Berlin et Paris, hier et aujourd’hui

Publié Par Dr Richard North, le dans Histoire

22 novembre 1984. Les deux hommes main dans la main sont François Mitterrand et Helmut Kohl. Nous sommes à Verdun, en face de l’ossuaire de Douaumont recueillant les dépouilles non identifiées d’au moins 130 000 soldats tués durant la bataille de 1916. Celles-ci sont visibles à travers de petites vitres placées au niveau du sol autour du bâtiment.

L’endroit est calme et, même au cœur de l’été, se dégage une impression de froideur. Les oiseaux ne chantent pas. On dirait une légende urbaine, mais c’est la vérité : ils ne chantent jamais. Tout semble étrangement figé, et c’est avec la sensation de se libérer d’un grand poids que le visiteur redescend la colline pour retrouver la ville de Verdun.

Une plaque commémorative a été installée à l’endroit même où les deux hommes se sont tenus la main. C’était la première fois que les dirigeants de deux grandes nations se retrouvaient sur l’ancien théâtre d’une épouvantable boucherie,  moins une « bataille » qu’un massacre à une échelle industrielle. Et cela, plus que toute autre chose, illustre le projet européen, permet d’en comprendre la dynamique : ce qu’on appelle le « moteur » franco-allemand.

De nos jours, il y a Merkel et Sarkozy… et Ambrose (Ambrose Evans-Pritchard) dit que l’axe européen est en train de perdre ses roues. Pourtant il semblait qu’avec l’élargissement de la communauté jusqu’à 27 membres, l’Union Européenne pourrait transcender son alliance-noyau et voler de ses propres ailes. C’était le vrai sens de la Constitution Européenne.

Mais, en vérité, la place centrale revient encore et toujours au « moteur ». Si Ambrose est dans le vrai (et il pourrait très bien l’être) quand il dit que nous avons calé, alors tout est fini. L’effondrement ultime n’est peut-être pas pour tout de suite, mais sans ce partenariat clair et étroit entre la France et l’Allemagne, il n’y a plus d’UE.

C’est ce que nous explique Verdun. L’UE n’est rien sans son histoire et elle  est enfermée dans l’Histoire. La question qui se pose est : maintenant, que fait-on? Il devient de plus en plus urgent que nous trouvions une réponse. Nous avons perdu trop de temps : si nous n’en trouvons pas une, d’autres le feront. Et nous pourrions bien ne pas aimer leur réponse…

—-
Sur le web.

Laisser un commentaire