On est tous d’accord sur la liberté d’expression, bien sûr.

Publié Par h16, le dans Édito

Ce fut Charlie Hebdo et pas Minute. Quelque part, c’est un peu déstabilisant pour celui qui suit bien les cailloux laissés par les Petits Poucets de la Pensée Correcte, puisqu’au contraire de Charlie Hebdo, Minute est dans le camp du Mal et aurait donc dû être attaqué depuis fort longtemps. Mais baste, ce fut donc Charlie et presqu’instantanément, tout le monde fut Charlie.

En quelques jours, quelques heures même, la situation est passée d’assez morose à celle d’un magma effervescent où l’émotionnel semble tout dicter. La tension est presque palpable. Sur les réseaux sociaux, l’électricité règne dans les échanges et on s’étonne presque que, pour le moment, ni Zemmour, ni Dieudonné (par exemple) ne se soient fait buter. Au fait, s’ils tombent sous une rafale, combien porteront un petit panonceau « Je Suis Zemmour » ? Et pour le sulfureux hebdomadaire de droite (extrême ?), un panneau « Je suis Minute », ça le fait ? En tout cas, on peut souhaiter qu’ils seront aussi nombreux que ceux qui portèrent, sans hésiter, le panonceau « Je suis Charlie ».

En effet, on ne pourra que s’accorder sur le fait que, si tout le monde a porté le pin’s Je Suis Charlie, s’est procuré le t-shirt ou le mug Je Suis Charlie, si tant ont même poussé la conscience jusqu’à s’abonner à un journal que pourtant, plus personne ne lisait, tout le monde, ou à peu près, est maintenant d’accord sur l’impérative et absolue nécessité de sauvegarder la liberté d’expression. Tout le monde doit, dès lors et pour éviter de faire un deux poids, deux mesures, s’accorder aussi sur la nécessité de laisser chacun s’exprimer, même s’il choque. Ne l’oublions pas : c’est parce qu’ils ont choqué que les dessinateurs de Charlie Hebdo sont morts. Ce sont ces morts que tous, nous déplorons. C’est cette liberté de ton que, tous, nous nous devons de leur reconnaître. C’est donc en toute logique que nous nous devons de l’accorder à tous.

collectif antigone - liberté d'expressionParce qu’après tout, la liberté d’expression ne souffre pas de segmentation. Comme je le disais dans un précédent billet, ce concept même de liberté d’expression n’a pas été conçu pour protéger les gens qui pensent et s’expriment comme tout le monde, qui évoquent la météo et le temps qui passe, mais bien pour ceux qui disent des choses qui dérangent, qui choquent ou qui remettent en cause l’ordre établi.

Si on refuse ce postulat, si l’on admet qu’on puisse restreindre la liberté d’expression, on s’avance sur une pente glissante où l’on admet dans la foulée que certaines expressions n’ont pas droit de cité, que certaines opinions sont interdites, que certains dessins blasphèment une religion, une loi, l’Histoire, la science ou les croyances des uns ou des autres. Si l’on admet, même un tant soit peu, que la liberté d’expression n’est pas totale, alors on admet le besoin de définir, dans la loi, des limites à ce qu’il faut penser. On admet aussi, de facto, qu’il va falloir des gens pour juger ce qui tombe ou pas sous le coup de la loi, ce qui est un discours autorisé de celui qui contrevient à la loi. On va devoir aussi admettre qu’il faudra couper l’article qui viole la loi, couper le site qui héberge un contenu illégal, poursuivre celui qui aura ainsi exprimé une idée de travers.

Et ça, bien sûr, personne ne le veut. Censurer des journaux, couper des passages dans les livres, poursuivre des auteurs, des journalistes, des caricaturistes, ce serait, immanquablement, sombrer dans les Heures Les Plus Sombres de Notre Histoire Tagada Tsoin Tsoin.

Bien.

Maintenant que nous sommes tous bien d’accord sur ce concept de liberté d’expression, qu’il n’y a plus d’ambiguïté ni sur ce qu’il recouvre, ni sur son étendue et sa nécessaire complétude, quand revient-on sur la loi Gayssot, pour en couper les parties qui concernent, justement, les restrictions à la liberté d’expression ?

Oh, je crois voir des sourcils qui se froncent, d’un coup…

Et puis, de façon plus générale, quand annule-t-on les lois mémorielles qui, finalement, expliquent ce qu’il est bon de croire, ne pas croire, dire ou ne pas dire en matière d’Histoire de France et du monde ? Je le rappelle : il ne s’agit pas ici de faire l’apologie de l’une ou l’autre théorie portée par certains, mais bien de leur faire retrouver le droit pour lequel des penseurs, des auteurs, des caricaturistes viennent de se faire tuer. Si l’on est cohérent, si l’on est bien Charlie, on ne peut plus l’être à moitié, ou seulement pour les opinions qui ne bousculent personne.

Tant qu’on y est, la liberté d’expression souffre profondément qu’on stipendie les médias qui la permettent normalement. Quelle liberté d’expression peut-il y avoir dans un pays où la presse est massivement subventionnée ? Ainsi, quand coupera-t-on complètement le cordon ombilical entre les médias et l’État, ce cordon de subventions, d’aides et de facilités fiscales, ce cordon qui a permis de vivre à une presse répondant aux impératifs des pouvoirs publics et qui a constitué, de la façon la plus sournoise possible, la meilleure des censures ? Si l’on est bien Charlie, on doit se rappeler que l’hebdomadaire dont il est question refusait justement ces aides.

Quand renonce-t-on enfin au politiquement correct gluant qui s’est diffusé partout, ce politiquement correct qui, par exemple, fait écrire que « les prénoms ont été changés » pour ne pas choquer de belles âmes, et travestir ainsi de simples faits, ce politiquement correct qui a fermé toute possibilité de débat sur les drogues (article L.630 du code de la santé), ce même politiquement correct qui a muselé tout débat sur l’ouverture du monopole de la sécurité sociale, ce politiquement correct qu’on retrouve dans toutes ces lois imbéciles qui ferment un débat en le rendant illégal ? Quand acceptera-t-on une vraie transparence, alors même qu’il y a encore en France, actuellement, une loi qui interdit la diffusion du patrimoine des élus ? Quand assurera-t-on, a contrario, la protection du secret des sources ?

Ah oui, la liberté d’expression, décidément, ça dérange, parce qu’en réalité, on est tous, peu ou prou, l' »islamiste intégriste » de quelqu’un. Tous, nous pouvons voir notre « prophète », notre opinion, notre croyance, notre vision de la société, de l’histoire, de la science ou de la politique choqué par l’expression de l’opinion d’un autre ou la caricature qu’il fait de la nôtre. Et tous, à un moment ou un autre, nous pouvons estimer, trop facilement, avoir été agressé et réclamer protection, réparation… vengeance.

Dans ce contexte, les lois Gayssot, Taubira, toutes les lois qui « encadrent » la liberté d’expression, c’est la façon soft de faire taire ceux qui dessinent les caricatures de nos opinions, en utilisant le petit marteau du juge. Bien sûr, ce marteau est plus propre que la balle de kalachnikov, mais le silence qui suit l’un n’a philosophiquement rien de différent de celui qui suit l’autre.

Alors, la liberté d’expression pleine et entière, chiche ?

—-
Sur le web

À lire aussi : Caricatures de Charlie Hebdo, peut-on rire de tout ?

  1. Pas maintenant. Tati Christiane est l’indéboulonnable ministre de la Justice et Manu le Matamore, le censeur de Dieudonné, est 1er ministre. Donc plus tard la liberté.

    1. Ni maintenant, ni plus tard, la liberté, mais juste hier. Valls nous prépare déjà un Patriot Act à la française. Rendez-vous dans quelques mois pour mesurer l’étendue des dégâts causés à toutes les libertés publiques, et pas seulement à celle d’expression.

      1. Du moment qu’il existe une Loi qui punit toute nègation sur un Gènocide (que certains français auront permis son accomplissement) , que l’Etat francais piétine la liberté d’expression en interdisant la manifestation à Paris sur le gènocide à Gaza, tout en soutenant son accomplissement par un Etat qui ne veut pas appliquer des rèsolutions de l’ONU Un Etat certe dèmocratique qui nomme des militaires au pouvoir depuis sa crèation, ce qui est un signe peu pacifiste. La France a parfaitement raison de dèfendre sa libertè d’expression, de condamner le terrorisme, mais doit elle faire des exceptions?
        Je pense que notre passé nous oblige à participer à créer la Paix dans cette partie du monde. La France ne doit pas ètre victime de ce conflit. Notre Rèpublique interdit la participation de son peuple à s’exprimer sur de telles questions. Le mot guerre est bannie et on parle de conflit , mème dans la presse!
        Cette manifestationdu 11 janvier montre bien que les moutons comprennent le risque pour leur sècurité et l’ambiguité de la politique ètrangère française. Je pleure toutes ses victimes de la haine, l’echec de notre système d’intègration. Faut-i lmaintenant revoir l’ambiguité de la double nationalité? Notre Constituion a t-elle un sens finalement pour aimer son pays?

  2. alors là!moi,faut pas me dire chiche,alors je me lache:je ne crois pas au réchauffement climatique!

  3. Tenez, voici la page du Hufingtonpost qui fait suite à la condamnation de cette candidate FN pour avoir comparé Tati Christiane à un singe.

    http://www.huffingtonpost.fr/2014/07/15/christiane-taubira-singe-ex-candidate-fn-prison-ferme_n_5588819.html

    Que pensent aujourd’hui les commentateurs de cette affaire ? Sont-ils défiler avec leur pancarte « je suis Charlie » ? Ou pensent-ils toujours comme l’une d’eux

    « je dirais bien qu’elle ne mérite même pas le droit de vivre…..mais c’est peut être un peu exagéré ! »

    1. A l’epoque j’avais été outré…pour le singe.

      Un animal si sensible, tendre et intelligent.

      1. Oui, et une prof’ d’Histoire de l’Université Libre de Bruxelles, ULB, une passionara degôche nommée Anne Morelli, débutait son cours par la projection de George W. Bush comparé à des singes pour ses mimiques. On trouvera facilement ces photos sur Google Images. Cela la faisait bien rire, tout comme ses étudiants. Ou les très nombreuses étudiantes voilées présentes à son cours. Mais elle, elle pouvait. Degôche, on peut se permettre beaucoup plus que si on est libéral ou de droite.

  4. On peut ajouter que « le petit marteau du juge » est de la même couleur que le sang versé par une balle de kalachnikov : rouge !

  5. A méditer, personnellement je suis partagé entre être contre l’encadrement de la liberté d’expression par principe et ma probable naïveté… http://www.phdn.org/negation/gayssot/critiques.html#parac

    1. Merci pour ce lien tres intéressant auquel personne ne semble répondre.
      Cela rejoint assez mon opinion et un post que j’ai laisse sur un autre article du présent site.
      J’aimerai que les personnes hostiles a la loi Gayssot prennent le temps de vous répondre.

      1. L’histoire est l’objet de nombre de manipulations et d’instrumentalisations.

        On peut juste se demander pourquoi certains révisionnismes sont condamnés alors que d’autres sont politiquement corrects.

        Est-ce pour conserver ce rideau de fumée comme quoi les religions sont délétères et que l’Etat laïc est le garant de la paix sociale ?

        Argument qui ne tient pas trop l’analyse des faits quand on comptabilise le nombre de morts fait par des Etats laïcs (ou se cachant derrière des paravents religieux de façade) pour des motifs religieux.

        Les Etats purement athées venant clairement en tête de ce sinistre classement : Shoah, Arméniens, Tibétains, Orthodoxes…

      2. L’Etats islamique faisant clairement partie de la catégorie des Etats laïcs se cachant derrière des paravents religieux fallacieux de façade : leur objectif est la mise en place d’un Etat (peuple, territoire, gouvernement) et non l’hégémonie d’une religion : ils semble clair que si leur objectif était l’adoption de l’islam par le plus grand nombre, ils procéderaient autrement.

      3. la loi gayssot n’est qu’un cas particulier, en somme sans avoir pousser la réflexion , la liberté d’expression devrait se limiter au cas au droit de dire des vérités, intéressant mais soumis aux même réserves que pour toute limitation de la liberté d’opinion, c’est parfois difficile à définir mais ça protège les particuliers de la diffamation ou de la calomnie ou de la propagation de mensonge..

        Il faut rappeler qu’une rumeur est une idée qui se répand sans être nécessairement vraie et sans qu’il soit possible de définir une personne qui l’exprime..

        si je dit j’ai entendu dire que…un mensonge..je dis la vérité…et j’aide à la propagation d’ un mensonge.
        Doit on vérifier la véracité des dire avent de les répéter, il faudrait dire cela à la presse.

        LA question que je e pose malgré tout est est ce que les gens qui diffusent le protocole des sages de sion y croient eux même? J’ai souvent entendu des gens répéter des rumeurs absurdes la véracité étant accessoire puisque la vérité était ailleurs e , la détestation de ceux que vise la rumeur… ce sont les gens antisémites qui propagent ces dires… comme une personne haineuse propage des calomnie.

        Mais quoiqu’il en soit, il ne faut pas de loi particulière à mon opinion. Une loi doit porter sur des principes généraux…faire une loi sur la shoah , une autre sur le génocide arménien, rwandais etc… n’est pas une bonne solution.

        1. Bonjour,
          En avez vous une meilleure ? Laisser les juges faire l’histoire ? Je ne pense pas que ce soit leur travail et la justice est suffisamment engorgée comme ça sans qu’ils aient à rédiger les manuels d’histoire.

    2. Votre article est un simple étalage de sophisme ou l’auteur valide lui-même son propre point de vue en expliquant qu’il serait surpris qu’on puisse penser différemment de lui. Le problème est simple comment peut on savoir que le discours négationniste est un tour de passe-passe ou est antisémite si on a pas le droit d’en discuter ? On doit vous croire sur parole ?
      Vous devez comprendre que cette loi est en fait un vecteur d’antisémitisme en non le contraire car elle induit de la méfiance envers la population juive et laisse certaines théories hors du débat public et donc sans aucun contradicteur. Encore une fois si on veut pouvoir démonter les théories négationnistes il faut d’abord qu’elles s’expriment sinon seuls les gens qui y croient en parle et ils ont le champs totalement libre pour convaincre les autres

      1. Ahh! Enfin quelqu’un qui le dit.

        Le Figaro a en couverture quelque chose dans ce goût là

        D’ailleurs quand on voit l’écart (voulu) entre le discours (Nécessairement bien, adulte, raisonné, balancé, modéré) et les actes, ceci dit en général et non pas seulement sur ce sujet.

        D’un autre coté la censure peut avoir quelque chose de savoureux, le Code Hays nous a donné quelques répliques croustillantes et l’attestation de Freud concernant le III°. Reich que les nazis lui avait demandé d’écrire en échange de leur autorisation de quitter l’Autriche et à se plier; pour ne pas parler des photos de Serge Jacques.

        Non, à la réflexion, plus de censure, qu’on la détourne (Ou on la retourne pour en voir le foncement, c’est selon).

      2. Peut-être que ce n’est pas au juge de faire l’histoire tout simplement parce que l’histoire ne serait pas un sujet de droit, en somme…

    3. Bonjour

      Il me semble que l’auteur donne lui-même dans sa conclusion la raison d’être hostile à la loi Gayssot
      Si,comme il l’affirme elle n’est légitime que parce qu’elle s’inscrit dans le principe de sanction des discours d’incitation à la haine déjà retenu par la loi française, à quoi sert une loi spéciale ?

      Au mieux à créer de la confusion.
      Au pire à cacher d’autres motivations.

  6. Le petit marteau du juge: nul n’est sensé ignorer les lois !

    La loi, si adaptable qui place des extrémistes au club med-prison, shit, Tv, portable, internet, réseau djihadistes en RJ45. Top la classe ce pays.

    Par contre, gaffe à l’auto qui dépasse de 5 km/h sur le perif. L’Etat ne transige pas avec la sécurité.

    Mouaahahahah

  7. Il y a longtemps que je n’avais pas lu un plaidoyer contre la censure aussi sympa !!!!En effet la censure s’applique partout mais l’état et ses relais bien pensants édictent sans cesse ce qui est correct ou pas même quand ils sont manifestement dans l’erreur !!!Je vais donc profiter de cette fenêtre de tir provisoirement non censurée …
    Nos progressistes nous affirment que l’immigration est une source d’enrichissement culturel , une diversité à promouvoir alors qu’en y regardant de plus près c’est plus complexe .. Un nouvel individu dans une communauté apporte son expérience , sa culture , sa richesse ses idées et peut améliorer l’essor de la dite communauté . Une masse incontrôlée arrivant dans la même communauté aura l’effet inverse , par son importance , son homogénéité ,  » sa puissance de conviction  » elle déstabilisera celle-ci !!!!
    Tout se passe comme dans un cancer une seule cellule maligne n’engage pas la vie du patient mais sa multiplication et ses métastases vont mettre en péril la vie de l’hôte qui l’héberge !!!!
    Est-il déjà trop tard pour appliquer d’urgence les thérapies adaptées ????ou ce pays est-il foutu ?????

    1. Le relativisme culturel imposé par la gauche nous fait croire qu’une religion peut-être bonne alors que la religion est dans son essence un outil pour faire la guerre, comme l’alcool est une arme pour pousser le soldat hors de sa tranchée.

      Le relativisme culturel vous fait croire que la culture d’un individu qui vit dans des conditions moyen-âgeuse peut être comparable aux droits de l’homme.

      Ou sont les libéraux ? Ceux qui vous expliquent que l’humanisme est la source du bien et pas l’obscurantisme d’une religion ?

      1. Quel relativisme culturel imposé par la gauche ?

        Celui qui relègue les religions dans le cercle privé ?
        Celui qui comme vous l’affirmez ne cesse d’expliquer que les religions sont la source de tous les maux ?
        Celui qui explique que des préceptes comme « Tu ne tueras pas, tu ne voleras pas … » sont criminels ?
        Celui qui révise l’histoire et qui oublie de dire que l’humanisme est à l’origine un mouvement chrétien ?

        Vous n’avez pas l’impression que vous partez d’un axiome (les religions sont sources de tous les maux) qui n’a aucune justification historique … bref que c’est du clair bourrage de crane étatique ?

        1. C’est le libéralisme qui relègue les religion au cercle privé et tant mieux comme ça. Au delà du paillasson votre croyance je m’en fiche.

          La religion n’est pas la source des maux. C’est l’outil et c’est ce qui vous fait croire que les islamiste ne cherche pas à étendre l’islam mais poursuivent un but laïc.

          Les préceptes de la religions ne s’appliquent que pour la communauté qui les reconnait. En dehors, tout est permis. C’est triste mais ce qui s’est passé en France vous le démontre.

          Dans la chrétienté il n’y à que la pitié, pas l’humanisme. Les belles oeuvres chrétiennes ne sont que le fruit de l’altruisme pas de l’humanisme. C’est une religion de victime et de faiblesse qui prend la posture du martyr pour s’imposer. Une fois en force, comme toute religion elle détruit ce qui ne s’adapte pas.
          2000 ans ne suffisent pas à vous convaincre… sans doute avez-vous vu la vierge ?

          L’humanisme prend ses racines dans la philosophie antique pas dans la chrétienté.

          1. C’est le socialisme qui relègue les religions au cercle privé : le socialisme ne peut se résoudre à admettre aucun contre pouvoir, surtout dans le domaine de la morale, domaine qu’il veut investir en plus de celui des lois par le politiquement correct qui représente une dictature bien plus efficace que les lois :

            Payez vos impôts, ne pas les payer est être mauvais citoyen … comme ca l’est de fumer, de ne pas manger 3 fruits et légumes par jour, de ne pas trier ses déchets, de ne pas éteindre les lumières, de ne pas manger bio, de ne pas participer à ‘je suis Charlie’, de ne pas être antiraciste, de ne pas être homosexuel, de ne être bobo, de ne pas défendre les valeurs de la révolution Française …

            Bref : faites ce que l’on vous dit qui est bon et payez vos impôts : c’est mal de ne pas penser aux autres.

          2. Je ne savais pas qu’Erasme (De libero arbitrio 1524), chanoine régulier de Saint Augustin était un philosophe antique athée ou agnostique.

          3. Quand aux origines du libéralisme, elles ont liées à l’Etat de nature de l’homme. Le socialisme n’étant qu’une conséquence des réflexes de peur, de l’arrogance et de l’ambition conjugués.

            Peur qui pousse les gens à se regrouper, arrogance lié à l’impression de puissance donnée par le groupe et ambition individuelle qui pousse à trouver sa place dans le groupe.

            3 comportements suscités par le narcissisme triomphant.

            Comme la manif ‘On est Charlie’ qui pousse FH à déclarer que la France est le centre du monde.

      2. Le relativisme culturel ce n’est pas ça. C’est un avatar de l’égalitarisme, qui postule que tout se vaut (et qui fait le lit du n’importe quoi). il domine les programmes scolaires et la prose journalistique.
        Vous faites à la fois un contresens et un anachronisme (ou de l’historicisme) en confondant dans un même opprobre laïciste l’islam qui est une religion théocratique, essentiellement politique, et le christianisme qui a fait sa Réforme il y a cinq siècles et dont TOUTES les composantes se sont progressivement sécularisées en abandonnant leur volet politique.

        1. Je suis d’accord avec vous Horace.

          J’ajouterai juste que si la religion catholique à abandonné son volet politique à contre coeur et non pas suite à une réflexion spirituelle.

          1. Faux, l’Eglise n’a fait depuis la chute de l’Empire romain que remplacer à minima les institutions politiques défaillantes. Elle n’a que très rarement (et s’est vite rendu compte de ses erreurs) pris la souveraineté, elle c’est pratiquement toujours positionnée en second Etat.

  8. Je suis Ahmed

    1. ahmed hebdo?

      1. Ahmed’ j’ai oublié le R ?

      2. L’histoire d’un policier musulman qui perd la vie en défendant celles de ceux qui insultent gratuitement sa religion?
        A tous les niveaux, c’est lui qu’il fallait célébrer.

    2. Vous êtes Ahmed alors ?

  9. Eh oui, l’atmosphère devient de plus en plus irrespirable dans ce pays de faux culs… Et pendant ce temps le chômage augmente inexorablement et le goret défile de la République à la Nation.

    1. Et le faux-cul en chef, celui qui ne sent plus et déclare rien moins que « aujourd’hui la France est le centre du monde », et bien il y a deux jours, alors qu’un débile profond venait de « canarder » de sang-froid dans un supermarché à Vincennes et que deux sinistres supporters d’un prophète de malheur était en pleine cavale avec otages, ce splendide faux-cul allait s’empifrer avec les petits copains d’un ancien détenteur de la Francisque: belle exemple de l’intérêt que ledit faux-cul prend à a tâche primordiale de sa fonction qui est d’assurer la sécurité des biens et des personnes de ce pays…

  10. Excellent article. Il n’y a rien à ajouter.

  11. Merci pour cet article qui pose bien nos contradictions.
    J’ajouteras seulement qu’il faut défendre tout autant que la liberté, la responsabilité. « un homme, ça s’oblige » disait Camus.
    Enfin, les propos qui choquent, s’ils ont le droit d’être exprimés, doivent pouvoir ouvrir au débat. Autrement dit, quand des propos choquants vont dans le sens de la pensée unique, ou sont émis par des « amis politiques », il ne faut pas faire taire les contradicteurs. Comme quoi, on en revient aux liens entre politique et médias évoqué dans cet article.

  12. Lorsque quelqu’un blasphème sur les valeurs chrétiennes, si on laisse à Dieu le soin de nous venger, il nous reste cependant le soin de prévenir le blasphémateur de ce qui va lui arriver s’il ne s’en repend. Ce sont pourtant des prévenances qui sont censurées par la plupart des médias et qui le sont notamment sur les média de grandes diffusion comme Le Point, Le Figaro ou l’Obs. Liberté d’expression, où es-tu ?

    1. Je vous rejoins sans mal, Daniel Pignard, la censure des bien pensants sur les médias est odieuse et celle de France Télévisions est une ca-ta-stro-phe pour la liberté d’expression. La censure cet après midi sur les sujets qui fâchent a été sans pitié. Honte à eux ! Honte à eux ! Même si je me suis battu contre vos arguments (références à l’Ancien Testament sur d’autres articles) religieux précédemment.

      J’ai trouvé odieux que sur certains médias, que le FN soit cité comme cause du problème – une honte ! -, alors que malgré leur insupportable logorrhée avec laquelle je me désolidarise totalement, ils ne sont « que le doigt qui montre le lune » et non les financiers, manipulateurs ou acteurs de la haine en marche cette semaine.

      La haine vient des 700 textes non réformés d’une idéologie qui prend le pouvoir en France grâce à des médiateurs autorisés, eux, sur les antennes et dans la presse mainstream – la filière des Frères Musulmans et la généalogie Hassan el Banna et François Genoud – et ailleurs sur les consciences, les comportements et les mœurs.

      On n’entend pas les terroristes, il me semble, crier « Le Vatican a été vengé », « le Pape a été vengé », « Jésus-Christ a été vengé », « Moïse a été vengé », « Abraham a été vengé »…

      Ou alors j’ai un problème très sérieux d’audition !

      1. Démonstration que la prétendue liberté d’expression est bien en fait un privilège, un de plus dans ce pays.

        Cette liberté d’expression soit disant à défendre, n’est qu’un prétexte pour imposer encore plus de socialisme.

        1. Et oui, la liberté d’expression devient petit à petit par glissements imperceptibles « une liberté de penser à gauche ».

        2. Mais les terroristes et leurs théoriciens / directeurs de consciences (dont les têtes de pont ne sont pas loin dans les banlieues – le 93 étant limitrophe du 92 et du 75) ont aussi choisi Charlie Hebdo parce qu’ils savaient qu’un attentat sur Minute n’aurait fait descendre personne dans la rue, comme il l’a été prouvé par les faits historiques plus ou moins récents. Donc la manipulation s’étend bien entendu au choix de la cible – de gauche ou sous un gouvernement de gauche « réputé faible » face à l’insécurité, les attentats étant toujours situés dans les moments politiques faibles – pas uniquement par le fait qu’ils critiquaient l’idéologie et son fondateur. Il faut avoir lu Minute une fois ou deux pour constater que le ton était aussi acerbe voire horrible – les attaques ad hominem contre la Ministre de la justice, noire comparée à une guenon -, entre autres.

          Le choix a été effectué aussi pour tester les capacités de résistance et d’organisation face aux attaques extérieures, alors qu’on sait que la France a peine à aligner 20 avions et leur logistique contre Daesh et sur plusieurs théâtres d’opération, compte tenu des coupes budgétaires. Débats intérieurs & antérieurs ici avec Michel Gay et Pierre Henry sur ce site.

          L’opportunité de l’attaque est à première vue une vengeance contre la liberté de ton et d’expression en France. Peut-être aussi un leurre, les commandos exécutants étant des têtes à trois neurones référencés.

          C’est ensuite probablement une attaque stratégique avec plusieurs feux pour tester l’organisation contre ceux-ci (RAID, Gign, BRI).

          C’est ensuite une attaque psychologique contre l’esprit français pour tester la mobilisation du peuple et sa cohésion.

          C’est enfin une attaque pour tenter de mobiliser sur le territoire intérieur de l’Europe l’oumma contre les pays démocratiques et libres.

          L’analyse de tous ces critères devra être poussée à son plus haut niveau assez rapidement. Commencer par un sondage d’opinions dans les banlieues musulmanes sur « l’esprit Charlie », l’adhésion à la « France Charlie », serait un préalable.

          1. C’est clair que vu les baffes qu’ils se sont pris venant des américains, ils semble assez sensé qu’ils aient décidé de s’attaquer à plus Flamby.

            Le prédateur n’attaque jamais le chef de meute, ni les individus les mieux portants.

          2. Les terroristes n’ont pas attaqué Minute… p’têt parce que les mecs de Minute n’auraient pas réagi QUE avec des paroles doucereuses.

            Y a p’têt des anciens militaires nostalgiques de la castagne chez eux, voire des calibres planqués sous les tapis de souris.

            Et s’il n’y en avait pas jusque là, dès demain ils y seront…

            1. tout à fait, pour préserver sa vie, rien de tel que laisser supposer qu’on peut se défendre aussi fermement qu’on est attaqué.
              si nous avions en france la liberté de porter les armes chez soi et dans la rue, il n’y aurait eu que 2 ou 3 morts chez les journalistes de ce torchon vulgaire de gauche, car ils auraient pu stopper eux mêmes l’attaque dont ils faisaient l’objet.

    1. h16h16 Auteur de l’article

      Il faudrait.

  13. Je n’ai sans doute rien compris: cette « Grande Parade » des faux-culs, c’est pour protester contre la libération, par la Madame Garde-des-Sots, du type condamné à cinq ans de prison en décembre 2013 et libéré un an plus tard pour aller faire son carton du côté de Vincennes?

    1. Euh, la madame en question, elle a disparu de la circulation ces jours-ci ? Pas vraiment aperçue à la manif’ mais il est vrai sue je n’ai pas été très attentif au défilé.

  14. Je dois vous féliciter encore une fois pour une analyse a froid mais oh combien nécessaire par ces temps de sur-enchères médiatique. Ils sont en train de manipuler de foules en ce moment.
    Enfin, l’histoire est remplie de ces manipulations !

  15. Bravo ! Du grand h16. Concernant Minute, je me suis fait la même remarque hier. Pas sûr que le PS, Sos Racisme, le PCF etc. Ou même l’UMP auraient tenu le même discours.

    1. Vu le nombre de fois où la gôche a hurlé au loup devant une soit disant collusion entre l’UMP et TF1 ou BFM (voire même avec le Figaro) vous imaginez l’UMP soutenir Minute ?

  16. Question au passage, concernant la liberté d’expression : quand Contrepoints va revenir sur son processus de validation de certains commentaires ?

    1. La bien-pensance sévit partout, même sur CP.

  17. Tout est juste, mais l’avant-dernière phrase est parfaite !
    Il faudra peut-être ajouter prochainement le silence qui suit la manif…

  18. Mais à qui prophète le crime ?

    1. Mathilde de St Amour

      :)

  19. Oui, c’est quand même pas compliqué : la liberté est un état, un droit naturel, pas un privilège, un droit positif.

    Les socialistes ont réussit à transformer la liberté d’expression en privilège et à faire une grand cirque pour faire passer la pilule.

    Et à voir les réactions sur Contrepoint depuis quelques jours, la grande majorité des libéraux sont en train de tomber dans le panneau : la défense du privilège accordé à certains d’offenser les autres et refusé aux autres mène ce pays dans encore plus de socialisme : le socialisme moral de la pensée unique.

    Il n’existe aucun droit naturel d’offenser les autres, de les insulter, de les choquer. Ca ne veut pas dire qu’il faut censurer, bien au contraire, ca veut juste dire que la personne qui est la cible des insultes n’a pas à subir l’interdiction morale de se taire et de subir, de s’accommoder de son statut de ‘con’ déclaré.

    Ce pays est vraiment gouverné par la peur.

    1. C’est malheureusement parfaitement exact.
      Citation volée: dans un état socialiste, nous avons peur de l’arrivée des étrangers pauvres et tout autant du départ de nos riches. Souvent, le débat cesse passé l’aspect économique.
      A force, si le socialisme dure trop longtemps, on passe au niveau intellectuel. C’est a dire que le débat est d’une médiocrité absolue, mais surtout, que les limites tellement restreintes que cela en devient de la censure, guidée par la peur.
      Que ce soit nos pourris a l’assemblée, ou nos asservis a genoux dans les médias, c’est juste un petit peu leur fond de commerce.

  20. Petite phrase notée dans la déclaration de FH lors de la réunion de crise au Ministère de l’Intérieur vendredi matin : « Il nous faut maintenant empêcher les surenchères, les stigmatisations, les caricatures les plus désolantes… »… Oui, vous avez bien entendu mes petits Charlie : les caricatures, c’était bien mais c’est fini. Merci d’être venus si nombreux à l’enterrement.

  21. Tout le monde s’est accordé aujourd’hui sur la nécessité de laisser chacun s’exprimer, même s’il est journaliste et qu’il choque. Désormais la censure est interdite. Finie l’intolérance à la pensée unique, à la langue de bois, aux éléments de langage trop utilisés jusque ici. Oh miracle ! même le djihad n’est pas un délit comme l’affirme Cazeneuve sur RTL. D’ailleurs ce djihad n’existe plus aujourd’hui : aucun politique n’a d’ailleurs prononcé ce mot aujourd’hui. Il est définitivement mort avec les trois loups solitaires. Seuls en France les musulmans intégrés ont peur que le pouvoir ne les protège pas contre les djihadistes, envers lesquels ils devront, bien malgré eux, faire preuve de soumission. Mme Taubira va devoir purger le code pénal de quelques lois scélérates…

  22. Merci h16 : cela fait du bien de lire enfin un propos sensé.

  23. oui bon article, et le petit malin qui saisit bien ces contradictions est j le pen… il faut lui reconnaître cette qualité ..

  24. Bonjour permettez que je réagisse à certains propos tenus par plusieurs articles et commentaires de cette semaine, notamment concernant les religions et tout particulièrement l’Islam. Je serai un brin piquant et provocateur, mais je ne me veux pas insultant, juste un peu médisant.

    Je dois dire que vous manquez de rigueur et de sérieux sur votre site (articles et commentaires).
    En effet, je suis étonné de voir qu’à chaque fois qu’il est question d’économie, par exemple, vous recourrez immédiatement à des pointures de l’économie, des intelligences brillantes, et à des ouvrages de référence pour justifier vos propos. Vous me direz : mais il est logique d’aller chercher à la source ce qu’il y a de mieux.

    Alors dites-moi pourquoi ce principe élémentaire est oublié dès qu’il est question des religions ? Pourquoi finit-on systématiquement avec des opinions de comptoir à base de… « pfff et que dire de la violence de l’ancien testament de la bible? » ou « les sourates du Coran font toutes l’apologie d’un système totalitaire » ou « L’Islam ne sera jamais compatible avec la République » ou encore « les religions sont un système d’oppression dont il faut se débarrasser » ?

    Avouez que ce n’est guère rigoureux ni digne quand on veut niveler vers le haut.

    Ne pas croire en Dieu ne doit pas justifier votre ignorance sur les religions.

    Vous savez qu’il existe des diplômes de théologie (jusqu’à Bac+5), donc d’interprétation scripturaire (et oui, il faut faire des études pour saisir les subtilités linguistiques d’une bibliothèque d’ouvrages comme la Bible hébraïque, la Bible apostolique chrétienne, ou encore le Coran), ou encore d’histoire des religions pour comprendre l’impact social et politique des religions (et ne pas résumer la religion au mal absolu qu’il faut combattre ; savez-vous que le modèle universitaire européen « latin » est calqué sur celui inventé par les moines érudits au Moyen-Âge ? que le système judiciaire américain sur l’Inquisition Espagnole ?). Ces sources sont des références qui seront plus sérieuses que les opinions des internautes ou journalistes de Contrepoints qui n’ont, je suppose, aucune compétence sur les questions religieuses (même s’ils peuvent en avoir en économie, en politique, etc.)

    Merci donc, avant d’émettre votre opinion, qui ne vaut rien car vous n’avez aucune compétence en la matière, de chercher d’abord, comme vous le ferez dans d’autres domaines, des références pour appuyer vos commentaires.
    Cela vous évitera le ridicule vous permettra même d’être nivelé vers le haut.

    Au bon plaisir d’avoir heurté votre égotisme, en espérant que cela vous fûtes utile.

    (NB: Il y a eu d’excellents articles sur votre site concernant des analyses religieuses ou philosophiques rigoureusement documentées ; je parlais essentiellement des derniers articles, surtout depuis Charlie Hebdo)

    Paix, Peace, Salam, Shalom

    1. Merci !

      La légende urbaine comme quoi les religions seraient sources de tous les maux (à mon avis largement diffusée pour cacher les exactions que les Etats ont commis contre les religions, dans leur lutte incessante pour se débarrasser de leur pire contradicteur : Shoah, Tibétains, Orthodoxes, Réfractaires, Arméniens, etc…) semble être religion d’Etat inattaquable dans ce pays.

      Mais quoi d’autre attendre d’un bon siècle de réécriture de l’histoire par notre éducation nationale marxisante ?

    2. Je vous entends bien, mais j’ai plusieurs questions :

      Pourquoi ne pas nommer ces fameux spécialistes et relater en quelques mots quels articles et quelles analyses pèchent ? Dire « vous avez tort » en vrac sans aucun argument, c’est un peu court non ?

      Je ne suis pas un anticlérical enragé, mais tous les pays à majorité musulmane sont dans une merde noire avec des classements désastreux pour les droits et les libertés. En quoi un théologien éclairé pourrait-il changer ce constat ?

    3. Mouais, vous pouvez essayer de m’expliquer mais je vous préviens. Ma tranche de cerveau disponible pour ces questions est de 30 minutes par an. Et vous n’êtes pas seul sur ce quota.

      Or les théo-trucs ont tendance à être chronophages et deviennent rapidement pénibles.
      Soyez concis !

      1. Ceci s’adresse à Damien 22h00

    4. Et vous? qu’est ce qui vous permet de préjuger, que les intervenants du site sont des athées? On dirait du tarik ramadan dans le texte.

    5. « Vous savez qu’il existe des diplômes de théologie… » :

      Oui il existe aussi un diplôme de disc-jockey…

      Qu’il existe un diplôme ne préjuge pas de la valeur de la chose diplômée…

    6. Mdr ! C’est votre commentaire qui relève le niveau ! Ça c’est sur !

      Faire un bac+100 sur du pipeau autant apprendre vraiment la musique.

      Et puis pour ceux qui m’accuseront de matérialisme dialectique bah je leur dirai simplement que je crois ce que je vois comme un bon animal que je suis.

      Réécriture de l’histoire ? Dois-je comprendre que vous êtes croyant et que vous défendez votre boutique ?
      En matière de désinformation je classe les églises en première ligne. Effectivement, arriver à faire croire à un type barbu qui aurait crée le monde à 2 milliards d’individus relève du miracle.

      L’égoïsme, le nombrilisme, c’est du côté de la religion qu’on le trouve avec la pensée assez commune à toutes les sectes qui consiste à croire que ce monde, cet univers fut construit par un grand architecte en vue d’y loger la race humaine.

  25. Bon article, mais le fond de l’affaire ce ne sont pas ces quelques lois, mais bien le classement minable de la presse française par « Reporter sans Frontière » pour la « Liberté de la Presse » :

    39eme derrière le Ghana, la Lituanie, la Slovaquie, la Namibie, le Costa Rica, la Jamaïque, la république Tcheque, et quasi tous les autres pays européens.
    http://rsf.org/index2014/fr-index2014.php

    Au bal des hypocrites de la journée, il convient de rappeler qu’il s’agit surtout de restaurer la liberté, l’indépendance et la pluralité d’expression de la presse plutôt que de la « protéger » dans l’état minable où elle se trouve.

  26. Islam signifie « soumission ».

  27. Voici ma réflexion…

    Ma liberté doit s’arrêter dès lors que je commence à empieter sur celle de mon voisin.
    On nous apprend ça lorsqu’on est enfant (avec d’autres mots).
    C’est une règle de bon sens, de respect de l’autre. Et à mon sens, il doit en être de même pour la liberté d’expression.
    Et je n’y vois là aucune restriction, aucune sensure.

    Par ailleurs, la liberté d’expression est certes une valeur universelle mais avant tout très liée au monde occidental et fruit d’une longue histoire.
    Elle peut-être donc totale dans cette même sphère civilisationnelle car elle sera au moins comprise
    et familière (mais pas forcément légitimée).
    Au delà, commence peut-être la pensée d’une autre civilisation, avec d’autres repères fondamentaux souvent sacrés aux yeux de sa population.
    Dans l’absolu, je pense que caricaturer un prophète tout comme se moquer du Saint-Père n’est pas malin. Cela met en colère des intégristes, mais blesse et agresse moralement des millions de croyants
    Quel intérêt si ce n’est de générer de la tension, et des pensées négatives.

    Et de quelle liberté parle-t-on ? liberté d’une presse et de journalistes qui couvrent un évènement pour informer de massacres aux yeux de tous. Oui, il faut préserver cette liberté d’investigation, même
    si elle est biaisée et même si elle n’est pas si libre qu’on pourrait le penser.
    Dénoncer, OUI !! mais que vaut la liberté d’expression crue et acharnée de CH ?
    Charlie a-t-il pensé aux familles des otages lorsqu’il sortait ses caricatures ?

    CH ne méritait pas un tel évènement. on est bien d’accord.
    La solidarité des peuples se fait entendre et ça réchauffe le coeur ! on en a besoin.

    Mais attention à ne pas se tromper de cible. Je me sens plus en colère contre nos gouvernements
    qui n’agissent pas franchement pour remonter notre économie.
    N’oublions pas que c’est la misère et le manque de perspective qui nourrit les extrêmistes.

    1. La liberté d’expression permet de critique les religions qui basent leur textes sur du pipeau. C’est une arme intellectuelle pour briser l’asservissement par la critique.

      C’est une arme pour briser l’idéologie et le politiciens vermoulu. Ca fait mal, ça entraîne des réactions. C’est un conflit, une lutte.

      Rien n’obligeait personne à lire Charlie, d’ailleurs c’était le cas.

  28. Celui qui est pour la liberté d’expression ne peut discriminer. Celui qui ne l’est pas le peut.
    Le problème actuel est que ceux qui sont pour la liberté d’expression (les journalistes) discriminent les prétendants à cette expression libre et sont donc en contradiction avec eux-mêmes.
    Quoiqu’il en soit, la justice est de toujours permettre à quiconque de parler pour sa défense, et par là de parler pour contrer une affirmation trouvée erronée.

  29. Le réel rattrape toujours les débordements.

  30. Indépendamment des interrogations que l’on pourrait se poser sur les rassemblements d’hier et hormis le fait de rendre hommage aux personnes assassinées, pour paraphraser le grand Albert Camus à qui l’on proposait la Légion d’honneur je dirai au sujet desdits rassemblements: « Je n’en voit pas la nécessité ».

  31. Il me semble en passant que la totale liberté d’expression doivent aller de pair avec d’une part une totale responsabilité de ses propos d’une part et d’autre part la reconnaissance de la présomption d’innocence…
    en théorie, cela porte remède et sanctionne la diffamation, la calomnie la propagation de contre vérités historiques…et cela se retourne même contre celui qui propage un mensonge ou une allégation sans preuve ou simplement rend public un fait à caractère privé

    Je sais bien que l’on ne vit pas dans une société idéale et la calomnie ou la diffamation laissent toujours des traces, mais cela aussi peut être sanctionné par des dommages et intérêts… d’un autre côté des tas de contre vérités historiques ou scientifiques se propagent…mais sans une société mature, elles sont jugées à un moment ou un autre quand une personne particulière ose les dire en les assumant..

    Mais effectivement dans une société dans justice,il en va de soi…

Les commentaires sont fermés.