Qui a vraiment créé Internet ?

Publié Par Le Minarchiste, le dans Internet

Par le Minarchiste, depuis Montréal, Québec.

Le gouvernement est-il responsable de la création d’Internet ? Pour plusieurs, sans interventionnisme gouvernemental, l’internet n’aurait pas vu le jour.

« During my service in the United States Congress, I took the initiative in creating the Internet. », Al Gore, 1999 (voir ceci).

En fait, comme plusieurs autres technologies, Internet a d’abord été un projet du département de la défense et son objectif n’était pas commercial, ni social. Cependant, l’idée de base de l’internet provient en fait d’une entreprise privée, nommée Bolt, Beranek & Newman (BBN). C’est J.C. R. Licklider, un scientifique de BBN, qui, en 1960, a discuté d’un réseau informatique dans son rapport Man-Computer Symbiosis :

« A network of such [computers], connected to one another by wide-band communication lines [which provided] the functions of present-day libraries together with anticipated advances in information storage and retrieval and [other] symbiotic functions. »

Ce rapport contenait tous les éléments composant l’internet moderne. En octobre 1962, il fut embauché par l’agence gouvernementale DARPA, où il embaucha Ivan Sutherland et Bob Taylor pour travailler sur le projet ARPANET. En 1968, Taylor disposait d’un plan complet pour le réseau et confia à BBN Technologies (l’entreprise privée mentionnée plus haut) le mandat de le construire. En décembre 1969, les quatre premiers noyaux de l’internet était inter-reliés ; il s’agissait de quatre universités. Puis, au début des années 1970, Robert Kahn (en provenance de Bell Labs) et Vinton Cerf ont joint DARPA pour inventer ce qui allait lier tous les 37 internets entre eux : le Transmission Control Protocol (TCP) et le Internet Protocol (IP).

Noeuds du réseau ARPANET

 

Carte Arpanet 1973

 

En 1989, ARPANET fut mis hors service, car il était devenu inutile. Ce n’est que vers 1995, quand le gouvernement a ouvert le réseau au secteur privé, que l’internet a réellement commencé à se développer et à être utile à la société. Autrement dit, pendant environ 25 ans, le gouvernement a gardé cette nouvelle technologie hors de la portée de la population. Le gouvernement bloquait l’entrée au secteur privé à travers la réglementation de la FCC. Croyez-vous que cela a accéléré ou ralenti son développement ? En fait, si Internet avait été inventé par des entreprises privées, son apparition aurait peut-être été plus tardive, mais au moins il aurait commencé à avoir un impact tangible dans nos vies bien avant 1995. D’ailleurs, la quasi-totalité des applications actuelles d’Internet ont été inventées par des entreprises privées ou des individus indépendants. Cela n’a pas empêché Al Gore de s’attribuer une part du mérite d’avoir « créé Internet ».

Il ne faut cependant pas oublier que sans ordinateurs performants, Internet n’aurait jamais vu le jour, et que c’est suite à l’invention du transistor que l’ordinateur ainsi que l’électronique moderne ont pu prendre leur envol.
 Or, le transistor est une invention qui a émergé d’une entreprise privée nommée Bell Labs, une division de l’entreprise américaine AT&T fondée en 1925. L’entreprise croyait en la recherche scientifique fondamentale et n’imposait aucune contrainte à ses chercheurs, même si leurs recherches n’avaient aucun but précis. Ce laboratoire a entre autres engendré des inventions telles que le télescope radio (qui a capté les premières radiation du Big-Bang), le laser, le téléphone cellulaire, le système d’opération UNIX ainsi que les langages de programmation C et C++. Un total de sept prix Nobel ont été décernés pour des travaux ayant émergé de Bell Labs.

Suite à la Seconde Guerre mondiale, Bell Labs a formé un groupe de recherche en physique des solides sous un dénommé William Shockley pour trouver une alternative aux tubes électroniques sous vide, qui étaient coûteux, volumineux et inefficients, et constituaient une barrière au développement de l’informatique. Au début des années 1950, il inventa le transistor, ce qui lui valu le prix Nobel. En 1955, il a joint l’entreprise Beckman Instruments pour fonder le Shockley Semiconductor Laboratory en Californie. Il recruta des gradués universitaires parmi les plus brillants et prometteurs pour y œuvrer, mais son style autocratique et ses orientations de recherche mal avisées leur déplaisaient énormément.

12/2/1965 William B. Shockley, Nobel Laureate in physics

En 1957, les « Huit Traîtres », menés par Robert Noyce, quittèrent Shockley pour former leur propre entreprise de semi-conducteurs en silicium dans la vallée de Santa Clara : Fairchild Semiconductor. Ceux-ci allaient commercialiser les premiers semi-conducteurs en silicium, qui allaient révolutionner l’électronique et l’informatique. Sur une période de 20 ans, les anciens employés de William Shockley allaient fonder 65 nouvelles entreprises, lesquelles formèrent le noyau de ce qu’on nomme aujourd’hui « Silicon Valley ». Silicon Valley  est une région située au sud de la baie de San Francisco, dans la vallée de Santa Clara.

Les huit traîtres, à l'origine de la Silicon Valley

Lorsqu’il quitta la direction de Fairchild, Robert Noyce démarra une nouvelle entreprise nommée « Intel », qui allait commercialiser le premier micro-processeur, une pièce maîtresse de l’ordinateur moderne. Notez que c’est Texas Instrument qui avait inventé le micro-processeur en premier (1973), grâce aux avancées de Gordon Teal (un autre ancien de Bell Labs) et de Jack Kilby. C’est d’ailleurs TI qui a commercialisé les premières radios transistor (1954) et les premières calculatrices de poche (1967).

L’Université Stanford a certainement eu un rôle à jouer dans Silicon Valley, surtout avec son parc industriel de Palo Alto, qui hébergea Hewlett-Packard à ses débuts. Cette institution privée a certainement fourni énormément d’employés qualifiés aux entreprises de Silicon Valley au cours de son évolution, mais n’est pas vraiment responsable de sa création. En fait, William Shockley avait établi son entreprise de semi-conducteurs dans les environs parce qu’il avait lui-même grandi à Palo Alto. En revanche, il avait été diplômé du MIT, comme la plupart des Huit Traîtres (sauf Grinich, le seul des huit qui était diplômé de Stanford). Par ailleurs, HP ne fut pas un précurseur en informatique.

Conclusion :

Il est vrai que c’est une agence du gouvernement américain qui est derrière la création de ce qui allait devenir l’internet. Cependant, il y a plusieurs bémols à ajouter à cette affirmation. Premièrement, l’idée et le savoir-faire sont venus d’entreprises privées comme BBN et Bell Labs. Deuxièmement, l’internet n’aurait pas été possible sans l’évolution essentielle de l’ordinateur grâce à l’invention du transistor et du circuit intégré en silicium, œuvres du secteur privé (Texas Insutruments et Fairchild), lesquelles ont mené au développement du micro-processeur (TI et Intel). Troisièmement, l’internet est demeuré une technologie sous-développée et inutile pendant plus de 25 ans, jusqu’à ce que le gouvernement la rende disponible au secteur privé, qui a depuis développé l’infrastructure et les applications nécessaires à l’éclosion de cette technologie, la rendant utilisable pour le commun des mortels.

L’implication du gouvernement dans le développement de l’internet n’a certainement pas été nécessaire, et n’a possiblement pas été souhaitable non plus.

Lectures complémentaires :


Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Pour avoir le premier mis Christian Huitema sur une paire de skis et l’avoir lâché en haut de Tovière, je vous signale que « Et Dieu créa l’Internet » est paru en Mai 1995.

    1. pardon, je n’avais pas fait attention à ce « détail » (qui n’en est pas un).
      Merci pour la réactivité dans les changements, en tout cas !
      Amicalement

  2. Curieux tout de même cet acharnement contre l’état, la aussi hélas, d’un sujet intéressant nous occasionnant une salutaire révision, surtout rappelant que 1995 c’était hier, nous en venons à une arbitraire confrontation état / privé.
    Il y a t’il des fois ou vous puissiez envisager que l’un sans l’autre rien ne fut possible ? surtout que vous ne démontrez rien de probant pour en arriver à votre conclusion.

    Par contre, je m’attendais à ce que vous parliez du Minitel ou des téléphones Bip-Bop, vous teniez la une occasion rêvée de critiquer sans retenue l’action délétère de l’état, Français de surcroit.
    Ah oui, c’est vrai, vous êtes à Montréal…

    1. Naissance du CERN : 1954.
      Invention du Web : 1989.
      Conclusion (basique, ouarf) de Ph11 : le web a joué un rôle dans la naissance du CERN.
      On rigole quand même bien sur Contrepoints, le site phare de l’alter-science.

    2. Tim Berners Lee était sous-contractant auprès du CERN lorsqu’il a développé son concept de web. Comme le CERN était par défaut le plus important serveur internet d’Europe, il n’avait d’autre choix que d’y travailler pour mettre son idée en pratique.

      D’ailleurs, le CERN employait 10,000 chercheurs en informatique….gaspillage de ressources?

      À travers le CERN, les gouvernements ont eu un effet « crowd-out » sur le secteur privé. Cela ne signifie pas que le web n’aurait pas existé sans le CERN.

      Par ailleurs, tout ce qui existait avant Netscape (1995) était inutilisable pour le commun des mortels…

  3. Il faut totalement découpler l’invention d’Internet de celle du Web (World Wide Web, dont les initiales figurent sur nombre d’adresses de pages telle que celle qui expose ce texte: http://www.contrepoints.org/2013/10/19/143225-qui-a-vraiment-cree-internet).
    Internet est l’infrastructure matérielle de réseau qui permet d’échanger des données entre des ordinateurs connectés sur ce réseau.
    Le Web est une technique logicielle utilisant le réseau Internet pour classer les données grâce à des liens d’interaction (hypertexte) qui permettent de ramifier à l’infini l’ordre de consultation de ces données, entreposées sur les différents ordinateurs du réseau . L’e-mail est un autre type de technique logicielle, laquelle est utilisée pour transmettre des données, toujours sur le réseau Internet, par l’intermédiaire du protocole SMTP (Simple Mail Transfer Protocol).
    Si le réseau mettant en oeuvre le protocole d’échange de données Internet est né aux US comme indiqué ci-dessus, le Web a, pour sa part, été créé par le CERN en 1989.
    Je pense que Al Gore fait référence au Web, aujourd’hui beaucoup plus prestigieux que son support matériel, et donc qu’il tente de s’attribuer le mérite de ce qui revient à Tim Berners-Lee, l’ingénieur informaticien britannique, créateur de l’Hypertext Transfer Protocol (HTTP).
    Pas très sympa comme appropriation…

    1. HTTP est une technologie très simple. C’est l’idée qui est géniale et ce n’est surement pas Al Gore qui l’a eu. Al Gore n’a rien répendu non plus : c’est le boom des systèmes graphiques pour les particuliers (et le développement de la présentation HTML par Netscape) qui l’a rendu incontournable.

  4. Vous faites l’impasse sur l’une des raisons très militaire du développement d’Internet : concevoir un réseau quasiment indestructible, d’où l’idée que c’est le protocole qui fait le réseau et pas son architecture.
    Pas sur donc que le privée eut cette nécessitée et donc l’invente.
    PS : bien que libéral, je n’arrive pas a vous suivre sur cette apparente volonté d’ERADIQUER l’état. Remettons le à ça très très petite place et inventons le moyen de l’y confiner.

  5. Ce qui fait la caractéristique (pratiquement unique) d’Internet, c’est qu’une technologie a pu s’affranchir des politiques et du contrôle des grandes entreprises commerciales : Microsoft n’a pas vu venir le coup.

    La technologie est née dans le domaine militaire, mais s’est développée dans les universités jusque à devenir mature et incontournable. Comme certains le font remarquer, c’est le Web qui l’a mis à la disposition de tous, mais le Web n’est qu’une (très petite) partie de l’ensemble des protocoles de communications qui ajoutent des briques à l’idée de départ d’un réseau sans contrôle central.

    La tentative de s’approprier un mérite la dedans est parfaitement stupide : Internet résulte d’un libre échange de point de vue technoliques entre des milliers d’ingénieurs. Elle en dit long sur le personnage de « Al Gore ».

    L’affirmation « En fait, si Internet avait été inventé par des entreprises privées, son apparition aurait peut-être été plus tardive, mais au moins il aurait commencé à avoir un impact tangible dans nos vies bien avant 1995. » est particulièrement stupide. Les entreprises privées comme Microsoft ont cherché (souvenez vous de MSN) et cherchent encore à verrouiller et monopoliser la technologie. Si Internet se développait aujourd’hui, il y aurait quelques dizaines de milliers de brevets déposés sur les protocoles qui bloquerait tout progrès et saborderait la robustesse technique du réseau.

    Ce qui a permis au Web de se développer est simplement la démocratisation des interfaces graphiques écran/souris permettant au principe du système de « liens » par clic de prouver sa puissance conceptuelle.
    L’informatique ne nécessite pas des investissement matériels couteux et a un coût de production casi nul. Dès lors que le matériel le permet, les idées fusent et les applications apparaissent. Du moins tant que les politiques et les lobbys des brevets ne parviennent pas à prendre la main.

    1. L’internet n’a pas été pensé pour s’affranchir des politiques mais pour répondre à un besoin: avoir un protocole d’échange simple qui ne coûte pas cher et surtout qui peut subir une montée en charge sans nécessité un « monitoring » qui coûte cher. Une sorte de 2CV faite à l’arrache pour un besoin précis… Ensuite, comme beaucoup de choses en informatique, tout le monde l’utilise et ça se généralise bien au delà de ce que l’on avait imaginé… Quand TCP-IP, le principale protocole de l’internet est arrivé en entreprise, tous les administrateurs ont hurlés… Finalement on s’y est fait, ce protocole contre toute attente a d’énormes qualités (et tout un tas de défaut que l’on comble peu à peu)…
      PS: l’armée n’a rien à voir dans l’histoire si ce n’est de donner des $, mais l’armée aux état-unis, c’est comme la sociali en France, elle se croie obligée d’être partout mais surtout pas à sa place…
      Idem pour le HTML, qui est une version fortement dégradée du SGML qui fut un exercice intellectuelle bien trop théorique pour être utilisable mais la première brique nécessaire de conceptualisation avant de faire quelque chose de plus pragmatique