Souhaitez le meilleur, certes, mais préparez-vous au pire.

Qu’attendre des prochains mois d’un second quinquennat de dédain et de mise en coupe réglée du pays par une petite caste de nantis ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 8
Inflation en Mark

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Souhaitez le meilleur, certes, mais préparez-vous au pire.

Publié le 25 avril 2022
- A +

Ainsi donc et sans la moindre surprise tant tout a été fait, construit et propagandisé pour ça, Emmanuel Macron est réélu : bien manipulé, le peuple qui aura dû subir vexation, enfermement, viol d’intégrité et mépris sans discontinuer depuis cinq ans, a docilement voté pour son bourreau.

Qu’attendre des prochaines semaines, des prochains mois d’un second quinquennat de dédain et de mise en coupe réglée du pays par une petite caste de nantis ?

Bien sûr, on s’amusera du fait que Le Pen élue n’aurait pas changé fondamentalement la donne économique, mais au moins aurait-elle eu une opposition farouche de tous les corps constitués, de la presse, des politiciens et des administrations, ce qui aurait garanti une période de répit pour les Français. Macron rempilant dans un pays sans la moindre opposition, nous allons donc accélérer vers de nouveaux problèmes d’ampleur croissante.

La dette du pays, dont tout le monde semble se moquer, est passée d’énorme à colossale et elle imposera un fardeau de plus en plus lourd sur les finances publiques. En effet, même sans viser son remboursement (maintenant extrêmement improbable), son simple « service » (le paiement des annuités dues à chaque période échue) va coûter de plus en plus cher. Pour boucler des fins de mois délicates, la clique macronienne n’aura pas trente-six solutions, mais seulement trois possibles.

La première consiste à diminuer des dépenses. Entre la volonté farouche des Français de ne surtout toucher à aucun acquis, la mélenchonite aiguë du nouvel élu, et l’état par ailleurs plus que préoccupant de ses services publics, on ne peut pas trop compter sur cette solution. Si les dépenses diminuent, ce sera de façon marginale et très insuffisante pour couvrir les échéances financières de l’État français.

La seconde pourrait être d’augmenter les impôts. Ceux-ci étant déjà trop élevés en France, et le niveau de taxation étant déjà au bord de provoquer des explosions sociales, la marge de manœuvre réelle est nulle. Le salut ne pourra là encore pas provenir de cette idée.

La dernière consiste à faire rouler la dette, via de nouveaux emprunts (ce qui sera de plus en plus difficile à mesure que les taux directeurs vont devoir remonter si on ne veut pas arrêter complètement l’activité productive) et à noyer les anciens dans… l’inflation, bien sûr.

On peut obtenir de l’inflation en distribuant du pognon magique fraîchement imprimé, ce qui a déjà été fait et continuera d’être tenté les prochains mois, avec la multiplication des chèques-machin et des tickets-bidule pour bénéficier de réductions ou d’aides sur les produits et services les plus inflationnistes (énergie, nourriture, mobilité, logement, communication). L’autre méthode consiste à diminuer les productions ce qui, à demande constante, renchérit mécaniquement les biens et services offerts. Entre les ruptures logistiques et les sanctions, les tempêtes normatives et l’idéologie écolo-collectivo-boboïde, il ne faudra pas longtemps avant que les rayons de supermarché soient beaucoup plus aérés.

Inévitablement, ces pénuries (de biens, de produits, de services puis de main-d’œuvre) vont immanquablement provoquer des crises multiples dont la guerre (civile ou extérieure) n’est qu’un symptôme. On peut s’attendre à des tensions de plus en plus fortes dans la société française, en Europe et partout ailleurs dans le monde. Les années 2022 et 2023 ne seront pas calmes.

Pour beaucoup d’entre nous, la denrée la plus rare sera le temps, cet impôt invisible que les pauvres paient si cher : les gens vont consacrer de plus en plus de temps à faire des queues et à démarcher les administrations, à tenter de contourner les problèmes qui vont être créés par la caste dirigeante qui tentera de conserver son pouvoir. Rappelez-vous : c’est la caractéristique des économies planifiées socialistes de créer de longues files devant les magasins.

S’il faut toujours espérer le meilleur et se rappeler que, non, vous n’êtes pas seul, et oui, il y a tout autour de vous des individus de bonne volonté que vous pourrez aider et réciproquement, il ne faut pas non plus sombrer dans l’optimisme béat voire naïf qui provoque aussi son lot de problèmes. La période qui s’ouvre ne sera pas facile. Il faut donc prévoir et préparer le pire.

Concrètement, on pourra continuer de regarder avec attention ce qui se passe sur certains marchés financiers, qui agiront comme un canari dans la mine.

Si l’on a de l’argent liquide, il est grand temps de le sortir des PEL et autres Livret A qui ne rapportent plus rien et acheter ce qui constituera dans quelques semaines, quelques mois tout au plus, des rendements intéressants. Selon les montants disponibles, cela peut être du terrain, des biens immobiliers ou mobiliers pratiques et utiles, de la nourriture, des métaux précieux à commencer par l’or et l’argent et des cryptomonnaies pour ceux qui ont l’esprit d’aventure.

Si l’on n’a pas d’argent ou trop peu de ressources, c’est une excellente idée d’acquérir ou commencer à acquérir des connaissances et des compétences pratiques (bricolage, électricité ou chimie de base, maintenance de différents équipements, cuisine, plomberie, j’en passe).

Certains qui lisent ces lignes s’amuseront de son ton survivaliste ou catastrophiste.

Néanmoins, est-il si invraisemblable d’imaginer que ce qui va se passer dans les mois et les années à venir ne sera ni calme ni prévisible, et certainement pas placé sous le signe d’une amélioration notable de la situation ?

En pratique et aussi objectivement que possible, quel est le pari le plus risqué ? Celui qui consiste à imaginer que nous allons droit au devant de grosses déconfitures républicaines et festives, d’un krach boursier et/ou immobilier ou celui qui au contraire, estime qu’il est plus probable que les choses continueront « telles qu’elles étaient jusqu’à présent », dans une trajectoire contrôlée, un atterrissage en douceur où les cadors qui nous gouvernent, à la tête du pays, de l’Union, de la BCE et ailleurs, continuent d’enfiler succès et résultats positifs en ligne avec ce qui avait été prévu, comme en attestent les dernières décennies ?

Plus pragmatiquement, pariez-vous sur la bonne santé mentale, sur les capacités d’anticipation et de planification de la fine troupe aux commandes et, mieux encore, sur ses bonnes intentions, ou au contraire, pariez-vous en utilisant les performances des années passées pour établir le profil des années futures, en regardant non pas les intentions mais les résultats effectifs ?

Les choses, parfois, changent vite, très vite, bien plus qu’on ne l’imagine.

À toutes fins utiles, rappelons qu’en octobre 1989, la RDA achevait les célébrations des quarante ans de sa création, quelques jours avant la chute du Mur de Berlin. Et le 22 février 2022, bien peu en Ukraine pensaient devoir fuir deux jours plus tard devant un conflit ouvert dans leur propre pays.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Merci h16.

  • Tout est dit! (ou plutot écrit).
    Bon courage à tous (il en faudra)

  • Maintenant que macron est réélu l’ue va pouvoir saborder son economie. Alors avoir de l’or ou de l’argent n’a plus aucune importance, la propriété privée va disparaître etc etc. Les premières vi times seront les retraites.. Bien fait ils n’avaient qu’à bien voter…. Heu…. Pour qui… Macron évidemment, l’élu de nos cœurs outrages par des vaccins suicidaires et une campagne médiatique tendance.. bourrage de crâne. Dernier espoir, le parlement….. Sans godillots mais avec rangers et fusil sur l’épaule.

  • Parfait et terrifiant état des lieux. Après cinq années de « Macron démission », il a suffit de deux semaines de « Barrage au RN » pour qu’on reparte sur cinq ans de « Macron démission » (et peut-être même sept).
    Et ce matin, quelques journaux nous préparent subtilement à l’arrivée potentielle de Christine Lagarde à la tête du gouvernement.
    Chaque fois qu’on croit avoir touché le fond, on continue de creuser.

    • Le roi de la « déconstruction de la France » a annoncé le ton dès la cérémonie d’hier : devant la Tour Eiffel, une Marseillaise chantée par une égyptienne. Le message est plutôt clair : tout sauf les gaulois, quoi qu’il en coûte, et pour au moins cinq ans de plus.
      J’ai eu des lendemains de boisson beaucoup moins désagréables que ce lendemain d’élection.

      13
    • — Sergent ! interroge Camember, et pour payer les 18 cts. ?
      — Que vous êtes donc plus herméfitiquement bouché qu’une bouteille de limonade, sapeur ! Creusez un autre trou !
      — C’est vrai ! approuve Camember.

  • Les Français ont choisi, le président a été reconduit plutôt que réélu.
    Les Français ont cru les artistes, les sportifs, les médias… qui ont choisi à leur place.
    Les Français ont cru que Macron serait moins dangereux que Le Pen malgré son bilan désastreux.
    Marine Le Pen a certes montré ses limites mais elle ne proposait pas d’emmerder les Français avec une planification écologique et je reste persuadé que sa capacité de nuisance eût été bien moindre que celle de Macron.
    Les 5 années qui viennent vont être redoutables car nous avons très mal voté.

    • Sauf que son programme économique était de gauche! Inadmissible pour des libéraux.
      Elle est en fait de gauche contrairement à son père qui admirait Reagan.
      N’en déplaise à la gauche bienpensante qui le dénie par intérêt et manque d’ouverture!

  • Avatar
    The Real Franky Bee
    25 avril 2022 at 14 h 29 min

    J’habite à l’étranger, et il nous arrive parfois à mon épouse et moi de mettre le 20h par curiosité via le VPN. Ce qui frappe depuis quelques temps c’est la sensation de paupérisation accélérée de la population française, puisqu’il n’est désormais plus question que de pouvoir d’achat, de trucs et astuces pour faire baisser la facture, de chefs de petites entreprises qui s’inquiètent pour leur marges et la demande, et enfin d’aides publiques à toutes les sauces. Et quand on parle de renouveau du made in France, c’est en règle générale pour des fabriques ou services à très faible valeur ajoutée. J’ai l’impression que les Français sont victimes du syndrôme de la grenouille, c’est-à-dire que la faillite économique est tellement graduelle, que personne ne la remarque. Sauf que la paupérisation est l’une des rares choses à être réellement « en marche » en France, et en économie les choses finissent immanquablement par accélérer brutalement et de manière irréversible. La vérité c’est qu’il n’y a jamais rien eu de gratuit.

    10
    • En France on aime la pauvreté.
      Alors maintenant que nous sommes tous pauvres, de quoi nous plaignons nous ?

    • Pénurie et pauvreté sont les deux mamelles du socialisme. Et ça fait longtemps que la France est un pays communiste (depuis 1945, en fait).

  • Bonjour, la photo N&B me rappelle de bien sombres souvenirs lors de mon court séjour professionnel à Moscou dans les années 80 (avant la chute du mur de la honte)…le pillage des rayons sur les produits de première nécessité, le rationnement mis en place, exemples récents du chacun pour soi dans une société en pleine décadence. Alors, la soi-disant devise Egalité-Fraternité-Liberté, où est-elle désormais ? Finalement, ce pays n’a que les pseudo-gouvernants et ministricules qu’elle mérite.
    La démocrature est en marche !

  • Le type sur le radeau a l’air contant de lui. Il pense repartir pour cinq ans. Ce n’est pas l’avis d’un charpentier de « Marine ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

cryptomonnaies
3
Sauvegarder cet article

Par Liz Wolfe. Un article de Reason

Le monde des crypto-monnaies a pris une raclée la semaine dernière. Le prix du bitcoin est tombé à des niveaux jamais vus depuis 2020 ; Coinbase, la plus grande bourse de crypto-monnaies, a vu son action s'effondrer ; et un stablecoin important appelé Terra, ainsi que sa crypto-monnaie associée, Luna, se sont effondrés.

En réponse, les opposants aux crypto-monnaies se sont emparé de Twitter pour danser sur la tombe du bitcoin, et les subreddits qui étaient auparavant remplis de célébrations... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles