Café amer

Être privé de cette gorgée chaude et stimulante au réveil est le signe d’une mauvaise journée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Café amer

Publié le 5 février 2011
- A +

Prendre un petit verre de café est l’équivalent national du petit déjeuner. On peut manquer de n’importe quoi : de pain, de beurre et même du lait introuvable, mais être privé de cette gorgée chaude et stimulante au réveil est le signe d’une mauvaise journée. Mes grands-parents, mes parents et tous les adultes qui m’entouraient enfant, buvaient tout en discutant des tasses et des tasses de ce liquide noir. Chaque fois que quelqu’un venait à la maison on mettait la cafetière sur le fourneau parce-que le rituel de partager un café avec lui était aussi important que l’embrasser ou l’inviter à entrer.

Il y a quelques semaines, Raúl Castro a annoncé qu’on allait commencer à mélanger le café du marché rationné avec d’autres ingrédients. C’était sympathique d’entendre un chef d’État parler de sujets culinaires, mais ce fut aussi un motif de moquerie populaire d’entendre dire officiellement une chose qui était déjà une pratique commune sur l’île depuis des années. Non seulement nous avons frelaté depuis des décennies notre principale boisson nationale, mais l’État nous a dépassé en ingéniosité sans le mentionner sur l’étiquette. On ne peut déjà plus mentionner l’origine « cubaine » dans la distribution du stimulant breuvage puisque, ce n’est un secret pour personne, le pays importe de grandes quantités depuis le Brésil et la Colombie. Sur les 60 mille tonnes annuelles qu’atteignait la production cafetière nationale, on arrive seulement à en récolter 6 mille aujourd’hui.

Ces derniers mois « le nectar des dieux blancs » comme on l’a appelé un jour est devenu rare. Les maîtresses de maison ont dû reprendre la pratique de le mélanger à des petits pois grillés, pour préserver le petit verre d’amertume dont nous avons besoin pour ouvrir les yeux. Nous ne savons pas si on peut l’appeler café, mais nous avons au moins quelque chose de chaud et amer à prendre le matin.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles