Otages : 500+

La noble cause du journalisme refuse que d’autres soient mis au même avant-plan que ses propres martyrs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Piraterie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Otages : 500+

Publié le 4 juillet 2011
- A +

 

Pour les otages, nous avons dépassé les 500. Je ne parle pas des jours de détention de nos aventuriers de France 3, mais du nombre de marins retenus par les pirates somaliens. A vrai dire, nul ne semble connaître le compte, les uns disent 550, Jack Lang qui cherche à se faire nommer Haut Commissaire de l’ONU à la Piraterie — on en sourirait presque — évoque 700, d’autres 800. Les journalistes sont trop occupés à défendre leur réputation grâce à des actions de soutien à leurs imprudents dans les écoles et sur la Croisette pour se renseigner sur le chiffre exact. Ils sont trop fatigués aussi pour se donner la peine de comparer les autres aux uns, les Indonésiens ou Ukrainiens aux Français, les conditions de détention de ceux qui ne valent que pour leurs proches avec celles de ceux qui sont devenus déterminants dans la stratégie militaire de notre pays en Afghanistan.

La noble cause du journalisme refuse que d’autres soient mis au même avant-plan que ses propres martyrs. La noble cause du journalisme, tiens donc… Ne consiste-t-elle pas à mettre les nouvelles en perspective pour les éclairer ? A rassembler pour l’homme de la rue les informations pertinentes qui lui permettent de se faire une opinion motivée ? A recenser les conséquences sur le commerce, le prix du baril, ou la morale, de ce qui se passe dans l’océan Indien ?

Eh bien ça doit être autre chose. Cependant, l’industrie de la piraterie se développe, il y a même depuis peu des « entreprises » qui se financent à la manière capitaliste, en émettant des parts qui donnent droit à participer au partage des rançons. Les meilleurs pirates donnent des interviews. Finalement, ça sent la possibilité de polémique entre anti-capitalisme et complaisance avec les people ; tout espoir de voir les médias s’intéresser au sujet n’est donc peut-être pas perdu…

Article repris du site de l’auteur avec son aimable autorisation

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Rasheed Hashi. Un article de Libre Afrique

Au cours des dernières semaines, de nombreux Somaliens se sont posé une question importante : après près de 60 ans d’indépendance, pourquoi avoir besoin d’un homme blanc — un muzungu ou saan-cadde comme on dit — pour jouer le baby-sitter et diriger la banque centrale, une entité somalienne souveraine ?

Si les informations sont exactes, un Britannique devrait être nommé à la tête de la Banque centrale du pays. Cela crée un dangereux précédent. Pourquoi alors ne pas laisser les Europé... Poursuivre la lecture

Par Abdurahman Baadiyow. Un article de Libre Afrique

Après l'effondrement de l'État en 1991, la Somalie est entrée dans une nouvelle ère de sa longue histoire. Cette période a exposé la vulnérabilité de l'État postcolonial et la persistance de la culture locale basée sur le clanisme et l'islam. La guerre civile qui s'en est suivie, entre factions armées, a dévasté le pays.

Depuis lors, le discours de réconciliation a été mis en avant comme un jargon sans substance. Le conflit en Somalie a été présenté comme un conflit de clans e... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Brian Doherty Un article de Reason

[caption id="attachment_220924" align="aligncenter" width="640"] Jeune Somalien-Samenwerkende Hupog... (CC BY-SA 2.0)[/caption]

Pour la plupart des Américains, évoquer la Somalie amène de perturbantes images de pirates et de seigneurs de guerre, de sécheresses et de famines, d'anarchie et d'hélicoptères américains abattus. Pour ceux débattant de politique, cette nation de la Corne de l'Afrique est un puissant talisman : son nom est utilisé pour prendre le dessus sur tout argumentaire libér... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles