L’apostrophe, de Jacques Roman

Un recueil de poèmes en prose signé Jacques Roman.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’apostrophe, de Jacques Roman

Publié le 22 septembre 2017
- A +

Par Francis Richard.

La couverture du livre de Jacques Roman représente Niké, la déesse telle qu’elle fut sculptée à l’époque hellénistique (elle est connue sous le nom de Victoire de Samothrace et se trouve au Musée du Louvre à Paris).

La Niké de l’ouvrage est due au pinceau gracieux de Claire Nydegger, artiste-peintre vaudoise…

Corps de femme sans tête

Ce corps de femme sans tête, qui, à sa base, figure une proue de navire, est involontairement symbolique de l’élision, manière d’éviter le hiatus entre terre et ciel.

L‘apostrophe, dont Jacques Roman reproduit la définition, fait de même pour deux voyelles dans un texte :

Signe (‘) qui marque l’élision d’une voyelle.

Dans les fragments testamentaires écrits ici par l’artiste, ce signe sert surtout à ôter une folle prétention au mot je, qui est un autre forme du moi haïssable de Blaise Pascal.

Futur antérieur

Le temps le plus souvent employé dans ces fragments est un temps composé et décalé, le futur antérieur, que l’auteur relie ainsi à l’apostrophe :

Élider du je la voyelle, c’est ici passer du présent à un futur antérieur où le mort ne s’avoue pas vaincu.

On sait que le futur antérieur peut être employé pour signifier plusieurs choses, mais, ici, c’est dans son sens de bilan au soir d’une vie – qui n’est pourtant pas finie – qu’il est utilisé.

En conséquence il n’est pas étonnant que ce temps voisine avec ces autres temps de l’indicatif que sont le passé simple, le passé composé ou l’imparfait.

Évocation de la vie

Le poète, en sa prose bordée de points de suspension, évoque la vie :

… j’aurai chaque soir récité ma vie comme une prière et je n’aurai jamais été sûr de la savoir…

L’amour :

… j’aurai apostrophé l’amour toutes les fois où de son nom l’aurai vu se parer, toutes les fois où n’aimais en lui qu’un signe hors-la-loi devant l’achevé et l’inachevé…

La mort :

… j’aurai souteneur, fait monter la folie à l’Hôtel de la Mort. Le jour est proche où elle n’en reviendra pas…

Et nombre de souvenirs :

… j’aurai recueilli d’intimes et clandestins souvenirs qui m’auront été chers d’être tels de petits cailloux remués à fond de poche, et qu’il me fût loisible d’offrir au premier venu en quête de fraternité…

Quelqu’un qui invoque Stéphane Mallarmé, Antonin Artaud ou Georges Bataille ne peut laisser indifférent.

Ce quelqu’un, en tout cas, est crédible quand il observe ce précepte qu’il s’est donné :

… j’aurai à la nudité réclamé son silencieux secret d’être sans avoir. Écrire dépouillé. Chercher l’apostrophe commune…

Jacques Roman, L’apostropheSamizdat, 112 pages.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Par Johan Rivalland.

Alain Finkielkraut est souvent considéré par ses contempteurs comme une sorte de grincheux, de réactionnaire, de nostalgique ou je ne sais quel qualificatif encore. Mais les réalités qu’il décrit sont-elles surannées ou ne correspondent-elles pas à des mutations profondes aboutissant à de véritables renversements de valeurs ? Lui-même, qui s’était toujours considéré comme un homme de gauche (et est pourtant régulièrement catégorisé par certains comme un homme d’extrême droite) écrit ceci, page 135 :

En rompant av... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Tour d’Ivoire n’est pas ce que j’imaginais, à savoir la critique de ceux (intellectuels, politiques, journalistes, stars du show business) qui regarderaient les autres avec mépris du haut de leur tour d’ivoire ; mais plutôt, au contraire, une sorte de refuge littéraire profond contre la médiocrité de l’air du temps. Celle du conformisme de la pensée, de l’obsession du politiquement correct, plus particulièrement de la culture woke et de la mise au ban de ceux qui, tenant le moindre propos spécieux à cet égard, sont... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles