Décès de John Hospers

Il fut le premier candidat libertarien à la présidentielle américaine en 72

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Hospers b

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Décès de John Hospers

Publié le 21 juin 2011
- A +

Par Damien Theillier pour le Bulletin d’Amérique

John Hospers est décédé le 12 juin 2011 à l’âge de 93 ans. Avec Robert Nozick, Murray Rothbard ou Tibor Machan, il fut de ces universitaires américains qui ont travaillé à donner une crédibilité académique à la philosophie libertarienne. En mars 2011, l’Institut Coppet avait traduit pour la première fois en français l’un de ses articles : De l’égalité.

Hospers est né et a grandi à Pella, une ville située près de la capitale de l’État de l’Iowa, Des Moines, principalement habitée par les descendants des émigrés hollandais du début du XIXe siècle. Son grand-père, a été l’un des fondateurs de Pella en 1847. John est diplômé de l’école publique Pella en 1935, il obtient sa maîtrise en littérature à l’Université de l’Iowa et son doctorat en philosophie à l’Université Columbia. Il enseigne ensuite la philosophie et les sciences humaines à Columbia puis à l’Université de Caroline du Nord et à l’Université du Minnesota.

Sa thèse de doctorat, Meaning and Truth in the Arts, fut son premier livre publié. Son deuxième livre, An Introduction to Philosophical Analysis, a connu quatre éditions et fut un vrai succès grand public. Ce dernier a été suivi par son livre sur l’éthique, Human Conduct, et par un nombre considérable d’articles sur l’esthétique et l’épistémologie dans diverses revues.

En 1972, John Hospers a été le premier candidat du Parti libertarien pour la campagne présidentielle. A cette occasion, il a rédigé un manifeste politique destiné à populariser la philosophie libertarienne : Libertarianism, a political philosophy for tomorrow.

Ses nombreux essais philosophiques sont connus aux Etats-Unis pour leur style clair et élégant. Comme rédacteur en chef de la revue The personalist, John Hospers a initié à la philosophie libertarienne toute une génération de jeunes penseurs intéressés par les questions touchant l’éthique et la politique.

Lire la suite sur le site du Bulletin d’Amérique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

Les libertariens se demandent souvent pourquoi le socialisme continue à être si populaire, alors qu’il s'est avéré être un tel échec en tant qu’idéologie politique et système économique. Bien que l’idéologie de l’éducation publique et des médias traditionnels soient des raisons importantes qui expliquent cela, la persévérance obstinée du socialisme est aussi quelque peu fictive, car le socialisme a évolué : le socialiste d'aujourd'hui n'est pas le socialiste d'antan.

Cette distinction est importante à garder en... Poursuivre la lecture

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

Intervention d’ouverture de la 4ème édition de l’Université d’automne en école autrichienne, 2014, dont les éditions de l’Institut Coppet ont publié les conférences en format papier.

Par Damien Theillier. Un article de l'Institut Coppet

[caption id="attachment_78422" align="alignleft" width="160"] Frédéric Bastiat (image libre de droits)[/caption]

Je ne vais pas vous parler tellement d’École autrichienne ce soir. Je préfère laisser cela à des spécialistes, demain. Mais je vais vous parler un peu de l’École française, l’É... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles