L’inculture économique des Français

Publié Par Jean-Louis Caccomo, le dans Économie générale

L’exception française se traduit par une dénonciation de l’argent et un rejet des riches, refrain fédérateur de la gauche française, discours fondamentalement antiéconomique.

Par Jean-Louis Caccomo.
Publié en collaboration avec le collectif La Main Invisible.

La France est probablement le seul pays au monde où l’enseignement de la science économique, du lycée à l’université, fait polémique. La rédaction des manuels d’économie fait l’objet de discussion au sens où ils présentent tous une vision largement orientée de l’économie et de l’entreprise où la lutte des classes est omniprésente. Dans cette vue, l’entreprise est plus un lieu d’exploitation du travail qu’un instrument de création de la richesse tandis que patrons et actionnaires sont présentés comme des profiteurs sans scrupule. Comment s’étonner, dès lors, que la plupart des jeunes bacheliers deviennent fonctionnaires plutôt qu’entrepreneurs ? L’enseignement officiel de l’économie nourrit et cautionne l’inculture économique française.

La France antilibérale face à ses démons

Un trait dominant de cette inculture consiste à affirmer que l’accroissement des inégalités est le résultat du développement de l’économie libérale. C’est au contraire le jeu de l’État-providence qui contribue à écraser les classes moyennes en faisant fuir les catégories les plus aisées, tandis qu’il se propose de prendre en charge la masse croissante des plus modestes, lesquels plongent ainsi dans une trappe à pauvreté, réduits au rang d’assistés.

Par ailleurs, attribuer l’écart de richesses qui sépare les pays pauvres des pays riches au jeu pernicieux de la « mondialisation libérale », c’est encore une marque de cette inculture persistante. Les écarts entre riches et pauvres sont bien plus criants à l’intérieur des pays pauvres eux-mêmes, pourtant pas réputés pour être des modèles de pays libéraux.

C’est que la France a une lourde tradition centralisatrice doublée d’un passé catholique qui se traduit par une conception puritaine, mais dépassée, de l’économie. Alors que plus de la moitié de la richesse nationale est redistribuée par les administrations de l’État, gauche et droite se retrouvent autour d’une critique toujours plus acerbe de l’économie de marché. Pourtant la compréhension des mécanismes économiques suppose justement d’échapper au clivage gauche/droite et ses dogmes. Par exemple, le marché implique la mobilité socioprofessionnelle qui peut voir un individu d’une classe modeste arriver à des postes de responsabilité ou, à l’inverse, un bourgeois d’une famille établie tomber dans la déchéance. La droite la plus réactionnaire a longtemps cautionné un ordre social fondé sur l’inégalité et la reproduction « héréditaire » de cette inégalité. De ce point de vue, le principe de mobilité sociale des individus constitue un élément subversif pour la droite conservatrice française. De son côté, la gauche identifie le marché au principe marxiste de « l’exploitation de l’homme par l’homme », l’argent représentant le véhicule de cette exploitation. L’État doit donc prendre en main les affaires économiques pour contrecarrer ce principe d’exploitation que porte en son sein tout projet capitaliste.

La tradition catholique n’a pas non plus arrangé les choses. L’Église catholique a toujours été critique vis-à-vis de l’argent, du commerce et du travail. Elle fut, d’un côté, la caution morale d’une droite franchement hostile au progrès économique et, de l’autre côté, le vecteur de développement d’un courant social fondé sur la charité. Pourquoi vouloir changer sa condition terrestre alors que le bonheur éternel viendra récompenser les plus modestes ? D’autant que le travail des hommes allait nécessairement dépraver un « état naturel » vu comme l’expression de la volonté divine. Ce fatalisme religieux ne convient guère à l’esprit entrepreneurial des économies de marché. A contrario, dans la religion protestante, le travail agit comme l’instrument de la révélation et la réussite personnelle est interprétée comme le signe tangible de la prédestination : « … le travail sans relâche dans un métier est expressément recommandé comme le moyen le meilleur. Cela, et cela seul, dissipe le doute religieux et donne la certitude de la grâce. »

Contre l’hystérie antiéconomique

Comment systématiquement attaquer les privatisations, demander à l’État de combler les déficits des entreprises publiques et des régimes sociaux et refuser dans le même temps d’étendre l’assiette fiscale à une plus grande partie de la population, ou d’entreprendre toute réforme du secteur public ou de la sécurité sociale ? Comment prétendre défendre le système de retraite par répartition, vouloir travailler moins et refuser toute forme de capitalisation ? La France aurait trouvé la réponse miracle : il y a de l’argent, il suffit de s’attaquer aux riches, ponctionner les marchés financiers et taxer la spéculation.

Émile Zola, peu soupçonnable de sympathie libérale, observa un jour : « Je suis en train de travailler à un roman, L’Argent (…) Je prendrai comme position que la spéculation est une bonne chose, sans laquelle les grandes industries du monde s’éteindraient, tout comme la population s’éteindrait sans la passion sexuelle. Aujourd’hui les grognements et grommellements émanant des centres socialistes sont le prélude à une éruption qui modifiera plus ou moins les conditions sociales existantes. Mais le monde a-t-il été rendu meilleur par notre grande Révolution ? Les hommes sont-ils en quoi que ce soit en réalité plus égaux qu’ils ne l’étaient il y a cent ans ? (…) Pouvez-vous rendre tous les hommes également heureux ou également avisés ? Non ! Alors arrêtez de parler de l’égalité ! La liberté, oui ; la fraternité, oui ; mais l’égalité, jamais ! »

Or si la tendance à la paupérisation des masses s’est réalisée quelque part, c’est bien chez les nations qui ont éliminé le droit à la propriété privée et le principe de concurrence parce que leurs dirigeants ont cru qu’ils pouvaient construire, produire et régenter l’ordre social au nom de l’intérêt général. Faire du « social », voilà la grande ambition moderne des politiciens qui se rendent compte de leur incapacité à contrôler l’économie.

L’exception française se traduit par une dénonciation de l’argent et un rejet des riches, refrain fédérateur de la gauche française. Ce rapport hypocrite à l’argent est la marque d’un discours fondamentalement antiéconomique. Pourtant, les pays les plus avancés ont connu une croissance solide et durable à partir du moment où ils ont intégré le principe fondamental selon lequel l’économie a plus à voir avec la logique qu’avec l’idéologie.


Retrouvez chaque lundi sur Contrepoints, en collaboration avec le collectif La Main Invisible, l’un des 100 textes de Libres !, le livre libéral aux cent auteurs. Vous pouvez dès à présent l’acheter sur Internet et dans toute bonne librairie !

Laisser un commentaire

  1. Visiblement, votre connaissance de la pensée sociale de l’église catholique relève de la fable ou des haines acquises ! Jamais vous ne lirez quelque part l’église mépriser le travail ou encore valoriser un « état de nature » ! Ça, c’est du Rousseau je crois ! Dieu confie à l’humanité une nature à faire fructifier, et donc à transformer. Par le travail, l’homme devient collaborateur, coopérateur de Dieu. C’est un de ses titres de « gloire ». Le travail est valorisé aussi par exemple dans la Règle de St Benoît dont la devise est « Ora et labora », c’est-à-dire « Prière et travail »… Quand on veut faire oeuvre d’érudition, on étudie un minimum son sujet au lieu de ressasser des poncifes aussi éculés que faux.

    1. quand on est erudit on sait ecrire poncif.D’autre part le charactere tabou de l’argent est bien documente chez la famille catho tradi francaise, c’est vous qui planez.Il y a une difference entre les ecrits de cathos et le comportement journalier des citoyens francais de tradition: eux ont veritablement developpe une nevrose de l’argent qui serait ‘sale’.

  2. Le travail n’est pas richesse. L’église catholique a toujours respecté le travail, surtout quand les autres travaillent pour elle. Vous ne pouvez pas nier qu’il y a eu largement plus de gens soumis à l’église et lui fournissant ses ressources que de moines bénédictins.
    L’église catholique a toujours méprisé l’argent ainsi le prêt à intérêt, base de notre société actuelle. Le texte n’est effectivement pas exact, mais le corriger ne changerait pas la force ni la portée de l’argumentaire, à mon sens

    1. Encore une fois, vous ne savez visiblement pas de quoi vous parlez. C’est sûr, « on ne peut pas servir à la fois Dieu et l’argent » a dit le Christ. L’Eglise ne méprise pas l’argent, mais elle le laisse à sa juste place : un outils, et non une fin en soi. « A quoi cela te sert-il de posséder la terre ? Inconscient ! Ce soir même on te redemande ta vie ! »

  3. Je donne des cours d’éco à deux élèves de lycée, un en 1ère SES et l’autre en terminale SES. Dans leur livre de cours, c’est tout simplement orienté à gauche. Aujourd’hui même nous prenions le cours sur les entreprises et le social (déjà j’étais mal barré) le cours est illustré par de nombreux textes, il devait y en avoir 6 je crois, un seul (sur google) favorable aux patrons, le reste étant un défoulement gauchiste qui m’a presque choqué! Voilà donc que depuis le mois de septembre, mon élève fait de l’éco et quel est le premier économiste étudié? Marx! Etudié mais mal, ils ont réussi a faire un encadré de quelques lignes sur la pensée spiritique fulgurante de Marx.
    Mais le top du top c’est mon élève de terminale! Elle décide de prendre l’analyse de document/question de cours/synthèse au bac. Ok soit, alors je lui propose de revoir les différents économistes afin qu’elle trouve plus facilement ses idées pour sa thèse/anti-thèse. Revoir? noooon… Voir tout simplement. Marx elle l’avait vu en détail en Histoire-Géo (??!!!), Keynes vu à l’arrache, quant aux autres, même pas la peine d’y penser. Par contre il faut voir le tas de fadaises qu’ils apprennent! Et vas-y les énergies renouvelables et vas-y la sociologie, etc… C’est du très grand n’importe quoi! Ils apprennent à parler des entreprises sans connaitre le monde de l’entreprise, pour eux l’économie ce sont des chiffres, des camemberts, des diagrammes mais en aucun cas une sorte de philosophie. Même en ayant fait SES les élèves restent des ignares en éco.
    Le plus dur dans tout ça est de rester neutre… surtout quand votre élève vous sort que ce serait génial de tous être égaux et que les riches c’est mal, que marx a raison, et patati patata. Je prends sur moi… mais c’est très très dur.

  4. Vous écrivez : « L’exception française se traduit par une dénonciation de l’argent et un rejet des riches… »

    Avec une précision importante : Sauf pour les acteurs, chanteurs, journalistes, politiques, intellectuels, haut-fonctionnaires, artistes, producteurs, cinéastes, musiciens…etc. qui eux, sont très majoritairement de gauche !

    Le « riche » visé est : Entrepreneur, dirigeant, gérant, restaurateur, commerçant, cadre, profession libérale…etc. Et là, pour le gaucho moyen (pléonasme…), ce n’est pas normal !