Christine O’Donnell ou la revanche du peuple

Contredire les dogmes keynésiens, est une hérésie que la classe politique et médiatique bien-pensante ne pardonne pas

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Christine O'Donnell (Crédits Gage Skidmore, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Christine O’Donnell ou la revanche du peuple

Publié le 23 septembre 2010
- A +

Christine ODonnellChristine O’Donnell vient de remporter la primaire du Delaware à plus de 53 %, mettant à la retraite un candidat républicain centriste, social-démocrate ! En novembre, elle sera opposée au suppléant de Joe Biden, le vice-président américain qui brigue un 7e mandat de sénateur. C’est la revanche de la classe moyenne contre l’establishment. Primaire après primaire, le Tea Party est en train de gagner son pari, installant des candidats issus du peuple, exigeant des vieux politicards de Washington, républicains ou démocrates, qu’ils revoient leur copie, notamment sur la fiscalité.

Lynchage médiatique

Comme d’habitude les médias lui ont intenté un procès en sorcellerie : puritaine, bigote, créationniste… bref, fanatique. Certes, Christine O’Donell, d’origine irlandaise, a des opinions sociales catholiques plutôt traditionnelles. Dans les années 90, âgée de vingt-cinq ans, elle avait éprouvé le besoin militer publiquement, lors d’une campagne d’éducation, pour l’abstinence sexuelle avant le mariage, contre la masturbation et contre l’avortement. On apprécie ou pas… Mais aujourd’hui la presse essaie de faire croire qu’elle aurait mené campagne pour les primaires 2010 sur ces thèmes-là pour la discréditer et l’assimiler à Bush Jr.

Répondant aux attaques dont elle fait l’objet, elle a déclaré récemment que le comportement sexuel était une affaire personnelle, et que son action politique était fondée sur la Constitution, et non sur ses opinions personnelles. Elle a dit vouloir une Amérique qui respecte les croyances de chacun et qui n’essaie pas d’imposer, via l’école publique, une propagande d’Etat, qu’elle soit créationniste ou évolutionniste, pro-choice ou pro-life etc. Mais les médias n’en n’ont cure.

Les vraies questions, occultées par les médias

En réalité, elle a gagné son élection parce que les républicains dans le Delaware ont décidé qu’elle était la meilleure alternative aux démocrates, non pour des raisons morale ou religieuses, mais pour son analyse des questions économiques. Toute sa campagne était centrée sur les questions économiques : « small government », réduction des impôts, abrogation de la réforme de santé et de la nationalisation des prêts étudiants, création d’emplois. Et elle accuse les deux partis de l’establishment d’avoir appauvri la classe moyenne avec la politique de relance et l’augmentation faramineuse des dépenses publiques. On est bien loin d’une campagne à la Bush…

De fait, cette femme en sait plus sur l’économie réelle que la plupart des politicards séniles qui occupent le Congrès. Ceux qui ont une petite connaissance de l’anglais et de l’économie pourront apprécier l’interview qu’elle a donnée le 31 juillet dernier sur PJTV. Elle y explique très bien la nécessité de réduire la réglementation et les impôts : les entreprises doivent accumuler des capitaux privés si elles veulent se développer et donc embaucher. A l’inverse, l’« ObamaCare » et les plans de relance vont augmenter considérablement le coût du travail, obligeant les entreprises à licencier. Les électeurs le savent et ne s’y sont pas trompés.

L’enjeu des élections de mi-mandat

Christine O’Donnell incarne une nouvelle génération d’américains, qui ne s’identifie ni à Bush, ni à McCain, hommes du passé, ni à Obama, gadget électoral et sans âme. D’où la complexité du Tea Party, ce mouvement de contestation, qui transcende les étiquettes politiques traditionnelles et tente de trouver sa place dans le débat. Quel que soit le résultat en novembre, le Tea Party est d’ores et déjà un succès populaire.

Reste à voir si la colère des électeurs peut déboucher sur une véritable recomposition du paysage politique américain ou si elle restera un feu de paille. Sur un plan économique, les candidats soutenus par le Tea Party offrent incontestablement une alternative à tous les centristes qu’ils soient de droite ou de gauche. Par contre, sur un plan strictement politique, il y a un gros risque de défaite électorale des Républicains pour la majorité au Congrès. Contredire les dogmes keynésiens, est une hérésie que la classe politique et médiatique bien-pensante ne pardonne pas. Et c’est d’abord pour cette raison que les candidats du Tea Party sont diabolisés. Que cela affaiblisse le GOP (Grand Old Party) et fasse gagner les démocrates au Congrès, est fort possible. Si la droite est divisée, elle court à sa perte, en tout cas à court terme. Mais en même temps, un tel mouvement anti-système n’obligera-t-il pas le parti Républicain à faire sa révolution intellectuelle et à redéfinir sa ligne politique et économique ? Tel sera l’un des enjeux de ces prochaines élections.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • C’est pathétique. Christine O’Donnell est clairement une ahurie qui n’a rien à faire dans le monde de la politique. Non seulement ses vues sociétales et économiques sont arriérées, mais elle est parfaitement incapable de construire un discours. Sa stupidité est si remarquable qu’elle a été sommée par son équipe de communication de cesser toute interview sur une chaîne autre que Fox. Elle fait bien sûr partie du clan républicain ultra-conservateur qui souhaitent l’interdiction de construire des mosquée, qui est homophobe, anti-avortement dans le cas extrême du viol incestueux, anti-masturbation puisqu’il faut bien qu’elle se ridiculise, et pour une utilisation abusive du second amendement pour, disons, défendre ses droits.

    Il est également drôle, sinon gauche de la part de l’auteur, de parler de procès en sorcellerie, sachant que cette dernière a révélé avoir fait partie d’une société de sorcières (et non, je ne plaisante pas).

    Est-ce un manque de finesse d’analyse, ou simplement le biais naturel de chacun voulant que l’on voie dans les arguments qui soutiennent nos a priori une intelligence, qui conduit l’auteur à voir dans Christine O’Donnell un penseur économique ? Il est évident pour quiconque a allumé sa télé aux Etats-Unis que ces vues sont de l’endoctrinement Républicain que O’Donnell ne fait que régurgiter.

    Je me permets de rappeler à l’auteur que le Tea Party n’a rien d’un mouvement populaire, il est essentiellement un évènement méticuleusement orchestrée par des milliardaires américains aux idées libertaires d’un autre âge (mental s’entend) et d’une chaîne du câble ayant des principes douteux.

    Y voir une quelconque revanche du peuple est donc aussi absurde que cynique, puisqu’il se trouve encore instrumentalisé pour le gain économique d’une minorité.

    Bien à lui

    • le Tea Party n’a rien d’un mouvement populaire, il est essentiellement un évènement méticuleusement orchestrée par des milliardaires américains aux idées libertaires d’un autre âge

      Ridicule.

  • « Je me permets de rappeler à l’auteur que le Tea Party n’a rien d’un mouvement populaire, il est essentiellement un évènement méticuleusement orchestrée par des milliardaires américains aux idées libertaires d’un autre âge  »

    Pourtant le succès rencontré en si peu de temps montre que le Tea Party est l’expression d’un mouvement ancien et bien implanté dans le pays. Il est constitué d’une myriade d’initiatives locales et autonomes, alors…

    Quel le problème avec le financement privé ? des fonds publiques auraient été plus juste selon vous ?

  • Ça ne sert à rien de répondre à ce genre de type. Sa source c'est ce qu'ont dit les 3 articles du Monde et de Libé sur le sujet, ça se voit qu'il ne lit même pas les médias de gauche américains. C'en est d'autant plus comique lorsqu'il parle d'ignorance.

    Réjouissons-nous plutôt : avec des amis comme ça, la gauche US n'a pas besoin d'ennemis.

  • Merci à H16, Jarik et Jabial, je n'ai rien à ajouter à ce qu'ils ont dit…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps d'afficher sa vertu, la Californie crie toujours présent. Malheureusement, ladite vertu est presque toujours un mal net, particulièrement pour les plus pauvres que le gouvernement (surtout démocrate) prétend avoir à cœur.

La dernière trouvaille : bannir les voitures à essence d’ici 2035. Dès 2026, 35 % des nouveaux véhicules devront être « zéro émission », même si chacun sait qu’une telle énormité serait qualifiée de pants on fire si les fact-checker étaient sérieux. On accorde toutefois une grâce en autorisant les... Poursuivre la lecture

Par Emma Camp.

Mercredi, la Foundation for Individual Rights and Expression (FIRE) a publié son classement annuel des universités en matière de liberté d'expression. Ce classement est issu d'une enquête menée auprès de près de 45 000 collégiens dans plus de 200 universités aux États-Unis. L'enquête est menée depuis 2020 et permet de recueillir un large éventail d'informations sur le climat politique du campus dans un éventail d'universités.

Reason Sean Stevens, chercheur principal de FIRE explique :

"Les écoles dont l'adm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles