Vingt ans de réformes économiques vers le marché libre en Inde

Vingt années de réformes économiques qui ont permis de moderniser l’économie du pays et d’ouvrir le marché indien à la mondialisation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vingt ans de réformes économiques vers le marché libre en Inde

Publié le 3 septembre 2011
- A +

Destiné à couvrir l’actualité économique avec des articles de fond à la manière de The Economist,  In Eco Veritas est un site à suivre avec intérêt. Ci-dessous, un de ses premiers articles.

En août 2011, l’Inde a achevé vingt années de réformes économiques qui ont permis de moderniser l’économie du pays et d’ouvrir le marché indien à la mondialisation. La croissance économique du pays, en berne jusque dans les années 1990, a bondi depuis pour faire du pays la troisième puissance d’Asie. Toutefois, une deuxième vague de réforme reste encore à réaliser.

« Un Indien sera en moyenne deux fois plus riche que son grand-père, un Coréen 32 fois », estimait Robert Lucas, en 1985, dans un document intitulé De la mécanique du développement économique. Les chiffres de ce prix Nobel d’économie étaient basés sur des estimations datant des années 1960-1980, période où le revenu par habitant en Inde  progressait de 1,4% par an. Mais de 1992 à 2002, cet indicateur a progressé à 3,7%, et de 2003 à 2010, il a progressé de 6,9%. A ce rythme, un Indien sera bientôt 32 fois plus riche que son grand-père, lui aussi !

Le mois d’août 2011 marque ainsi les vingt ans de la mise en place d’une commission de haut niveau – le comité Narasimham – créé par le gouvernement indien afin d’entreprendre des réformes au sein du monde de la finance indienne. En recommandant une déréglementation de ce secteur, le comité Narasimham a permis à l’Inde de parcourir un long chemin. Il a notamment contribué à améliorer l’efficacité des marchés de capitaux, ingrédient clé de la croissance économique. Les promoteurs de  l’économie libre de marché n’étaient cependant pas nouveaux en Inde. Bien avant 1991, le professeur Bellikoth Ragunath Shenoy, président de l’Indian Economic Association, avait déjà mené un combat d’avant-garde afin de favoriser le libre-échange.

40 années de planification et de crises systémiques

Isolé, B.R. Shenoy mettait en garde  l’Inde concernant les conséquences de la « planification centrale », instaurée dans les années 50 par le gouvernement de Jawaharlal Nehru et fortement influencée par le modèle soviétique. Il a ensuite fallu attendre vingt ans avant que d’autres chercheurs ne dénoncent ce programme. Jagdish Bhagwati, professeur de droit et d’économie à l’université de Colombia, et T.N. Srinivasan, professeur d’économie à l’université de Yale, expliquaient au milieu des années 70 que « les lois indiennes limitant le commerce extérieur, conjuguées aux politiques d’octroi de Licence Raj (autorisations gouvernementales de production ou d’extension de capacités) pour le secteur industriel […] compromettaient la performance économique du pays ». C’était en 1975 dans leur livre Foreign Trade Regimes and Economic Development: India. 

Pendant longtemps, cependant, Shenoy a été le seul économiste indien à dénoncer le deuxième plan quinquennal Nehru-Mahalanobis (qui tendait à reproduire le modèle du Gosplan,  comité étatique pour la planification en URSS). Dans une note de 1955, il faisait remarquer que le deuxième plan avait été conçu « en décrétant l’augmentation du revenu national qu’il était supposé atteindre ! » En d’autres termes, le plan déterminait un certain taux de croissance et s’employait ensuite à trouver un moyen de collecter les sommes nécessaires pour atteindre cet objectif. Shenoy expliquait au contraire que « c’est la disponibilité des ressources réelles qui doit être mesurée en premier et le plan d’investissement ne doit être élaboré qu’à partir de ces données ».

Lire la suite sur IEV.

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles