Nobel de littérature attribué à Mario Vargas Llosa

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nobel de littérature attribué à Mario Vargas Llosa

Publié le 7 octobre 2010
- A +

C’est avec joie que nous apprenons que l’écrivain péruvien Mario Vargas Llosa vient d’obtenir le Prix Nobel de littérature. Ce prix lui est attribué « pour sa cartographie des structures du pouvoir et ses images aiguisées de la résistance de l’individu, de sa révolte et de son échec« , précise l’Académie.

Ouvertement libéral, né à Arequipa le 28 mars 1936, Vargas Llosa est une des figures de proue de la littérature sud-américaine. Déjà lauréat, entre autres récompenses, du prix Cervantès, la plus importante distinction littéraire en espagnol, il est l’auteur d’une trentaine de livres (essais, romans, nouvelles, théâtre) traduits dans le monde entier.

Issu d’une famille de la classe moyenne, il passe une partie de son enfance en Bolivie avant de retourner au Pérou et d’entrer à 14 ans dans une académie militaire de Lima. Cette expérience au Colegio Militar Leoncio Prado lui fournira plus tard l’inspiration de La ciudad y los perros.

En 1953, il entre à l’Université Nationale San Marcos où il étudie la littérature. Pendant ses études, il travaille comme journaliste et s’engage au parti communiste. Grâce à une bourse, il a la possibilité de partir étudier à l’Université Complutense de Madrid. Il y obtiendra un doctorat en 1959.

À la suite de la révolution cubaine, il s’éloigne de la gauche et s’affirme comme libéral. Son œuvre romanesque est traversée par le combat de l’individu pour recouvrer sa liberté et se débarrasser de l’oppression. Sa vie privée aussi. Alors qu’il vit en Europe, il dénonce la dictature populiste et militaire qui prend le contrôle du Pérou en 1968. En 1980, après 12 ans de dictature, le président nouvellement élu Frenando Belaunde Terry propose à Vargas Llosa de revenir à Lima pour devenir premier ministre. Il refuse, mais retourne dans son pays de plus en plus fréquemment, et s’intéresse à la politique à un tel point qu’il se lance dans l’arène suite à la nationalisation de plusieurs banques privées péruviennes en 1987. Il fonde le mouvement de droite démocratique et en est le candidat aux élections présidentielles de 1990. Il arrive en tête au premier tour, mais se fait battre par Alberto Fujimori au deuxième.

Admirateur de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan, ami de José Maria Aznar, libre-échangiste dans l’âme, Mario Vargas Llosa s’est vu attribué le Irving Kristol Award 2005 par le think tank conservateur American Enterprise Institute. À cette occasion, il prononce un discours remarqué intitulé Confessions d’un libéral.

Son prochain ouvrage, El Sueno del celta [Le rêve du Celte], doit paraître début novembre dans le monde hispanophone. Il y évoque la personnalité de Roger Casement (1864-1916), nationaliste irlandais qui fit la guerre aux côtés des Allemands en 14-18 et qui critiqua le système colonial en Afrique et au Pérou.

Achetez ici les ouvrages de Vargas Llosa

Voir aussi

Citations

  • « Ni Kafka, ni Joyce, ni Proust n’ont eu besoin de l’appui de l’État pour écrire ce qu’ils ont écrit, ni l’œuvre d’un Wajda, d’un Tadeusz Kantor ou d’un Grotowski n’a résulté des subventions culturelles du socialisme. Et ces six créateurs, bien qu’ils ne soient pas faciles et qu’ils exigent de leurs lecteurs ou spectateurs un effort intellectuel, ont trouvé un public qui pour les six est allé en s’élargissant, comme les cercles concentriques. Une société doit avoir l’art et la littérature qu’elle mérite : ceux qu’elle est capable de produire et ceux qu’elle est prête à payer. Et il est bon que les citoyens assument aussi dans ce domaine leurs propres responsabilités sans y renoncer devant les fonctionnaires, pour éclairés qu’ils soient.[..] Cela ne signigie évidemment pas que l’État n’ait aucune responsabilité culturelle. Il en a une, l’éducation.[..] Mais en matière d’éducation non plus l’État ne doit pas seul avoir voix au chapitre »
    • Les enjeux de la liberté
  • « Ni la liberté ni la concurrence ne fonctionnent comme les baguettes magiques des contes de fées. Il faut les faire fonctionner, sans baisser la garde et en faisant face résolument contre ceux qui les dénaturalisent ou les violentent. En restant avertis des entraves, menaces et conjurations qui toujours, et de la façon la plus subtile et variée, surgiront en leur sein. »
    • Les enjeux de la liberté
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Un Nobel amplement mérité pour un grand auteur. Certes libéral, mais surtout un grand auteur.

    • Absolument, on ne saurait mieux dire. S'il peut, au passage, donner un peu de visibilité à la cause libérale, et bien ce n'est qu'une externalité positive, dont on ne se privera pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ilya Somin.

 

La politique des séries de science-fiction et de fantasy peut sembler être un sujet frivole à une époque où nous avons tant de problèmes politiques réels et sérieux. Mais cela vaut la peine de s'y attarder, ne serait-ce que parce que beaucoup plus de gens lisent des romans de science-fiction et regardent des films et des séries télévisées de genre que des ouvrages sérieux sur les questions politiques. En outre, la politique des mondes imaginaires est beaucoup plus amusante à contempler que la triste scène ... Poursuivre la lecture

Ce texte correspond à la leçon inaugurale prononcée par Antoine Compagnon le jeudi 30 novembre 2006 au Collège de France. Après avoir dressé un panorama historique de l’opposition entre traditions théorique et historique de la littérature, qui a débouché sur la distinction entre approche rhétorique ou poétique d’une part, et histoire littéraire et philologie d’autre part, l’éminent professeur s’interroge sur l’objet de la littérature, sur les valeurs qu'elle peut créer et transmettre dans le monde actuel. Rejoignant en cela d’une certaine man... Poursuivre la lecture

Dans la même veine que ses romans précédents (nous avions eu notamment l'occasion de présenter ici le très emblématique Tour d’Ivoire), et de ceux qui suivent (dont une prometteuse satire de l’Éducation nationale en octobre prochain), Patrice Jean poursuit avec ses thèmes habituels : les régressions de notre époque, les dérives suscitées par les idéologies, le poids des conformismes et les moralismes à tendance totalitaire, toutes perversions qui aboutissent au recul des libertés.

Dans Tour d’Ivoire, déjà, nous avions affaire à un pers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles