Des autorités locales contre le budget de l’UE

Les élus locaux sont chauffés à blanc par l’idée que les économies qu’ils font sont bouffées par Bruxelles

Félicitations aux patriotiques conseillers locaux qui ont voté contre l’augmentation de notre contribution nette au budget de l’UE de 60% alors qu’on coupe les financements des autorités locales. Les administrations génèrent de plus en plus de gâchis à mesure qu’elles se trouvent plus éloignées de l’électorat. Les councils locaux sont en général plus efficaces que les ministères de Whitehall à Londres, qui eux-mêmes sont plus efficaces que le directorat général de la Commission européenne. C’est de la folie, à une époque où tous les niveaux de gouvernement cherchent des économies à faire, que d’augmenter notre tribu à la couche la plus éloignée et la plus inefficace de toutes.

Je suis très fier de dire que trois councils de ma propre région ont imité Medway, et ont condamné l’augmentation du budget, tout en donnant mandat à leur député local de voter contre toutes augmentations futures : le West Berkshire, le South Buckinghamshire et Adur (qui comprend Shoreham-by-Sea et les villes alentours). Et, plus loin de chez moi, Hartlepool, dominé par les travaillistes, en a fait autant. Je ne peux pas insister assez fort sur le fait que ceci n’est pas une question partisane : les conseillers locaux de tous bords, voyant l’impact des coupes budgétaires sur leur propre zone de responsabilité, sont chauffés à blanc par l’idée que les économies qu’ils font sont bouffées par Bruxelles.

Si vous êtes un conseiller local, pourquoi ne pas proposer à votre council une résolution similaire (voyez ici pour les détails). Si vous n’en êtes pas un, vous pouvez suggérer au vôtre qu’il, ou elle, en fasse de même. Méditez ceci : dans le temps très court qu’il vous a fallu pour lire ceci, la Grande-Bretagne a transféré à peu près £45.000 à l’UE. Comme le disait sans cesse David Cameron pendant la période électorale : nous ne pouvons pas continuer comme ça.

Repris du site de Daniel Hannan sur le site du Telegraph, avec son aimable autorisation.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.