Comment construire un château de sable parfait (grâce à la science)

Comment faire pour que votre château soit aussi majestueux que solide ? Il existe une formule scientifique qui pourrait bien vous aider.

Par Matthew Robert Bennett.1
Un article de The Conversation

À moins que vous soyez un inconditionnel de la lecture ou des sports aquatiques, la construction de châteaux de sable reste un must des vacances à la mer. Mais comment faire pour que votre château soit aussi majestueux que solide ? Par chance, il existe une formule scientifique qui pourrait bien vous aider.

Qualité du sable

Si vous voulez bâtir une véritable forteresse, mieux vaut que votre édifice tienne droit. Et pour cela, il vous faut du sable solide ! La solidité du sable dépend de deux facteurs : les propriétés des grains qui le composent et l’eau qui leur permet de se lier entre eux. Plus les grains sont anguleux, mieux ils s’assemblent. Or, plus le grain de sable a été charrié par les éléments, plus il est lisse.

C’est pourquoi les fragments microscopiques de coquillages sont un choix judicieux pour la construction de châteaux. Enfin, plus les grains sont fins, mieux ils retiennent l’eau. Et la question de l’eau est cruciale dans l’affaire qui nous occupe !

Si le sable contient trop d’eau, votre château va dégouliner, s’il y en a trop peu, il partira en miettes. Il vous faut donc trouver les justes proportions, afin que votre château tienne bien droit, et pour longtemps. Tout est fonction de la tension de surface de l’eau, ou « ménisque d’eau », ce phénomène qui fait qu’un verre d’eau posé sur un support humide et lisse peut sembler difficile à déplacer.

La formule magique

Notre expérience nous a permis d’établir que pour construire le château de sable parfait, il fallait un seau d’eau pour 8 seaux de sable sec. Ou si vous préférez, voici la formule magique : eau = 0.125 x sable. Mais si vous ne disposez pas de matériel scientifique, pas de panique ! Il vous faut simplement trouver un emplacement dans la bande de sable située entre la ligne de marée haute – repérable aisément grâce à un amas d’algues et de débris marins – et la ligne de marée basse. Gardez cependant à l’esprit que cette zone bouge au cours de la journée, au gré des marées.

Qualité des outils

Le conseil suivant se rapporte à la qualité des outils. D’après mon expérience, il y a une corrélation directe entre l’âge du constructeur, la taille de la pelle et la vitesse à laquelle l’ennui s’installe. Les adultes trouvent les mini pelles très frustrantes, et les enfants aimeraient en utiliser de plus grandes, mais ont du mal à les manier. Pour que l’ambiance de l’équipe reste harmonieuse, prévoyez donc une large sélection d’outils.

La taille et la forme du seau ont aussi leur importance. Préférez les seaux simples et ronds à ceux qui prennent la forme d’un château à tours crénelées. Un seau rond vous permettra de produire quantité de tours et de détails pour aboutir au monument de vos rêves, en faisant fonctionner votre imagination.

Et tandis que vous construisez, gardez une pensée pour l’histoire, non pas seulement l’histoire imaginaire du château et sa cohorte de contes de fée hors d’âge, mais aussi l’histoire réelle du sable que vous manipulez. Chaque grain est en effet un fragment de roche qui encapsule une longue histoire de montagnes disparues, de rivières anciennes, de marécages et de mers infestées de dinosaures, de climats et d’événements du passé : autant d’éléments qui racontent l’histoire de notre planète.

Plus c’est grand, plus c’est beau

Pour finir, un mot au sujet de la taille du château. Vous pouvez certes vous contenter d’un château modeste, doté de jolies tours, de remparts et de douves, mais les châteaux qui font la différence sur la plage et qui remportent le plus de succès sont aussi les plus imposants. Voyez grand ! Galets, coquillages, bois flottés et plumes peuvent embellir votre œuvre. Et puis, soyons honnêtes : un château de sable est fait pour être admiré. Et même s’il y a bien un peu de science derrière le château parfait, pensez surtout à vous amuser en le construisant.

Sur le web. Article publié sous Licence Creative Commons.The Conversation

  1.  Professor of Environmental and Geographical Sciences, Bournemouth University.