Que faire durant les récessions: le multiplicateur autrichien

Le meilleur moyen pour l’État de relancer l’économie est de diminuer de façon permanente le fardeau fiscal et règlementaire des entreprises

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Que faire durant les récessions: le multiplicateur autrichien

Publié le 28 juillet 2011
- A +

De Montréal, Québec

Un article très intéressant est paru le 21 juillet sur le site du Mises Institute; j’ai décidé d’y mettre mon grain de sel. L’article introduit un nouveau concept dont je n’avais pas encore entendu parler: le multiplicateur autrichien.

Si une entreprise a une marge brute de 25% et que ses coûts augmentent de $2.000 en raison d’un fardeau règlementaire plus important ou encore d’une hausse de taxes, elle devra augmenter ses ventes de $8.000 pour compenser la perte de profit, soit un multiplicateur de 4. En période de récession, cette situation est fondamentalement importante puisque cela pourrait faire la différence « entre la vie et la mort ». Comme en récession la demande est plus faible, l’entreprise choisit plutôt de couper dans sa main d’œuvre, ce qui a un impact négatif sur l’emploi. C’est pourquoi la règlementation et les impôts nuisent à l’emploi.

Supposons qu’une entreprise a besoin de $2.000 en profits supplémentaire pour rester en affaires et que ses marges brutes sont de 25%, il lui faudra des ventes supplémentaires de $8.000 pour y arriver. Ce sera très difficile d’y arriver avec un plan de relance visant à stimuler la demande en augmentant les dépenses gouvernementales. Par ailleurs, le stimulus étant non-récurrent, il est peu probable que l’entreprise investira dans sa capacité de production et embauchera de nouveaux employés permanents. Par contre, une simple baisse d’impôt de $2.000 permettrait d’y arriver rapidement et sûrement, à un coût fiscal moindre pour l’État. Cette approche est nettement supérieure.

Voici un exemple: une firme a un volume de vente de 75.000 unités et réalise une marge de profit avant impôts de 30%. Son profit net est donc de $157.500.

Si une nouvelle règlementation (par exemple Obamacare)  fait augmenter ses coûts fixes de 10% et qu’on augmente ses impôts de 10%, son profit net diminuerait de 22,9%. Cette situation n’est pas propice à l’investissement et à la création d’emploi.

Maintenant, en période de récession, supposons que les volumes de ventes baissent à 40.000; l’entreprise n’arrive alors qu’à se maintenir la tête hors de l’eau, avec un faible profit de $10.500. Elle décide alors de réduire sa main d’œuvre de 20% (deuxième scénario), ce qui fait augmenter ses profits à $42.000. C’est bien maigre, mais au moins ça permet à l’entreprise de rester en affaires.

Dans le troisième scénario, on suppose que, dans le cadre d’un plan de relance, le gouvernement lui accorde un contrat de 5.000 unités. Elle réalise alors un profit de $63.000 et il en coûte $50.000 à l’État.

Dans le quatrième scénario, on suppose que le gouvernement choisit plutôt de réduire ses impôts de $18.000. Son profit est alors de $60.000, soit presque équivalent à celui du scénario où l’État dépense $50,000 pour stimuler la demande! C’est le multiplicateur autrichien à l’œuvre…

Ces profits pourront être utilisés pour investir dans l’entreprise et payer des dividendes aux actionnaires. D’une façon ou d’une autre, l’argent sera réinjecté dans l’économie et contribuera à la reprise économique.

Les keynésiens répliqueraient possiblement que l’entreprise ou ses actionnaires pourraient simplement  déposer les profits supplémentaires à la banque plutôt que de les dépenser ou les investir. À ce moment, l’argent est injecté dans le système bancaire et peut servir à faire des prêts, qui eux se chargeront d’injecter l’argent dans l’économie et à faire naturellement baisser les taux d’intérêt. Par ailleurs, l’économie fiscale de $32.000 ($50.000 – $18.000) réalisée par le gouvernement dans notre exemple pourra être utilisée pour réduire les impôts des particuliers de sorte que ceux-ci verront leurs revenus augmenter et pourront hausser leurs dépenses et leur épargne.

Conclusion:
Le meilleur moyen pour l’État de relancer l’économie en récession est de diminuer de façon permanente le fardeau fiscal et règlementaire des entreprises. De cette façon, leur rentabilité se rétablit et elles peuvent se remettre à investir et créer des emplois.

Un article du blog Le Minarchiste

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Excellent !

    Le raisonnement est également valide en période de croissance : il explique le chômage de masse permanent et la faiblesse de la croissance française depuis plusieurs décennies.

    L’Etat-providence doit reculer massivement.

  • Très intéressant ! Par curiosité, comment sont calculés les 8000 $ de compensation nécessaire du début ?

    • Il faut 2000$ a l’entreprise.
      Elle réalise seulement 25% de marges ( soit 1/4 de son chiffre d’affaire)
      Or
      8000/ 4 = 2000
      Il lui faut donc trouver 8000$ pour en gagner 2000!

      Par contre, si les impôts sont déjà bas, l’état ne peut plus  » donner » a l’entreprise de cette manière …

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les collapsologues ont tout à fait raison : nous vivons bien une période d’Apocalypse, à la nuance près que ce n’est pas la planète qui s’effondre, c’est l’État qui part en totale déconfiture.

En quarante ans de "néolibéralisme" (entendez par là en quarante ans de soviétisation menée par des fils à papa parisiens pourris gâtés) la France s’est propulsée avec vigueur et confiance dans une trajectoire menant tout droit dans le mur.

Le prétendument meilleur système de santé au monde est en fait un dispensaire qui ne tient que par m... Poursuivre la lecture

Par Florent Ly-Machabert.

Le bon sens, loin d’être comme le pensait René Descartes la chose la mieux partagée au monde, semble avoir déserté le débat public : sur le plan sanitaire, peu de voix se sont fait entendre pour dénoncer, entre autres, qu’on n’impose pas le port du masque au plus fort de l’épidémie ; sur le plan économique, où l’on ne s’étonne même plus que la relance quasi ininterrompue depuis la fin des Trente Glorieuses n’ait toujours pas tiré notre beau pays de l’ornière dans laquelle il n’a en réalité cessé de s’enfoncer.... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

 

Si de nombreux acteurs du marché s'inquiètent des hausses de taux, ils semblent ignorer le risque le plus important : la possibilité d'une fuite massive de liquidités en 2023.

Bien que le mois de décembre soit arrivé, les bilans des banques centrales ont à peine, voire pas du tout, diminué. Plutôt que des ventes réelles, une monnaie plus faible et le prix des obligations accumulées expliquent la majorité de la baisse des bilans des grandes banques centrales.

Dans le contexte de déficits p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles