L’apostrophe, de Jacques Roman

Un recueil de poèmes en prose signé Jacques Roman.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’apostrophe, de Jacques Roman

Publié le 22 septembre 2017
- A +

Par Francis Richard.

La couverture du livre de Jacques Roman représente Niké, la déesse telle qu’elle fut sculptée à l’époque hellénistique (elle est connue sous le nom de Victoire de Samothrace et se trouve au Musée du Louvre à Paris).

La Niké de l’ouvrage est due au pinceau gracieux de Claire Nydegger, artiste-peintre vaudoise…

Corps de femme sans tête

Ce corps de femme sans tête, qui, à sa base, figure une proue de navire, est involontairement symbolique de l’élision, manière d’éviter le hiatus entre terre et ciel.

L‘apostrophe, dont Jacques Roman reproduit la définition, fait de même pour deux voyelles dans un texte :

Signe (‘) qui marque l’élision d’une voyelle.

Dans les fragments testamentaires écrits ici par l’artiste, ce signe sert surtout à ôter une folle prétention au mot je, qui est un autre forme du moi haïssable de Blaise Pascal.

Futur antérieur

Le temps le plus souvent employé dans ces fragments est un temps composé et décalé, le futur antérieur, que l’auteur relie ainsi à l’apostrophe :

Élider du je la voyelle, c’est ici passer du présent à un futur antérieur où le mort ne s’avoue pas vaincu.

On sait que le futur antérieur peut être employé pour signifier plusieurs choses, mais, ici, c’est dans son sens de bilan au soir d’une vie – qui n’est pourtant pas finie – qu’il est utilisé.

En conséquence il n’est pas étonnant que ce temps voisine avec ces autres temps de l’indicatif que sont le passé simple, le passé composé ou l’imparfait.

Évocation de la vie

Le poète, en sa prose bordée de points de suspension, évoque la vie :

… j’aurai chaque soir récité ma vie comme une prière et je n’aurai jamais été sûr de la savoir…

L’amour :

… j’aurai apostrophé l’amour toutes les fois où de son nom l’aurai vu se parer, toutes les fois où n’aimais en lui qu’un signe hors-la-loi devant l’achevé et l’inachevé…

La mort :

… j’aurai souteneur, fait monter la folie à l’Hôtel de la Mort. Le jour est proche où elle n’en reviendra pas…

Et nombre de souvenirs :

… j’aurai recueilli d’intimes et clandestins souvenirs qui m’auront été chers d’être tels de petits cailloux remués à fond de poche, et qu’il me fût loisible d’offrir au premier venu en quête de fraternité…

Quelqu’un qui invoque Stéphane Mallarmé, Antonin Artaud ou Georges Bataille ne peut laisser indifférent.

Ce quelqu’un, en tout cas, est crédible quand il observe ce précepte qu’il s’est donné :

… j’aurai à la nudité réclamé son silencieux secret d’être sans avoir. Écrire dépouillé. Chercher l’apostrophe commune…

Jacques Roman, L’apostropheSamizdat, 112 pages.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ilya Somin.

 

La politique des séries de science-fiction et de fantasy peut sembler être un sujet frivole à une époque où nous avons tant de problèmes politiques réels et sérieux. Mais cela vaut la peine de s'y attarder, ne serait-ce que parce que beaucoup plus de gens lisent des romans de science-fiction et regardent des films et des séries télévisées de genre que des ouvrages sérieux sur les questions politiques. En outre, la politique des mondes imaginaires est beaucoup plus amusante à contempler que la triste scène ... Poursuivre la lecture

Ce texte correspond à la leçon inaugurale prononcée par Antoine Compagnon le jeudi 30 novembre 2006 au Collège de France. Après avoir dressé un panorama historique de l’opposition entre traditions théorique et historique de la littérature, qui a débouché sur la distinction entre approche rhétorique ou poétique d’une part, et histoire littéraire et philologie d’autre part, l’éminent professeur s’interroge sur l’objet de la littérature, sur les valeurs qu'elle peut créer et transmettre dans le monde actuel. Rejoignant en cela d’une certaine man... Poursuivre la lecture

Dans la même veine que ses romans précédents (nous avions eu notamment l'occasion de présenter ici le très emblématique Tour d’Ivoire), et de ceux qui suivent (dont une prometteuse satire de l’Éducation nationale en octobre prochain), Patrice Jean poursuit avec ses thèmes habituels : les régressions de notre époque, les dérives suscitées par les idéologies, le poids des conformismes et les moralismes à tendance totalitaire, toutes perversions qui aboutissent au recul des libertés.

Dans Tour d’Ivoire, déjà, nous avions affaire à un pers... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles