SFR et fibre optique : Halte au débit

Horreur et consternation chez les sénateurs : SFR va déployer la fibre sans eux, leur faisant réaliser une économie de 3 milliards. C'est intolérable !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

SFR et fibre optique : Halte au débit

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 septembre 2017
- A +

Drame abominable en République Socialiste du Bisounoursland : on est en train de perdre une belle occasion de dépenser de solides sommes d’argent en provenance directe des poches du contribuable. Pour certains élus, c’est une véritable torture.

Tout a commencé en juillet dernier. Dans la moiteur d’un été aux températures évidemment trop élevées suite à un réchauffement climatique débridé, la société SFR a annoncé prendre l’initiative de déployer la fibre optique partout en France, et ce, sans utiliser d’argent public. La stupeur, que dis-je, l’effroi mêlé de consternation se sont immédiatement répandus dans le pays, à commencer chez les élus.

C’est en tout cas ce qu’on pouvait comprendre aux réactions pour le moins effarées de certains d’entre eux et notamment Patrick Chaize, le sénateur LR de l’Ain et président de l’AVICCA, l’association qui représente les collectivités locales dans le numérique. Pour lui, pas de doute, la proposition de SFR est carrément « ubuesque et ressemble à un coup de poker pour déstabiliser le secteur et remettre en cause ce qui a été fait ». Ah ça, vraiment, on frise l’incident au Babyliss de combat !

D’autant que même si notre élu ne semble pas en croire ses petits yeux apeurés, les efforts de la firme de télécommunication pour doubler son concurrent Orange partout où elle le peut laisse entrevoir que la société de Drahi ne plaisante pas : si elle est à ce point prête à tout pour damer le pion de l’opérateur national, on pourrait se laisser penser qu’effectivement, la volonté de fibrer tout le pays est bien là.

Zut, mince, crotte et caca boudin, cela n’est pas du tout ce qui était prévu !

À tel point que des mesures sont d’ores et déjà envisagées pour remettre sur le droit chemin l’impétrant fibreur fou.

Et là, alors que les choses prenaient déjà une tournure particulièrement étrange, la situation devient proprement invraisemblable puisqu’en dernière analyse, l’opérateur détenu par Patrick Drahi est en passe de se substituer à la puissance publique en investissant massivement dans les territoires ruraux, où – normalement – ces investissements sont pris en charge par les collectivités.

Et ça, mes braves petits amis contribuables, c’est une déclaration de guerre d’autant plus douloureuse qu’aux yeux des élus, rien n’empêche aujourd’hui SFR de mettre sa menace à exécution !

Saperlipopette ! Où va le monde si, maintenant, des sociétés privées se passent des politiciens et de tout leur aréopage froufroutant d’administrations dispendieuses ? Où va-t-on si on laisse ainsi une société utiliser son bon droit et son pognon pour amener le progrès et la lumière dans ces endroits que les élus entendaient gratifier de leur lumière et de leur progrès ? Au début, on laisse faire, goguenard. Ensuite, on se consterne, on s’agite, mais on voit les choses échapper à tout contrôle. À la fin, on se retrouve avec des services distribués par des sociétés privées qui ne demandent rien aux politiciens et sur lesquelles il devient impossible de faire pression ni d’obtenir l’un ou l’autre bakchich dodu en arrière boutique.

Oh que non, ça ne peut pas marcher comme ça en France.

Une poignée de sénateurs, encore et toujours menée par ce brave Patrick Chaize qui ne loupe pas un barreau une occasion d’ouvrir le dossier, s’est donc mobilisée pour rédiger un texte qui empêcherait SFR de se livrer à ce que nos élus considèrent comme de la concurrence déloyale. En toute logique.

Parce qu’en France, écrire une loi pour empêcher une société privée de faire son travail, c’est tout à fait normal.

Parce qu’en France, l’élu type préfère la puissance publique, l’argent du contribuable et la collectivisation des dettes et des erreurs de gestion à l’argent privé et l’individualisation des profits… et des risques.

Parce qu’en France, proposer une alternative capitaliste à une décision unilatérale étatique est une concurrence déloyale. Et surtout parce qu’en France, si cette concurrence n’est pas déloyale, la loi peut être changée après coup pour qu’elle le devienne.

Et pour le gentil Chaize, il ne s’agit pas tant de mettre des barreaux bâtons dans les roues de SFR que de sécuriser les investissements publics, ce qu’il justifie ainsi :

Je travaille sur une proposition de loi qui aurait pour objectif de sécuriser les investissements publics. Si ces investissements existent, c’est pour pallier les carences du privé. Il serait donc contre-productif qu’une entreprise privée ait changé d’avis. Imagine-t-on un nouveau réseau d’eau ou d’électricité venant concurrencer ceux des villes ?

Et pourquoi pas ? Que les deux réseaux cohabitent, et que le meilleur gagne ! Si le réseau privé n’est pas bon, il périclitera aux frais de Drahi et de ses actionnaires. Rien de grave… À moins bien sûr de considérer que c’est le réseau public qui sera systématiquement perdant… Ce qui reviendrait à admettre qu’on a dépensé tout cet argent pour rien – oh, zut, le sénateur se serait-il trahi ?

Ou plutôt, imagine-t-on un réseau d’eau ou d’électricité développé aux frais du contribuable par une ville, en venant concurrencer ceux installés par une entreprise privée à ses frais  ? Quelle est l’idée derrière ? Montrer que le public peut faire aussi bien que le privé ? Allons ! Si c’était vrai, ça se saurait, et on n’aurait jamais eu besoin de privatiser France Télécom pour lui faire retrouver une jolie couleur orange ! Est-ce alors pour montrer que le public sait claquer des thunes n’importe comment ? Allons ! Pas besoin de fibrer tout le monde, on est déjà au courant, à plus de 2000 milliards d’euros près !

Sacré Patrick ! Tout semble indiquer que lorsqu’on lui retire un joli gâteau, il s’affole.

Parce qu’en définitive, une fois qu’on a évacué les petites agitations spasmodiques des élus, on comprend que si l’affaire déclenche une telle montée d’urticaire, c’est essentiellement parce qu’un morceau de pouvoir de nos élus risque bien de leur échapper, à tel point qu’on en vient à écrire un texte de loi afin « de donner à la collectivité une autorité organisatrice » : autrement dit, quoi qu’il arrive, cela devra se faire avec l’aval des élus qui pourront enfin redevenir maîtres sur leurs fiefs.

La liberté d’entreprendre (ou la liberté tout court, du reste), le capitalisme, la concurrence, tout ça, c’est pour les gogos qui payent, hein…

Autre conséquence recherchée : revenir sur les rails des arrangements déjà pris entre eux et des sociétés spécifiques et qui assuraient aux premiers de pouvoir présenter – outre la facture – la fibre aux contribuables (avec bonus électoral possible) et aux seconds de juteux bénéfices en situation de monopole négocié. Dès lors, peu importe que la proposition de SFR implique une économie de 3 milliards d’euros : ce projet bouleverse à la fois les ententes nouées entre gens de bonne compagnie et surtout n’apportera aucun bénéfice électoral aux élus.

La guerre de la fibre est donc ouverte : elle sera âpre, sans merci et menée contre le contribuable.

En pure perte, bien évidemment.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Patrick Chaize, sénateur LR et soutien de Fillon lors de la présidentielle : http://www.patrick-chaize.fr/election-presidentielle-je-confirme-mon-soutien-a-francois-fillon/

    Et dire qu’il y a de grands naïfs qui nous expliquent encore que si cette fine équipe de droite avait remporté la présidentielle, la France aurait pu connaitre des réformes « plus libérales »…

  • Voilà bien un combat qui n’intéresse que les banques..SFR est condamné au gigantisme,la fibre va pouvoir lui permettre d’emprunter des milliards supplémentaires pour quelque chose qui sera obsolète dans quelques années..l’avenir est au herzien surment pas au filaire..comme quoi la perfidie de nos élus est parfois bénéfique parcequ’au final , lorsque SFR et associés s’ ecroulera , c’est le contribuable qui paiera !

    • @reactitude
      Bonjour,
      Vous avez manqué la partie qui dit que SFR veut intsaller sa fibre avec ses propres fonds, à ses propres risques donc. Si cette décision devient par la suite un flop, les contribuables ne seront pas impactés, à l’inverse des cas d’E.D.F et de la S.N.C.F.

    • @ reactitude
      « l’avenir est au herzien surment pas au filaire. »

      Quand on parle de la fibre optique, on ne parle pas de l’avenir mais d’un présent qui a déjà un passé (à l’étude dès 1970).

      Je ne sais pas ce qui vous permettrait d’affirmer que le hertzien va le supplanter contre l’avis de l’ingénierie internationale du groupe Altice!

      • La 5G !
        Quel intérêt d’installer en fixe ce que tu n’utilises qu’en mobile ?
        Le monde bouge le fixe Télécom ou train ou énergie n’est pas adapté à un monde en mouvement. La fibre..aucune différence avec un brin de cuivre ou un rail de chemin de fer…c’est aussi valable pour l’énergie ,la centrale individuelle supplantera l’énergie collective..

        • D’abord, si SFR se trompe dans sa prospective « fibre », cela signifie que l’Etat aussi, on ne voit pas pourquoi le monopole de l’erreur devrait être accordé à l’Etat au prétexte que ce sont là les contribuables qui paient.
          Ensuite, les limites de l’hertzien sont bien connues, la première chose que fait un possesseur de mobile en arrivant chez vous est de vous demander la clé d’accès wi-fi de votre box, reliée elle via si possible la fibre, et si vous croyez en l’hertzien, vous n’avez jamais accédé à l’internet via une clé 3G ou le satellite en zone rurale. Enfin, pour l’énergie, la centrale individuelle date de l’âge du feu, je ne crois pas que ce soit un retour souhaitable.

          • Il m’a semblé entendre qu’il existait la 4G et bientôt la 5G….
            Il faut bien voir qu’une installation fixe est monopolistique ,qui songerait à installer 2 ou 3 fibres à votre domicile ou 2 arrivées d’eau distinctes ( cela peut se produire à l’intersection de zone de monopole).
            Le fixe n’est pas encore facturé à la consommation mais cela viendra obligatoirement en conséquence on ne demandera plus à profiter du wifi gratos. De plus. Pourquoi avoir de multiple abonnements , un seul suffit ,il ne sera pas sur un réseau fixe ..Bouygues l’a bien compris avec son offre 4G , les constructeurs automobiles aussi….la fibre……comme pour le gaz , des pipelines indispensables sur un réseau pour distribuer en grande quantité et de façon fiable et pas cher, aucune raison d’équiper chaque personne qui sous emploiera sa fibre.

  • Je suis un habitué de cette chronique et pourtant cette fois, j’ai vraiment dû m’assurer qu’on n’était pas le 1er avril.

    Quel pays de fous furieux…

    • @Manchot

      La dimension de l’irrationalité en France est tellement grotesque et incommensurable que je ne crois pas possible à notre cher h16 de la couvrir dans sa globalité. Pourtant nous avons des « responsables mais pas coupables » reconnus qui passent à la télé et ailleurs, mais le contribuable reste tranquillement dans son fauteuil avec sa télécommande.

  • Le République Française n’a de république que le « R » sur les passeports et autres paperasses officielles.
    Cet article nous montre là un bel exemple de ce qui pourrit la France. Cette chambre de séniles sénateurs est vraiment inutile. Ce sénateur est la quintescence de l’étatisme profond qui anime cette caste méprisante remplie de despotes.

    • Une République de ce nom doit avoir les 3 pouvoirs séparés, alors qu’en France ils sont tous aux ordres de l’exécutif. La France est une oligarchie, ce qui explique son état.

      • @Virgile
        Je suis tout à fait d’accord avec vous. J’ai d’ailleurs exprimé le fait que la Justice soit sous la coupe d’un Ministre de la Justice, et que donc nous n’avons pas de Constitution, en plus de la non garantie des droits bien illustré dans l’article (article 16 DDHC 1789). C’est fort pratique quand on gouverne, de pouvoir ainsi faire des lois auxquelles on n’est pas soumis mais qui s’appliquent aux « tiers état ». Quels bons relans de monarchie absolue !

        • @ STF et @ Virgile
          Oui, c’est l’indice que la France ne répond pas aux critères de « démocratie ».

          J’ai bien compris que Ch.De Gaulle, indifférent aux députés « godillots », en appelait au referendum populaire pour justifier son leadership. C’était donc, pour moi, un « dictateur démocratique ». Aucun de ses successeurs n’a plus eu sa carrure, louable et/ou condamnable. Aucun président n’a proposé de réduire la fonction, non plus!

          Le « monarque présidentiel » est plus puissant qu’un monarque par la naissance, en Europe (exception monégasque)! Il n’est plus raisonnable de parler d’oligarchie, quand l' »oligos » est devenu aussi nombreux!

  • Je suis un habitué et fidèle lecteur de vos chroniques dont j’apprécie tant le fond que la forme.
    Pourtant, sur ce coup, je pense que vous vous êtes fait piéger sur un sujet que vous semblez méconnaître.
    Plusieurs arguments :
    – SFR n’a de cesse de faire des annonces mais, sur le terrain, rien ne se passe. Ils sont infoutus de fibrer la zone très dense (la plus rentable) ;
    – SFR Collectivités a candidaté pour obtenir les marchés de pose de fibre des zones RIP. Voyant qu’ils couraient à la débâcle, les collectivités étant échaudées par les pratiques de SFR, ils allument un contre-feu pour tenter de faire capoter les marchés en cours.
    – Tous les observateurs éclairés savent parfaitement que la pose de fibre dans les zones rurales n’est pas rentable, et à plus forte raison si elle n’est pas mutualisée. SFR le sait. C’est pourquoi, dans les zones moyennement denses, un processus d’appel à manifestation d’intérêt « force » les opérateurs privés à coopérer afin que la fibre qu’ils déploient soient mutualisée entre eux, de sorte que le territoire puisse être mieux couvert ;
    – SFR est larguée dans les zones moyennement denses car elle a, certes avant l’arrivée de DRAHI, laissé la part du lion à Orange qui a bien compris son intérêt et s’est lancé dans la course en prenant une avance considérable et irrattrapable ;
    – Dans la ZTD, zone très dense, SFR se bat à armes inégales avec son câble vétuste vs la fibre d’Orange.
    – SFR s’est faite virer de plusieurs marchés de DSP (délégation de service public) qu’elle avait remportés, cette dernière n’ayant absolument pas tenu ses engagements.

    En résumé : je partage largement votre avis sur le fait que l’argent public est une ressource rare et que chaque fois que la puissance publique joue les opérateurs privés, c’est la cata.
    Le cas des zones rurales est un cas particulier car aucun opérateur privé n’a la volonté de fibrer des zones non rentables. Il existe différents types de solutions pour fibrer ces zones néanmoins, toutes consistant à mutualiser la fibre entre grands opérateurs en limitant l’interventionnisme public autant que possible.
    Dans le cas présent, on assiste au grand bluff d’une société qui affiche une intention irréaliste qu’elle a largement démontré ne pas être capable d’honorer. Elle tente seulement de bloquer les attributions des marchés dont je répète, pour aller dans votre sens, qu’ils devraient être gérés autrement.
    Pour moi, cette fois, vous êtes tombé dans le panneau

    • La question n’est pas le contenu réel de l’annonce de SFR et la possibilité qu’a cette entreprise de la réaliser correctement.
      Le problème est la réaction immédiate de certains élus qui, devant le risque de perte d’une part de leur pouvoir/gâteau, ont pour seul et unique réflexe de brider par la loi l’impétrant qui ose marcher sur ce qu’ils considèrent comme leurs plates-bandes (une telle considération n’étant que la conséquence de l’étatisation de notre économie).
      La libéralisation de l’économie française n’est pas pour demain.

  • Je pense que Geko a parfaitement raison. SFR/Altice est détenue par un flambeur qui fait de la cavalerie… Son niveau d’endettement est « astronomique » .Rappelez-vous Sequalum, gestionnaire de la DSP THD 92, qui était une filiale de Numéricable. Ils se sont fait jeter pour non respect des engagements signés et ils ont du rembourser les subsides qu’ils avaient reçues du département. Et on est dans une zone dite rentable… L’installation de la fibre dans le 92 a été retardée de quelques années. Transposez cela dans les régions rurale… et comptez un retard supplémentaire de 4 ou 5 ans, le temps de regler les proces et les recours.

  • en ce qui concerne le sénateur de l’Ain, il faut savoir quelques trucs.
    – les communes de l’Ain avait créé un syndicat pour l’électrification du département dans les années 50 , parce que Paris n’en avait rien à f… d’installer l’électricité au fin fond de la province. Ce syndicat gère toujours les lignes.
    – le même syndicat a décidé de la pose de la fibre optique depuis quelques années parce que de la même façon les opérateurs n’en avaient rien à f… de câbler le département.

    Pas sur que SFR vienne câbler le fond des campagnes , la solution est certainement du côté hertzien

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en vidéo ici.

Qu'est-il arrivé à Téléperformance ?

L’entreprise Téléperformance était connue pour sa santé de fer et ses performances boursières. Son cours a été multiplié par 10 000 % depuis son introduction en bourse, au point de la faire entrer au CAC40 en 2020.

L'entreprise emploie 420 000 personnes à travers le monde pour sous-traiter des services consommateurs distants, comme les centres d’appels pour le SAV ou la vente, ou encore le contrôle d’identité lors de l’inscription à une néobanque en ligne.

... Poursuivre la lecture

Le message que les agences de communications distribuent à prix d’or à tous les politiciens, de quelque bord qu’ils soient, est à peu de choses près le suivant :

« Il faut vous rapprocher des gens, faire plus humain, plus près de leurs préoccupations ».

Il faut dire qu’il n’y a pas grand-chose de plus dévastateur qu’un prétendant au pouvoir incapable de donner le prix d’une baguette de pain ou d’un ticket de métro. Ce genre de méconnaissance peut en quelques secondes fusiller votre carrière, ou tout du moins vous obliger à passe... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll.

 

Nous sommes tous passés par là.

Vous publiez quelque chose en ligne que vous trouvez intéressant, peut-être un article que vous avez trouvé ou une nouvelle idée que vous avez eue. Quelqu'un réagit dans la section des commentaires et, avant même de s'en rendre compte, on se retrouve plongé dans une bonne vieille guerre des commentaires. Les hommes de paille sont impitoyablement brûlés sur le bûcher, les ad hominem sont produits en masse plus vite qu'ils ne peuvent être rappelés, les péjoratifs d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles