La démocratie, barrage au fondamentalisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La démocratie, barrage au fondamentalisme

Publié le 4 février 2011
- A +

J’ai lu, il y un certain temps, un livre assez amusant qui s’intitulait « Oui mais, est-ce que c’est bon pour les juifs ? » C’était une espèce de blague privée à rallonge, une référence à la façon dont presque tout peut être classé sur une échelle de judéophilie, (Concours Eurovision : bon, Desperate Housewives : mauvais, Scarlett Johannsson : bonne, Joaqin Phoenix : mauvais, etc.)

Le consensus qui se dessine est que les troubles en faveur de la démocratie en Égypte ne sont Pas Bons Pour Les Juifs : qu’un soudain changement de régime pourrait menacer la relation courtoise, même si elle est loin d’être affectueuse, qu’entretient l’Égypte avec Israël. Par une extension du même raisonnement, les révoltes arabes sont considérées comme pas bonnes pour l’Occident. Hosni Moubarak, d’après cet argument, est un salopard, mais c’est notre salopard ; les Frères musulmans sont quelque chose de bien plus lugubre.

Il y a, cependant, un autre argument possible, qui soutient que la réforme démocratique au Moyen-Orient vient prouver le bien fondé du projet néocon. Certains commentateurs avancent que ce sont précisément des régimes tels celui de Moubarak – ou plutôt, le soutien que leur apporte l’Occident – qui ont amené tant de jeunes hommes dans les mains des extrêmistes. Selon cette version des choses, la loi de la majorité dans le monde arabe sera, à long terme, bon pour Israël et bon pour nous autres, puisque ces régimes n’exporteront plus (pour emprunter l’expression de Lénine) leurs contradictions internes.

Je n’ai aucune idée de qui a raison. Nombreux sont les commentateurs qui connaissent la région mieux que moi. Mais, sûrement, toutes choses égales par ailleurs, notre penchant devrait plutôt aller dans le sens du gouvernement représentatif. Nous avons déjà fait des erreurs à ne pas répéter dans le passé. En Iran, nous nous sommes alignés derrière une autocratie brutale parce que l’autre branche de l’alternative était supposée être le fondamentalisme islamique. Et, ça a bien tourné pour nous ?

Nous avons fait pareil en Algérie, en refusant de reconnaitre un résultat d’élection légitime, et en plongeant ainsi ce pays dans un tourbillon d’entropie qui éjecte dans toutes les directions des prêcheurs radicaux et des terroristes kamikazes. Nous faisons la même chose en Arabie Saoudite. Et nous faisons aussi certainement la même chose dans un pays sur lequel je connais une chose ou deux : l’Ouzbekistan. Parce qu’Islam Karimov a eu la ruse, en 2001, de s’autodéclarer allié dans la guerre contre le terrorisme, nous avons soutenu son monstrueux régime. Karimov a été assez malin pour étiquetter tous ses opposanst jihadistes : il s’agit là d’un pays ou l’islam n’a jamais été observé de façon très soutenue, et où 70 ans d’athéisme soviétique avait virtuellement éliminé la foi d’antan. Mais, bien sûr, la propagande de Karimov a fini par s’auto-réaliser. S’entendant dire de façon répétée que la seule autre option était le fondamentalisme islamique, certains Ouzbeks se sont tournés par désespoir vers cette doctrine. L’Occident crée la chose même qu’il prétend craindre.

Ce que je pense, c’est que l’option la plus sûre contre le fondamentalisme islamique, c’est la démocratie. Donnez aux gens la responsabilité, comme Keith Joseph ne se fatigait jamais de le répéter, et ils se conduiront de façon responsable. Un gouvernement qui comprendrait de Frères musulmans se retrouverait rapidement aux prises avec les difficultés quotidiennes de la politique parlementaire. Les Frères se reposent sur une mystique de la répression et de la pureté de l’opposition. Au pouvoir, ils devraient rapidement s’accomoder de la réalité.

Le fondamentalisme fleurit dans la persécution. La politique consistant à soutenir des caïds laïques a échoué selon ses propres critères, en plus d’être moralement condamnable. L’heure est venue d’essayer la démocratie.

Repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph, avec son aimable autorisation.

Egypte, Laeticia, Fronde juridico-policière, dockers.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Donnez aux gens la responsabilité, comme Keith Joseph ne se fatiguait jamais de le répéter, et ils se conduiront de façon responsable. »

    Il c’est « fatigué » avant que les Français ne l’entendent visiblement 🙂
    Que les oligarques ne veulent pas entendre parler de démocratie semi-direct ça ce comprend mais que les Français « d’en bas » eux-même la critiquent là c’est fort de café. Keith est parti trop tôt.

    Joli billet sinon.

    Blob

  • Indeed. If only we had a couple more translators.

  • **Donnez aux gens la responsabilité, comme Keith Joseph ne se fatiguait jamais de le répéter, et ils se conduiront de façon responsable.

    –Keith Joseph is simply wrong. This is a utopian, some would say « leftist », philosophical foundation of Thatcherism. You cannot make people responsible simply by giving them the « freedom » to behave or misbehave (meaning, I suppose, removing penalties for certain types of behaviour – be it drug use, sexual misconduct, financial speculation, lying, or usury). People have a tendency to behave responsibly not as a result of having « freedom », but if the culture strongly encourages responsibility.

    Look at Britain. After 31 years of Thatcherite and New Labour rule, the crime rate and illegitimacy rate have ballooned. Financial misconduct also seems at an all time high. Why? There is so much more freedom! Did the chav culture come from socialism or from serfs abandoned by their lords?

    Where have all the real Tories gone?

    • « You cannot make people responsible simply by giving them the « freedom » »
      Yeah. Let’s give them a good, humane dictator. Like, say, in Egypt.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Dans l’espoir d’améliorer les relations avec l’Algérie, le gouvernement français multiplie depuis quelque temps les petites concessions, tout en étant conscient que l’Algérie ne sera jamais satisfaite, car, pour le pouvoir algérien, le problème est ailleurs.

Un de ces « petits pas » a été l’annonce le 10 décembre 2021 par Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, de l’ouverture des archives sur les enquêtes judiciaires de la guerre d’Algérie.

Mon propos sera plus général, l’ouverture de certaines archives étant pour moi un élém... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Rachid Nekkaz.

Depuis 46 ans, la réalisation du Grand Maghreb est bloquée par l'absence de solution diplomatique concernant le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole désertique de 266 000 km2 située entre la Mauritanie, le Maroc et l'Algérie. 75 000 âmes arabo-berbères y vivaient.

En dépit de la mobilisation internationale (Nations Unies, Europe, Espagne, États-Unis, Union africaine, Ligue arabe), aucune solution acceptable par tous n'a été encore trouvée pour cette terre riche en phosphates et dont la côte Atlant... Poursuivre la lecture

Par Samuel Furfari.

Malgré la COP26, et encore plus après son flop, les projecteurs sont braqués sur les migrants syriens entassés sur la frontière entre la Pologne et le Belarus à la suite d’une tentative du dictateur biélorusse « d’embêter » ses voisins de l’UE, en guise de revanche sur les sanctions que celle-ci inflige à son pays. Alexandre Loukachenko a commis l’imprudence de laisser entendre qu’il allait limiter, voire couper, l’alimentation en gaz russe de ces pays.

Les pressions de l’Algérie et de la Biélorussie en matière ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles