Jazz sous les tropiques: Concha Buika

Contrepoints été continue.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
galeriafot16gde

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jazz sous les tropiques: Concha Buika

Publié le 21 août 2011
- A +

Par Mathieu Beaufrère.

Il y a dans la vie ces parcours qui semblent tout tracés et que rien ne peut arrêter. Celui de la chanteuse espagnole, d’origine équato-guinéenne en fait parti. Née dans la pauvreté, entre deux révolutions, à la croisée de la culture africaine, du flamenco et du Jazz, Concha Buika impose aujourd’hui tout son talent.

En 1972, le dictateur  Francisco Macias Nguema se proclame président à vie, premier ministre, ministre de la justice et des Finances de la Guinée équatoriale, ancienne colonie espagnol d’Afrique. De nombreux dissident quittent le pays. Le père de Concha Buika est parmi eux. Mathématicien et écrivain farouchement opposé au régime absolutiste, il s’exile à Palma de Majorque aux îles Baléares. Cette même année, Concha née entourée de ses nombreux frères et soeurs dans le quartier le plus pauvre de Palma, le Barrio Chino. Ici se côtoient tant bien que mal prostituées, toxicomanes et artistiques en tout genre fuyant la répression  franquiste. Devant un décor de misère, bien avant que les touristes allemands colonisent les îles Baléares, les plus grands poètes espagnoles, qui se cachent dans les vieux quartiers déshérités, écrivent leurs plus beaux chefs d’oeuvres pour les guitares et les chants gitans.

Après avoir très tôt appris que l’on pouvait survivre n’importe où, Concha Buika quitte sa famille et part chercher du travail à Londres. La fille des quartiers pauvres n’a pas d’argent en poche et ne parle même pas anglais. Du nettoyage des bureaux et des cafés, aux chants de mariages, tout est bon pour gagner sa vie. La future chanteuse obtient un emploi en tant que hôtesse dans un service de téléphone érotique. Le boulot est simple, simuler l’orgasme au téléphone, en chausson et survêtement, s’en jamais quitter des yeux sa série télévisée préférée. Avec ce travail elle se paye sa première guitare et commence à rêver à l’écoute des disques du guitariste de jazz Pat Metheny. De retour à Palma de Majorque Concha Buika commence à jouer avec de petits groupes locaux et transpose naturellement sa culture africaine avec les rythmes envoûtant du flamenco. Aujourd’hui elle l’affirme : « le flamenco appartient à quiconque veut le ressentir et le vivre« . Née sous une bonne étoile, la jeune chanteuse se fait remarquer dans les lieux nocturnes de l’île et signe un contrat pour Las Vegas grâce à sa ressemblance, tant vocale que physique, avec la diva Tina Turner !Dotée d’une voix exceptionnelle, durant dix années la chanteuse va se perfectionner auprès des bandes originales de film et du pianiste jacob Sureda, avant de publier son premier album Buika en 2005. Mi Nina Lola, hommage à sa grand mère africaine, le succède très rapidement et est couronné de succès. Très bien entourée, la voix de Concha Buika est sublimée avec poésie et radicalité. L’album disque d’or en Espagne remporte le Latin Grammy Awards.

Le succès est tonitruant. En 2008, sort Nina de Fuego. La chanson populaire des années 1930 de Concha Piquer et de Charles Aznavour est remise au goût du jour, ainsi que la colpa, musique folklorique espagnol très répandu en Amérique latine. Puis après une tournée mondiale et une réussite éclatante, Concha Buika fait une fois encore sensation avec un hommage au célèbre chanteur mexicain Chavela Vargas et au pianiste cubain Bedo Valdes, enregistré en live à cuba avec le quartet de Chucho Valdes.

Le réalisateur Pedro Almodovar a misé sur la voie envoûtante de Concha Buika pour une sublime reprise de Petite Fleure, de Sydney Bechet, dans son nouveau chef d’oeuvre, La piel que habito. Preuve d’une reconnaissance accrue de la part du monde artistique pour la chanteuse.



Un article publié en collaboration avec PaixaoHall

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Charles Castet.

Quand passent les cigognes (1959) de Mikhail Kalatozov.

« Maintenant ce sont des instruments de propagande, ce qu’ils n’étaient pas quand ils furent faits. »

Il s’agit d’un échange lors d’un meeting de l’opposition à Poutine dans une ville de province au bord de la Volga en 2018 lors des élections présidentielles russes. Il y était question des comédies soviétiques des années 1960 et 1970 qui occupent une place particulière dans l’imaginaire des populations des pays de l’ex-URSS ainsi que de leur récup... Poursuivre la lecture

Par Julien Gayrard.

« De la cire dans les oreilles. C’était là, jadis, presque la condition préalable au fait de philosopher : un authentique philosophe n’avait plus d’oreille pour la vie, pour autant que la vie est musique, il niait la musique de la vie[1. Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir, §372].» - Nietzsche

De la cire dans les oreilles… vraiment ?

« Pour autant que la vie est musique » nous dit Nietzsche. Et quel visionnaire ! Bien sûr que la vie est musique ! Aurions-nous envie de répéter après lui, considérant qu... Poursuivre la lecture

Par Thierry Guinhut.

Il devrait être ridicule de présenter un homme à l’aune de sa couleur de peau. Il faut encore pourtant que ce soit un manifeste, surtout s’il concerne une personnalité disparue en 2011, une personnalité qui, née en 1949,  passa son enfance dans le Tennessee, bastion de la ségrégation et du souvenir de l’esclavage. Que l’on s’affirme par la chanson et le rock and roll, ou par la littérature, par le roman ou par La Dernière fête, une autobiographie, reste alors un combat identitaire, sous-tendu par une thèse indéfect... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles