La Chine, la France, l’Honneur

Un écrivain, un sculpteur, une photographe menaceraient-ils la « sécurité » de la Grande Chine ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sunflower Seeds d'Ai Weiwei (CC, Loz Pycock)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Chine, la France, l’Honneur

Publié le 11 octobre 2011
- A +

Un écrivain, un sculpteur, une photographe menaceraient-ils la « sécurité » de la Grande Chine ? Oui, pour le gouvernement chinois comme dans tout régime autoritaire, tout art est subversion. L’exposition à Boulogne d’une photographe chinoise menacerait-elle les relations commerciales entre la France et la Chine ? Oui, à en juger par le refus d’un Ministre de la Culture sans honneur de se rendre à cette exposition.

Par Guy Sorman, depuis Boulogne, France

Sunflower Seeds d'Ai Weiwei (CC, Loz Pycock)

La civilisation chinoise renaît au monde, ce qui est heureux, grâce à des artistes audacieux comme Gao Xinjiang, Ai Weiwei, Liu Xia. Loin de comprendre combien ces créateurs sont l’honneur de la Chine, le gouvernement de Pékin les écrase et le gouvernement français les ignore.

Gao, Prix Nobel de littérature, vit à Paris, en exil, interdit de séjour dans son propre pays qu’il a si richement évoqué dans La Montagne de l’âme. Ai Weiwei, enlevé par la sécurité chinoise, incarcéré deux mois au secret, vit maintenant  en liberté surveillée à Pékin, interdit de parole. Liu Xia, peintre et photographe – figure emblématique de la scène artistique chinoise – a « disparu », depuis janvier 2011 : on suppose qu’elle est incarcérée à son domicile, coupée du monde.

Un écrivain, un sculpteur, une photographe menaceraient-ils la « sécurité » de la Grande Chine ? Telle est l’accusation, évidemment démesurée, du Parti communiste chinois. Ces artistes ont en commun, il est vrai, de s’exprimer dans les marges, de puiser leur inspiration dans le peuple, son histoire, ses souffrances : ils ne sont ni réalistes, ni socialistes puisqu’ils ne sont en somme que des artistes. Le gouvernement chinois à cet égard ne nous surprend guère : tout art est subversion dans un régime autoritaire, rien de nouveau sous le soleil rouge. Avec tout de même, dans le cas de Liu Xia, un vice  supplémentaire car le régime de Pékin ne lui attribue pour seul crime que d’être l’épouse de Liu Xiaobo, Prix Nobel de la Paix. Liu Xia n’est pas accusée comme Ai Weiwei de « fraude fiscale » : elle n’a jamais rien écrit ou dit qui touche à la politique ni à la démocratie. Mais elle est mariée avec celui qui a osé recourir au droit de pétition, inscrit dans la Constitution chinoise et demandé qu’un débat s’ouvre sur l’avenir démocratique de la Chine.

Liu Xia, coupable donc d’être femme et qui, à ce titre, n’a jamais été autorisée à exposer ses travaux en Chine (on ne connaît ses photos que postées sur internet), sera parmi nous, pas elle mais ses œuvres, en France, au Musée de Boulogne-Billancourt, à partir du 19 octobre. Ce sera une Première mondiale : nous verrons enfin les tirages originaux, exfiltrés de Chine, de photographies abstraites et symboliques, aussi réputées qu’inconnues jusque-là.

On s’attendrait, le service minimum, que le ministre de la Culture français inaugure cette exposition, s’incline devant la renaissance de l’art en Chine et témoigne de son soutien envers une artiste incarcérée. Sa présence témoignerait de l’honneur de la France, du sien et de la Chine vraiment nouvelle. Mais Frédéric Mitterrand, convié par le député-maire de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet (UMP), ne viendra pas. Serait-il trop occupé à inaugurer quelques chrysanthèmes académiques ? Caché derrière  son « emploi du temps  trop chargé », on sait bien que le Ministre redoute d’offenser Pékin. Les  dirigeants chinois ne vont-ils pas mal le prendre ? Ne seront-ils pas tentés de nous acheter une centrale nucléaire en moins dans le cas où le ministre de la Culture obéirait à sa conscience plutôt qu’à des ordres que nul ne lui a donnés, pas plus à Pékin qu’à Paris ? Car Nicolas Sarkozy, envers la Chine, est plus clair que Frédéric Mitterrand : en avril 2011, inaugurant la nouvelle ambassade de France à Pékin, on l’a entendu souligner combien les relations franco-chinoises étaient amicales et que, bien évidemment, la France défendrait auprès des Chinois nos valeurs démocratiques. Pareillement en août 2011, devant les ambassadeurs de France réunis à l’Élysée, le Président déclarait que notre pays désormais renouait avec ses valeurs  humanistes .

Frédéric Mitterrand et d’autres dignitaires qui lui ressemblent seraient-ils restés à l’heure Chiraquienne quand la « diversité culturelle » conduisait nos gouvernements à louer le despotisme oriental ? Le ministre de la Culture, en tout cas, n’est pas Mitterrandien. Son oncle François, après le massacre des étudiants Place Tien Anmen, le 4 juin 1989, invita les survivants à ouvrir le défilé du bicentenaire de la Révolution, sur les Champs-Élysées. Puis il gela les relations avec la Chine, interdisant en particulier le commerce des armes avec Pékin, une interdiction qui vaut toujours. Ne confondons donc pas les deux Mitterrand : le vrai et le faux, celui qui respectait les artistes et celui qui se satisfait de leur incarcération.

Mais à la fin des temps, ce qui restera de la Chine, ce seront les  créations de Gao, Ai Weiwei et Liu Xia : Liu Xia emprisonnée mais qu’il faut imaginer heureuse car elle apprendra peut-être, toute prison murmure, qu’en France, son œuvre, enfin, est connue et reconnue. Ceux qui verront cette exposition découvriront que la Chine renaissante  vit  dans ces photos, bien plus que par les objets indifférenciés que les usines chinoises déversent sur le marché mondial. Liu Xia est l’honneur de la Chine : ceux qui ne le comprennent pas, ne savent pas ce qu’est ni l’honneur, ni la Chine.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « pour le gouvernement chinois comme dans tout régime autoritaire »

    En Chine, le régime ne serait-il pas plutôt « totalitaire » ?

  • Certes la Chine n’a pas encore renoncé aux pratiques habituelles des régimes socialistes, avec ses Laogai (http://www.communistcrimes.org/en/Database/China/Historical-Introduction) et ses condamnations à mort, mais je crois que le gouvernement français doit aussi faire preuve de modération lorsqu’il soutien l’opposition politique chinoise.
    Les gouvernants français ont depuis toujours adoré donner des leçons de moraline et de droitsdelhommisme au monde entier, même si cela ne dépasse pas le stade de la rhétorique : à ma connaissance aucun Pays a changé son régime politique en résultat de la parlotte diplomatique française…
    La Chine sera de plus en plus un partenaire incontournable en termes du commerce extérieur de la France (import et export) et il serait utopique de croire que les discours humanistes, démocratiques et droitsdelhommistes de nos diplomates puissent avoir un quelconque effet sur la politique chinoise outre que des mesures de limitation des échanges de la part de la Chine. La Chine peut plus facilement se passer de la France que l’inverse.
    La position de la France est peut-être hypocrite, mais l’hypocrisie est peut-être aussi une forme de réalisme …

    • Dans le droitdelhommiste, on est fort, et dans le grandegueulisme le monde entier nous envie, …et se fout de nous dès que nous avons le dos tourné.
      La Chine était totalitaire du temps de Mao, mise en place de l’utopie de la « Révolution Culturelle » envoyant les intellectuels à la campagne. Totalitaire parce que le régime avait le contrôle de la totalité des éléments de la vie privée de chaque personne avec un appareil répressif cauchemardesque.
      Où étaient les protestations des intellectuels français ? La presse bavait d’admiration.

      Les huées sur le trajet de la flamme olympique en 2008 me font honte, de même que la révérence outrancière au Dalaï-Lama.

  • A Hugues

    A propos du Dalai-Lama, il y a un article très intéressant dans l’édition du 1er octobre du magazine TIME :
    http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,2095608,00.html

    Le Dalai-Lama actuel avec sa politique pacifique est utile à la Chine …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Taiwan
1
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Depuis plusieurs mois, la presse étrangère évoque la pénurie de semi-conducteurs et de micropuces. Les mesures liées au covid ont perturbé leur production. Ces nouvelles sont passées relativement inaperçues et n’ont pas soulevé beaucoup de réactions en France. Pourtant, l’enjeu est beaucoup plus important qu’on ne le pense.

Dans notre monde actuel dépendant des appareils informatiques, les semi-conducteurs sont essentiels. Sans eux, nos ordinateurs ne pourraient pas être fabriqués. Ainsi, au début de l’ann... Poursuivre la lecture

L'escale à Taïwan de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, risque de relancer les tensions entre Washington et Pékin. La rivalité sino-américaine est à son comble, et se traduit partout dans le monde, avec l'Ukraine, comme point focal.

Sur le grand échiquier stratégique visant à conserver leur position dominante dans le monde, les États-Unis doivent rassurer leurs alliés en sortant de l'ambiguité face à leurs concurrents russe et chinois.

 

Un signal fort au camp atlantiste à Taiwan

... Poursuivre la lecture

Contrepoints occident déclin
1
Sauvegarder cet article

En 2016, j’écrivais que « le refrain du déclin en Occident est injustifié » et cet article n’a pas pris une ride. Six ans après, je constate de nombreuses confirmations, malgré la pandémie et la guerre de la Russie à l’Ukraine.

 

2016 : le refrain du déclin occidental est injustifié

Les échecs américains au Moyen-Orient, succédant aux considérations sur le poids de la Chine dans le monde, ont relancé l’idée d’un déclin occidental. À tort, car cette formule cache l’évolution réelle du monde.

Précisons d’abord que l’Oc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles