Ford lance une pub contre les sauvetages d’entreprises

Pour se démarquer de ses concurrents, Ford vient de lancer une campagne de pub aux allures « anti-bailout »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo Ford (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ford lance une pub contre les sauvetages d’entreprises

Publié le 21 septembre 2011
- A +

Ford vient de lancer une campagne publicitaire aux allures « anti-bailout » pour se démarquer de ses concurrents, GM et Chrysler.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec

Ça a pris du temps, mais Ford a finalement osé.

Rappelez-vous en 2009, on pensait que le «big three» de l’automobile (GM, Chrysler et Ford) allait couler. Washington a prêté des milliards à Chrysler et GM pour leur permettre de garder la tête hors de l’eau. Ford a décliné l’offre, et s’est remise sur pied par elle-même. (Ford a quand même reçu un prêt de plusieurs milliards quelque temps après, dans le cadre d’un programme d’efficacité énergétique.)

Je me suis souvent demandé si Ford allait un jour utiliser cet événement pour se démarquer de ses concurrents, et exploiter la colère de plusieurs Américains envers ce plan de sauvetage. Il y a quelques jours, Ford a lancé cette publicité, aux allures « anti-bailout ».

Chez Forbes, on crie à l’hypocrisie. Alors, bonne idée ou pas cette pub?

 

Compléments [1] :

Dans cette publicité, à la tonalité politique, on voit débarquer l’heureux propriétaire d’un véhicule Ford. Son nom est Chris. Il s’assied devant un parterre de « journalistes » qui l’interpellent : « Chris, Chris! » On lui demande d’expliquer pourquoi l’achat d’une Américaine était important à ses yeux. Chris répond qu’il ne souhaitait pas acheter une autre voiture qui aurait bénéficié des plans de sauvetage de l’État et qu’il préférait s’adresser à un fabricant qui s’appuie sur ses propres ressources : gagner, perdre, se reconstruire. Il poursuit en expliquant que c’est ainsi que l’Amérique devrait agir: saisir l’opportunité d’apprendre de ses échecs, se relever et retourner au travail.

Un porte-parole de Ford a indiqué que Chris est le véritable propriétaire d’un véhicule Ford et qu’il s’agit dans cette publicité de ses propres mots (le film aurait été totalement improvisé).

Chris a diffusé cette vidéo sur YouTube pour expliquer le contexte de la publicité :

—-
Note :
[1] Les compléments sont de la rédaction de Contrepoints.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll. Un article de la Foundation for Economic Education

La deuxième plus haute juridiction de l'UE s'est prononcée contre Google la semaine dernière après que la société a fait appel d'une amende de 2,8 milliards de dollars infligée dans le cadre d'une affaire antitrust en 2017.

Selon CNBC :

« Cette décision intervient après que la Commission européenne [...] a déclaré en 2017 que Google avait favorisé ses propres services de comparaison de prix et a infligé à la société une amende de 2,42 milliards d'euro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles