Mignonnes : l’acharnement injustifié des puritains

Mignonnes offre de très bonnes leçons qui séduiraient particulièrement les conservateurs qui aiment tant détester ce film.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mignonnes : l’acharnement injustifié des puritains

Publié le 10 novembre 2020
- A +

Par Pierre-Guy Veer.

Si un qualificatif peut facilement décrire les Anglo-Saxons – particulièrement en Amérique du Nord – c’est bien puritain. Comme l’a montré Adam Conover dans sa populaire émission, la formule « I will fuck you up » recevra au plus une cote PG-13 s’il s’agit d’une personne voulant casser la gueule d’une autre. Mais ce sera une cote R s’il s’agit de personnes de sexe opposé voulant s’envoyer en l’air, et NC-17 s’il s’agit de deux hommes voulant faire la même chose.

Ce même puritanisme a clairement dominé la campagne de boycott de Netflix autour de la sortie de Mignonnes (Cuties). Le film est accusé de promouvoir la pédophilie et la sexualisation de filles prépubères. Les personnes affirmant de telles inepties ne l’ont visiblement pas vu, alors qu’il pourrait tant plaire aux conservateurs qui le détestent autant qu’ils ne le connaissent pas.

Attention, spoilers.

Aminata (dite Amy) est une jeune Sénégalaise musulmane qui vient tout juste d’emménager en banlieue parisienne avec sa mère et ses deux frères cadets, dont un bébé. On voit rapidement que son éducation très traditionnelle et conservatrice, renforcée par sa tante, est en total décalage avec celle de son pays d’adoption.

Très tôt, dans la buanderie de son habitation, elle croise Angelica, une fillette d’environ 10 ans portant des vêtements très courts et serrés. Amy rencontre Angelica plus tard et apprend qu’elle fait partie d’un groupe, les Mignonnes, des filles de son âge souhaitant participer à un concours de danse en se trémoussant presque comme des stripteaseuses (ou Miley Cyrus, en fonction du point de vue). Le groupe commence par rejeter Amy, mais après qu’elle tire Angelica d’une situation difficile, les Mignonnes l’intègrent dans leurs rangs.

Ainsi commence le conflit interne d’Amy : veut-elle faire honneur à sa famille ou plaire à tout prix pour s’intégrer dans son nouveau milieu ?

Des valeurs qui plairaient aux conservateurs

Bien que je ne regarderai jamais ce film avec mon neveu de 7 ans, je le recommanderai néanmoins à tout parent d’une jeune fille. Mignonnes offre de très bonnes leçons qui séduiraient particulièrement les conservateurs qui aiment tant détester ce film.

Premièrement, on y montre clairement que « père manquant, fille manquée » est un fait établi et que la famille traditionnelle avec les deux parents est un gage de succès pour les enfants.

La mère d’Amy, Mariam, a déménagé sans son mari, lequel s’apprête à prendre une seconde épouse ; il lui impose même l’organisation de la noce, ce qui la dévaste. Les parents d’Angelica, qui travaillent constamment dans leur restaurant, n’apparaissent jamais dans le film.

La jeune fille raconte qu’ils la considèrent dépravée à cause de ses accoutrements. Quant à la mère de Yasmine, elle ne fait qu’apporter des boissons à sa fille et ses amies, sans se soucier qu’elles sont toutes occupées à sexter sur les réseaux sociaux.

Ceci conduit à aborder l’importance d’éduquer ses enfants au sujet des médias sociaux. En plus d’écrire des messages explicites à des inconnus, les Mignonnes postent des vidéos des danses où elles se trémoussent comme leurs modèles, des filles plus âgées qui participent à des concours de danse ou bien les danseuses décoratives des vidéos de rap.

Amy a même l’audace de poster une photo d’elle très intime pour rehausser la popularité de son groupe, ce qui lui vaut évidemment des moqueries de ses camarades de classe et l’opprobre de ses copines.

Un parent attentionné prendrait le temps de s’intéresser au contenu d’Internet avec son enfant pour lui permettre de distinguer le vrai du faux, les risques d’une publication sur un média social quelconque, les « trous de mémoire » n’y existant pas. Il pourrait aussi lui expliquer que ce qu’on y voit est souvent artificiel, que les standards de beauté sont inaccessibles sauf à y perdre son âme.

Amy se rend d’ailleurs compte au beau milieu de sa danse que c’est justement ce qui lui arrive : elle s’arrête au milieu de sa performance finale, va retrouver sa mère en pleurant et s’excuse de l’avoir autant déçu.

Mais Mariam a elle aussi grandi et propose à Amy de ne pas assister à la noce de son père et de préférer plutôt sauter à la corde avec des enfants de son âge.

Bref, si les conservateurs se donnaient la peine de visionner Mignonnes plutôt que de se fier uniquement à la danse finale, ils y trouveraient une œuvre faisant vibrer plusieurs de leurs cordes sensibles : l’importance d’une famille traditionnelle chrétienne avec la présence des deux parents, la dangereuse influence que peut exercer Internet et l’importance de bien encadrer sa progéniture pour éviter qu’elle ne tombe du côté obscur.

Certes, elles affichent une sexualité trop mature pour leur âge et peuvent en cela gêner le public. Elles ne sont que le reflet de leur époque ; c’est aux parents de montrer de meilleures balises pour éviter que leur fille de 10 ans souhaite ressembler à une prostituée.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Il arrive parfois certains groupes sectaires se braquent contre un film pour quelques détails, généralement sans l’avoir vu. Ça avait été le cas avec La Dernière tentation du Christ de Scorsese. Peut-être se passe-t-il la même chose ici.

  • Je n’ai pas encore vu le film mais je le regarderai pour me faire ma propre opinion et pouvoir en discuter avec des gens (qui n’auront sans doute pas vu le film).
    En matière de moeurs, comme en matière d’avortement, c’est souvent là où l’on constate que le libéralisme n’est pas mono-bloc et concerne différentes sphères de la vie.

  • Montrer des trucs de pervers pour mieux dénoncer les trucs de pervers, hein?
    PDV intéressant. En défense des Américains « puritains », il faut placer les choses dans leur contexte, avec aux US une pression de groupes « progressistes » délirants pour « normaliser » la sexualisation des enfants avec des aberrations du genre Desmond le stripper travelo de 10 ans, ou le « drag queen story hour » pour les 3-6 ans. Un peu normal que les gens vaguement normaux soient à fleur de peau.
    Sinon pas vu le film complet et pas super envie de le financer, mais ai vu des extraits et images que j’ai trouvé dégueulasses. Si vraiment le propos du film est plus subtil que prévu, alors c’est dommage que le réalisateur n’ait pas pu résister au plaisir de faire de la provoc’.

    • Je crois que vous tenez la meilleure explication en effet.
      Que valent les plaintes de quelques conservateurs pudibonds (je préfère le terme, plus juste que puritain qui devrait être réservé à la théologie en général et pas à la morale sexuelle en particulier) un peu facilement outrés par des images que certains pas spécialement coincés trouvent quand même assez choquantes et faciles, face à la perte de repères moraux (et à la dérive illibérale), que vous décrivez parfaitement, des progressistes ?

  • Biden, fan de la série, n’a pas manqué un seul épisode depuis son sous-sol.

    • Petite accusation gratuite ? Typique des manipulateurs… vous allez faire comme les fils Trump et faire des vidéomontages ultra-réalistes pour instiller le doute ?
      Oh, et pour votre info et votre grand savoir : vous écrivez « épisode ». Très curieux vu qu’il s’agit d’un film. Va falloir reprendre le script de votre propagande.

      • Vous êtes totalement dénué d’humour! Ou un inconditionnel d’un politicien dont vous ne savez strictement rien? Biden est un politicien typique, minable corrompu, et anti-libéral.

        • J’ai énormément d’humour, ce qui me fait justement pas rire quand je vois les basses attaques auxquelles se sont livrés les fils Trump avec ces vidéos. N’allez pas me faire croire que c’était de l’humour… Biden n’est pas le plus libéral des politiciens, c’est sûr. Il a sans doute quelques histoires pas nettes, c’est sûr. Minable, je ne pense pas. Corrompu, c’est possible. Mais bien que je ne sois pas pro-Biden, il est impossible de considérer Trump comme libéral. Et Trump ment au sujet de sa fortune, de ses dettes, refuse de faire preuve de transparence sur ses impôts, a essayé de faire taire une ancienne prostituée, est accusé de prises illégales d’intérêts, etc etc… il n’a aucune morale, aucune éthique…

          • Bienvenue dans le monde magique de la politique américaine.
            Les Dems comme les Reps en font autant dès qu’ils le peuvent (Russie etc.), je ne vois rien de révolutionnaire.
            Cela a quand même l’avantage d’être moins chiant que les histoires de costumes de Fillon.

      • Votre naïveté est confondante. Il n’y a pas un piège où vous ne tombez pas.

        • Je vous ai mis +1 pour « réponse mystérieusement mystérieuse qui veut accuser sans rien dire et qui fait croire quelque chose qui n’existe pas ». Bref, je ne vais pas demander ce que vous voulez dire par là, vu que vous ne répondrez pas vu que vous n’avez pas de réponse. On a déjà eu le cas avec la pondération.

        • Il est authentiquement bête.
          C’est désuet comme expression, mais exact.

  • Faudrait aussi interdire les petits rats de l’opéra, quelle honte toutes ces petites culotte..

  • Ces filles sont surtout en révolte contre la société française issue de l’immigration dont on ne peut pas dire qu’elle porte les valeurs de libertés occidentales pour les femmes.
    Les « conservateurs » sont en l’occurrence tout sauf un groupe homogène.
    Dans l’opposition au film on trouve bien quelques religieux et « conservateurs » américains traditionnels, mais aussi des gens issus de l’immigration décrits en mal ou opposés à la libération des femmes, d’autres opposés à l’immigration, des gens saoulé par le progressisme qui pousse à la sexualisation des enfants (ex: transgenre de 8 ans qui s’exprime devant les élus espagnol en mode Greta) et aussi des libéraux opposés au financement étatique de ces bouses moralistes.
    Chacun peut faire son petit marché, mais il y a une multitude de positions.
    La gauche elle n’en a qu’une: immigrés victimes+financement public+enfants+sexe= youpie !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles