From Besançon to Philadelphia !

Publié Par Damien Theillier, le dans Amérique du Nord, Lecture

Pourquoi ce beau pays qu’est la France est-il rongé par une telle sinistrose ? La France est dépressive, les gens sont tristes, agressifs, pessimistes. Mais pour s’en rendre compte, il faut aller aux USA. Là-bas, il y a une énergie, une joie de vivre, une gentillesse, une confiance dans l’avenir qu’on ne peut même pas imaginer vu de France.

Par Damien Theillier.

Je voudrais donner un petit coup de pouce à quelqu’un que je ne connais pas mais dont j’ai découvert le blog puis le livre par un ami sur Facebook, il y a une semaine : Alain Chautard. Après avoir vécu aux USA 2-3 ans, il a raconté son expatriation et surtout son émerveillement pour ce pays, si mal connu et si mal apprécié par les Français.

D’abord, les photos sur son blog sont magnifiques. Mais surtout il a tout compris. En effet, je viens de recevoir son livre par la poste (son blog m’a convaincu très vite de le commander) et je ne peux plus m’arrêter de le lire tant c’est passionnant, juste et fort bien dit. Je me retrouve complètement dans ses sentiments, ses découvertes, ses analyses. Chaque fois que j’y vais,  j’ai les mêmes réactions que lui, les mêmes étonnements et finalement le même amour de ce pays. Comme lui, je peux dire qu’il n’y a pas un seul jour qui passe en France, sans que j’y pense et sans que j’aie hâte d’y retourner au plus vite ! (Dans deux semaines j’y serai… vite !)

Comme lui je me pose souvent cette question : pourquoi ce beau pays qu’est la France est-il rongé par une telle sinistrose ? La France est dépressive, les gens sont tristes, agressifs, pessimistes. Mais pour s’en rendre compte, il faut aller aux USA. Là-bas, il y a une énergie, une joie de vivre, une gentillesse, une confiance dans l’avenir qu’on ne peut même pas imaginer vu de France. J’aime mon pays la France, j’y suis profondément attaché… mais nous sommes tellement blasés, arrogants et méchants que j’en ai parfois la nausée. L’Amérique, c’est mon bol d’oxygène, une ou deux fois par an, ma respiration et j’y suis aussi un peu chez moi (sans compter que l’Amérique est la fille aînée de la France et de l’Angleterre, sur le plan de l’histoire, comme sur le plan de la philosophie, on ne peut que s’y trouver chez soi !).

Je cite Alain Chautard :

Aux USA, innover et prendre des risques pour faire bouger les choses est favorisé, encouragé et récompensé. On a même le droit d’échouer, mais pas de ne pas essayer. J’ai adoré travailler aux US principalement pour cette raison-là. Mes idées étaient écoutées avec attention, respectées et bien souvent suivies.

et :

Aux USA, on dit « Awesome », « good job », « great stuff ». En France, c’est « pas trop mal », « pas bête », « assez bien », ou « pas mauvais ». En bref, d’un côté de l’océan on vous tire vers le haut, de l’autre on semble vous tirer inexorablement vers le bas. C’est regrettable et cela devient même presque déprimant après un séjour hors de l’hexagone. Ces comportements sont tellement ancrés dans nos gènes que nous ne nous en rendons même pas compte.

Extrait de son blog :

Après ces 1000 jours en Amérique, j’avoue volontiers qu’une partie de moi est restée là-bas, de l’autre côté de l’océan. Si j’ai écrit ce livre, c’est aussi et surtout pour essayer de montrer le vrai visage de l’Amérique, celui qu’on ne présente pas dans les journaux ou à la télévision française. Non, l’Amérique ce n’est pas que des gratte-ciels et des gens obèses avec des pistolets qui aiment faire la guerre, il y a tellement plus à découvrir et à apprendre de ce pays aux innombrables facettes, tellement paradoxal et fascinant à la fois !

Je ne saurais donc trop vous conseiller de voir son blog et d’acheter son livre qui est une petite merveille. Le livre compte 208 pages réparties en 9 chapitres auxquels s’ajoute une petite introduction.

Les différents chapitres sont :
1 – Naissance d’une expatriation
2 – Premier voyage en Amérique
3 – Le grand départ
4 – The American Life
5 – Un été sur la côte Est
6 – Le Far West
7 – Road Trips
8 – La France et l’Amérique
9 – La fin de l’aventure

Vous apprendrez beaucoup sur l’Amérique, sur l’expatriation en général et sur les différences culturelles entre nos deux pays. Et voici ce qu’en dit l’auteur lui-même, Alain Chautard : « J’ai longtemps pensé que les USA étaient le dernier pays dans lequel je voudrais vivre, et je suis heureux aujourd’hui d’admettre que j’ai longtemps eu tort. Parce que ce pays est fantastique ! »

Je pense surprendre, j’espère inspirer, faire découvrir et voyager, mais surtout faire naitre des envies d’expatriation. S’il n’y a qu’un seul objectif m’ayant motivé à écrire ce livre, c’est bel et bien celui-là : Inviter les gens à découvrir l’Amérique, à avoir un regard différent sur ce pays, ou tout simplement à franchir le pas du grand plongeon dans l’inconnu qu’est le démarrage d’une nouvelle vie à l’étranger.

—-
Sur le web

Laisser un commentaire

  1. oui,mais l’economie américaine va encore moins bien que la notre et les américains sont excédés de l’emprise de l’etat et du trop grand nombre de fonctionaires.je crois que la seule différence c’est leur ouverture d’esprit en général et pour le business en particulier(j’y ai vécu plusieurs années et j’en garde un bon souvenir)

  2. Aux USA, tirer les gens vers le haut commence dès le plus jeune âge à l’école. Je me souviens d’un ami qui a vécu quelques années aux USA et qui s’est pris une volée de bois vert par l’institutrice lorsqu’il a dit que sa fille était nulle en orthographe. Le terme nul ou nullité est proscrit dans ce pays. L’éducation dans ce pays favorise probablement plus l’épanouissement des enfants (quelque soit leur capacité) qu’en France. C’est peut-être aussi cela la différence entre Besançon et Philadelphie.