La nature de la valeur

Carl Menger (Image libre de droits)

Pour Menger la valeur n’est pas inhérente aux marchandises, mais simplement l’importance que nous attribuons à la satisfaction de nos besoins

Par Gene Callahan

Gene Callahan est un professionnel dans les programmes informatiques au Connecticut. Il est un membre actif de la communauté du Mises Institute ainsi qu’un commentateur sur les questions économiques dans les médias d’informations tel que le Marketplace et The Free Market. Il est également l’auteur d’une œuvre destinée à des non-économistes intitulée Economics for Real People.


« Ce qui montre le génie d’Aristote c’est qu’il a découvert dans l’expression de la valeur des marchandises un rapport d’égalité. » Karl Marx (Le Capital, livre premier, chapitre premier, La Marchandise).

« Suivant la doctrine régnante, la fonction primitive et principale de la monnaie consiste à mesurer la valeur d’échange des biens d’après sa propre valeur d’échange. On estime donc que la valeur de l’argent est une grandeur connue, tandis que celle des autres objets d’échange doit être déterminée en la mesurant par la première. » Carl Menger (La Monnaie, mesure de valeur).

Aristote était quelque peu ironiquement l’un des plus grands philosophes qui ait jamais vécu, et aussi, responsable de la direction sur une fausse piste de la discipline économique. Depuis le temps qu’il a exposé ses points de vue, l’économie a lutté pour se débarrasser d’abord de ce faux pas.

Considérons le passage suivant de l’homme connu au Moyen Âge comme étant « le philosophe » :

« La monnaie, dès lors, jouant le rôle de mesure, rend les choses commensurables entre elles et les amène ainsi à l’égalité : car il ne saurait y avoir ni communauté d’intérêts sans échange, ni échange sans égalité, ni enfin égalité sans commensurabilité. » [1] (les passages en italique sont miennes).

Aristote pose en principe que s’il n’y avait pas moyen d’échange commun (l’argent) qui pourrait déterminer l’égalité sans doute de la valeur entre les biens, alors il n’y aurait pas de change du marché, et, en effet, aucune association de l’homme au-delà de la portée des ménages.

Si, selon Aristote, l’argent sert à «mesurer» des «égalités» entre les biens et l’échange dépend de la capacité d’établir cette égalité, il s’ensuit que cette égalité doit exister avant l’échange. Les marchandises doivent elles-mêmes posséder une propriété qui fait qu’une quantité de sept biens X est égale à trois biens Y. Si c’est le cas, les économistes doivent rechercher le facteur par lequel certaines quantités de certains produits différents peuvent être déclarées égales les unes aux autres.

Les deux endroits les plus évidents pour trouver un tel facteur sont l’effort de l’homme et les richesses naturelles. Assez tôt dans l’histoire de l’économie, Sir William Petty (1623-1687) a proposé une théorie de la valeur qui comptait sur ces deux facteurs. Selon Petty, « toutes les choses doivent être évaluées par deux dénominations naturelles, ce qui est des terres et du travail. » [2] Karl Marx, entre autres, a fondé sa célèbre théorie de la valeur de la quantité de travail qui contiennent les biens. Si le travailleur n’avait pas reçu 100% du prix final d’un bien qu’il a fait, cela voulait dire qu’il était «exploité».

Le problème avec tous ces efforts pour concevoir que la valeur dépend de certains facteurs « objectifs » c’est qu’il s’agit d’un cercle vicieux. Si la valeur d’une flûte dépend du travail qui nécessite sa construction, alors comment pouvons-nous déterminer la valeur de ce travail ? Si la valeur d’une laitue dépend de la valeur de la terre qui l’a produite, alors comment peut-on expliquer la valeur attachée à cette terre ?

Marx lui-même a reconnu cette difficulté, mais n’a pas réussi à la résoudre. Il a compris que quelqu’un travaillant toute la journée en détruisant des chaises ne pouvait s’attendre à la même rémunération que quelqu’un travaillant à les construire. Pour cette raison il a déclaré que c’était le travail «socialement utile» qui déterminait la valeur. Mais comment dans le monde pourrait-on caractériser le travail «socialement utile» autrement que par le fait qu’il produit des choses «socialement utiles» ? En d’autres termes, nous sommes toujours pris dans un cercle, en expliquant la valeur des marchandises par le travail et la valeur de ce travail par les biens qu’il produit.

C’est à l’économiste autrichien Carl Menger qu’on doit la responsabilité d’avoir détourné l’économie de cette voie stérile, bien que certainement il doit aussi partager ce crédit avec William Stanley Jevons et Léon Walras, qui sont arrivés, presque simultanément, à des conclusions similaires.

Malgré ses racines intellectuellement aristotéliciennes, Menger a été assez sage pour voir qu’Aristote avait commis une erreur en ce qui concerne l’échange. On ne peut donner de sens à la relation de la valeur aux prix du marché si l’on considère la valeur comme une propriété des biens eux-mêmes. Puisque les propriétés sont posées comme inhérentes aux marchandises, telles que la terre et le travail, elles-mêmes négociées sur le marché, la question de savoir comment ces «déterminants» de la valeur sont évalués doit toujours être expliquée.

Menger a réalisé que « la valeur n’est pas inhérente aux marchandises, elle n’est pas une propriété renfermée, mais simplement l’importance que nous attribuons à la satisfaction de nos besoins, notre vie et bien-être, et par conséquent nous reportons sur des biens économiques comme les causes exclusives de la satisfaction de nos besoins. » ( Carl Menger – Principles of Economics, chapitre III, la théorie de la valeur )

En d’autres termes, la valeur est l’attitude ou la disposition qu’une personne adopte envers un bien : elle choisit en l’estimant. Bien que Menger ait mis l’économie sur la voie d’une théorie correcte de la valeur en 1871, les anciennes erreurs ont la vie dure. Nous pouvons encore trouver de nombreuses conceptions erronées de la valeur dans les débats actuels sur les questions économiques.

Par exemple, il n’est pas rare de se référer à l’argent (de l’or, ou des actifs financiers) en tant que « réserve de valeur. » Mais une attitude ne peut être stockée ! Vous ne pouvez pas verser un peu de votre attitude à l’égard des marchandises dans une barre d’or, la mettre dans un coffre-fort, et espérer qu’elle « garde » votre attitude. Vous pouvez, bien sûr, conserver la barre d’or. Vous espérerez certainement, lorsque vous allez la retirer du coffre-fort et déciderez de la vendre, que d’autres estiment la valeur de la même façon. Mais seul l’or a été stocké.

L’argent est aussi appelé « une mesure de la valeur. » Mais, suivant Menger, nous considérons la valorisation comme l’attitude des gens envers les choses, l’argent ne peut certainement pas mesurer la valeur, puisque l’argent lui-même est simplement autre chose que les gens choisissent pour évaluer (ou pas). Plutôt que de «mesurer» la valeur des autres biens et services, l’argent lui-même est évalué par les acteurs humains en fonction de sa pertinence en tant que moyen d’échange communément admise.

Une autre expression commune, est celle que sur des marchés libres les gens «négocient la valeur par la valeur ». Mais si nous réalisons que la valeur nomine une attitude ou une disposition, nous voyons que l’expression est trompeuse. Je peux échanger avec vous l’or que j’évalue pour un mouton que vous évaluez. Si une telle opération a lieu, vous devez également évaluer mon or et moi vos moutons. En fait, vous devez évaluer mon or plus que la valeur de vos moutons, et je dois évaluer vos moutons plus que j’évalue mon or.

Lorsque nous échangeons ces biens, mon attitude envers l’or ne vous est pas transférée avec l’or, ni votre attitude envers les brebis devient la mienne. Si cela se produisait, les biens que nous mettons à disposition et souhaitons échanger nous reviendraient à nouveau.

En fait, il n’y a rien de louche si j’échange quelque chose que je ne valorise pas beaucoup pour quelque chose que vous avez que j’estime vraiment. J’ai peut-être un tableau que je considère affreux et que je suis sur le point de jeter, en venant me visiter vous le voyez et vous écriez : « C’est un magnifique tableau ! je vais vous en donner 100 $ »

Maintenant, il pourrait être charitable pour moi de vous dire : «Non, il suffit de le prendre gratuitement. » Mais il n’est pas immoral pour moi d’accepter de l’argent. L’idée qu’il n’est pas malhonnête de profiter d’une telle entente est un produit récent de la «mentalité bourgeoise», Sir Lionel Robbins note que :

« Saint Thomas dit que si un commerçant arrive à un lieu de disette, sachant qu’il y a des commerçants qui arriveront à ce lieu, disons, dans une semaine et qui porteront les prix à la baisse, il ne commet pas un péché mortel s’il vend au prix en vigueur dans le lieu de pénurie, bien que Saint Thomas ajoute qu’il pourrait être plus vertueux s’il révélait qu’il y a d’autres convois concurrents qui arrivent avec une semaine de retard. » [3]

L’erreur contenue dans l’idée de «négocier la valeur par la valeur» est étroitement liée à la notion que les marchandises doivent être vendues pour à peu près ce qu’elles coûtent à produire. Si je vends un programme informatique pour beaucoup plus qu’il me coûte de le faire, beaucoup de gens prendront cela comme une arnaque. Après tout, si les échanges de biens ont lieu lorsque les « valeurs échangées » sont «égales», les bénéfices perçus par une partie à l’opération doivent être considérés comme illicites.

Nous voyons cette idée dans les prix «cost-plus » pour fixer les tarifs de certains services publics. Bien entendu, cela incite les cadres exécutifs à faire grimper les coûts pour facturer des tarifs plus élevés, étant donné que certains de ces coûts peuvent être avantageux pour eux-mêmes. Ceci est connu comme un « remplissage du taux de base. » Les régulateurs ont essayé de n’autoriser que les coûts « raisonnables », mais ceci soulève la question de la façon dont les régulateurs sont en mesure de mieux savoir que les dirigeants d’entreprise ce qui est une dépense raisonnable.

La nature subjective de la valeur des biens de consommation s’étend à toutes les couches de biens de production. Les biens de production sont évalués en fonction de la valeur estimée des biens de consommation qu’ils pourraient produire. Il est vrai que les produits qui nécessitent des apports plus chers seront généralement aussi à un prix plus élevé. Mais c’est parce que, sauf si un produit peut rapporter un prix plus élevé, les producteurs n’utiliseront pas des intrants coûteux pour le faire. Si les gens estiment les diamants d’une grande valeur pour la fabrication de bijoux, personne les prendra en considération pour fabriquer des fenêtres ordinaires, même s’ils peuvent bien être conçus à cette fin. Ce n’est pas le fait que les diamants sont chers qui fait que les bagues en diamant soient chères, c’est le fait que les gens estiment que les bagues en diamants ont une haute valeur que les diamants sont chers.

Les producteurs de vin attribuent une grande valeur aux vignobles du Napa Valley, car les consommateurs accordent une grande valeur au vin de Napa Valley. Si tel n’était pas le cas, même si les biens immobiliers peuvent toujours rester chers, ces terres seraient consacrées à la construction de logements ou quelque chose d’autre que des vignobles. Si le vin est de mauvaise qualité aucun producteur peut s’attendre à un prix plus élevé juste parce que sa terre coûte une liasse.

Les consommateurs ne se soucient pas de combien il est difficile de fabriquer un produit. Ils se soucient surtout de la satisfaction qu’ils peuvent en retirer. Il serait très difficile pour moi d’écrire des articles tout en retenant mon souffle sous l’eau, mais ceci ne ferait pas augmenter les prix des articles d’un magazine ou d’un site web. Bien sûr, je pourrais transformer cela en un spectacle ou un show, mais dans ce cas je vendrais le spectacle plus l’article.

Donc, en conclusion, permettez-moi de poser cette question : est-ce qu’il y a quelqu’un qui va me payer davantage pour l’économie de l’écriture sous-marine ?

[1] Aristote, Éthique à Nicomaque – Livre V

[2] Robbins, Lionel. 1998. A History of Economic Thought: The LSE Lectures, Princeton, NJ: Princeton University Press, p. 62.

[3] Robbins, Lionel. ibid. p. 29.

Carl Menger sur wikiberal.