de plus. On se verse des bonis à droite et à gauche. On rajoute des structures. Un TGV? Pourquoi pas! Faisons tout cela, et ajoutons 8-9 milliards sur notre dette collective, encore.

La croisière s’amuse. Inconsciente. Pendant qu’une tempête parfaite se déchaîne à l’horizon. Une tempête qu’on semble toujours repousser à plus tard.

Jusqu’à ce qu’un jour, la roue arrête de tourner.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Cette civilisation, qui semble incapable d’échapper à sa fin, restera dans l’histoire comme le triomphe de la préférence temporelle.

  • contre l’endettement et la consommation personnelle on peut agir.on vit tres bien avec un salaire modeste si on ne consomme pas n’importe quoi et qu’on n’a pas de credit.la dette de l’etat est bien plus inquiétante,car on assiste a ces dérives , impuissants

  • Le gouvernement désire embaucher 1000 fonctionnaires pour controler les dérives du secteur … PRIVÉ qui arnaque le gouvernement avec de la collusion entre entrepreneurs et de faux dépassement de coût calculé par des ingénieurs du PRIVÉ qui reçoivent des petits cadeaux de l’entrepreneur PRIVÉ qui s’en met plein les poches.

    Alors faites-moi pleurer avec TOUT AU PRIVÉ !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour contrer la disparition des lecteurs de journaux, les médias postent depuis longtemps leurs articles sur leur site internet et développent des applications pour les smartphones. C’est ce dernier phénomène qui est au cœur d’une nouvelle bataille économique et juridique entre Apple et les éditeurs français.

 

La concurrence des contenus gratuits et « One-Shot »

Canal de désintermédiation, Internet est accusé depuis longtemps de détruire de la valeur pour les médias.

Ces derniers sont contraints de repenser leurs mo... Poursuivre la lecture

Hourra, nous n’allons plus payer la redevance télé !

Génial : 138 euros de plus par an, cela va considérablement augmenter le pouvoir d’achat des Français en cette période d’inflation. À titre de comparaison, l’effet de l’inflation sur un salaire médian en France, c’est 1323 euros de pertes annuelles (un mois de SMIC), mais ce calcul ne frappe que le salaire, aucunement les pertes de valeur de l’épargne et des liquidités.

Mais cessons de nous plaindre ! Enfin un pas qui va dans le bon sens : la diminution de la pression fiscale ... Poursuivre la lecture

Le 20 mai dernier, Élisabeth Borne nommait son premier gouvernement. Le second gouvernement Borne, nommé dans la foulée des résultats des élections législatives de mi-juin, s’est révélé n’être en fait qu’un remaniement, sanctionnant les ministres défaits, en difficultés politiques ou nommés à d’autres fonctions. Aussi, les décrets d’attribution des ministères pris le 1er juin 2022 et 8 juin 2022 restent-ils en vigueur. Car les décrets d’attribution des ministres en disent plus sur la politique qui va être menée par le président de la Républiq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles