Ottawa creuse son trou

Coup de pelle à droite, coupe de pelle à gauche… c’est pas long qu’on se retrouve au fond d’un trou

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ottawa creuse son trou

Publié le 22 janvier 2011
- A +

On aime bien taper sur le gouvernement du Québec dans cette chronique, particulièrement sur sa gestion discutable des fonds publics. Mais n’oublions pas qu’au fédéral aussi, on gaspille. Et on a aussi beaucoup, beaucoup de misère à réduire les dépenses.

Dans un rapport publié jeudi sur le site du Bureau du directeur parlementaire du budget, Kevin Page — en quelque sorte le « chien de garde » officiel des contribuables canadiens —, celui-ci partage des constats plutôt décourageants.

Pas de plan

Dans son dernier budget, le gouvernement Harper avait promis un ensemble de mesures budgétaires, dont le gel des dépenses de fonctionnement des ministères au niveau de 2010-2011. Et ce, pour les deux années suivantes. Le but : économiser 6,8 milliards sur cinq ans.

Sauf que les coûts relatifs au personnel (principalement les salaires), qui représentent environ les deux tiers de ces dépenses de fonctionnement, ont grimpé de 8,3% par année depuis cinq ans, selon le rapport de M. Page. Et comme les ententes syndicales prévoient des hausses de salaire d’environ 5,3% sur trois ans, il faudra réduire le nombre de fonctionnaires dans plusieurs ministères et organismes si on veut équilibrer le budget un jour.

Comment ? On ne le sait pas. Et c’est ça le problème. Le bureau de M. Page a demandé à 10 organismes et ministères s’ils avaient un plan de ressources humaines pour atteindre leurs objectifs. Un seul avait un plan, Ressources humaines et Développement des compétences Canada (tiens donc !) Deux organismes, le Service correctionnel du Canada et la GRC, n’ont même pas daigné répondre à M. Page.

Ensemble, ces 10 organisations disent qu’elles vont couper 1.000 postes à temps plein « à moyen terme ». Le président du Conseil du Trésor s’attendait plutôt à 11.000… seulement cette année.

Ce n’est pas une si grande ville, Ottawa. Est-ce qu’on se parle dans ces tours d’ivoire ?

Gauche-droite, gauche-droite…

On trouve ça loin, le fédéral. Un peu abstrait. Mais regardez votre dernier chèque de paye. C’est tout près. Ça vient de vos poches. Il faut les avoir à l’œil, eux aussi.

Surtout qu’au moment où j’écris ces lignes, la dette du fédéral s’élève à $555,7 milliards, selon le compteur de la Fédération canadienne des contribuables (CTF), affiché sur leur site web. Elle grimpe de $124 millions chaque jour. Le temps de lire cette chronique, plus de $600.000 viendront alourdir le boulet de nos enfants.

Ce gouvernement est loin de montrer l’exemple en finances publiques. Avant que Stephen Harper prenne le pouvoir, les libéraux collectionnaient les budgets équilibrés. Cette année, le ministre des Finances prévoit un déficit de plus de $50 milliards, et des déficits annuels jusqu’en 2014.

Oui, il y a eu une (courte) récession au Canada. Mais c’est aussi ce qui arrive quand on essaie de gouverner à droite et à gauche en même temps. Les « plans de relance », les sauvetages d’entreprises comme GM, les subventions à n’en plus finir, tout ça coûte cher. En même temps, les conservateurs ont réduit la TPS, l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les profits des entreprises. Coup de pelle à droite, coupe de pelle à gauche… c’est pas long qu’on se retrouve au fond d’un trou.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
BE 0:06 / 2:25 Astérix et Obélix : L’empire du milieu
9
Sauvegarder cet article

Après un battage médiatique particulièrement omniprésent sur tous les canaux de communication possibles en France, Astérix et l’Empire du Milieu, le dernier film de Guillaume Canet, est sorti et le moins qu’on puisse dire est qu’il fait parler de lui. Pas forcément en bien…

Avec la multiplication des publicités dans tous les médias, l’entretien des principaux protagonistes sur les plateaux télé avides de relayer le nouveau blockbuster à la française, on pouvait s’attendre à une grande comédie française promise au succès auprès des crit... Poursuivre la lecture

ENA, école de fonctionnaires
4
Sauvegarder cet article

Clémenceau disait :

« La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts ».

En effet plus il y a de fonctionnaires, plus il y a d’impôts. Diminuer le nombre des fonctionnaires est un moyen efficace pour diminuer les impôts.

Mais ce n’est pas facile. Car les fonctionnaires savent défendre leurs avantages : emploi à vie, études supérieures gratuites (et même rémunérées), avancement à l’ancienneté, temps de travail réduit, retraites avancées et plus élevées (75 % de la moyenn... Poursuivre la lecture

Mi-novembre, la conférence interministérielle des pays membres de l’ESA a discuté et approuvé son nouveau budget. Il est en forte hausse : 17 % soit 16,9 milliards d’euros pour 3 ans (contre 24,4 milliards de dollars pour la seule année 2022 pour la NASA). Les ministres ont « confirmé la nécessité absolue pour l’Europe de disposer d’un accès indépendant à l’espace ». Mais aussitôt cette forte déclaration faite, il est précisé que son objet est de « continuer à bénéficier des retombées du spatial sur Terre ». Là, on retombe effectivement bel e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles