Le lancement du parti libertarien cubain

Retour sur les raisons qui ont poussé certains dissidents à fonder le Parti libertarien cubain.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Parti libertarien cubain

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le lancement du parti libertarien cubain

Publié le 28 mai 2017
- A +

Par Zachary Foster, du Parti libertarien du Nevada

Le Parti libertarien du Nevada est fier d’annoncer le lancement historique du Parti libertarien cubain/José Marti à la Havane. Après les récentes persécutions des libéraux cubains par le régime de Castro, un groupe d’activistes déterminés s’est regroupé au sein d’un parti politique ainsi nommé en hommage au père fondateur de Cuba, décédé durant la guerre d’indépendance qui opposa Cuba à l’Espagne.

Parti libertarien cubain
Parti libertarien cubain

Cette succession d’événements a débuté il y a trois mois, lorsque deux libéraux furent arrêtés pour avoir commis le crime politique de s’être réunis dans un lieu privé pour lire des livres et discuter notamment d’un rôle limité de l’État et évoquer les marchés libres.

Ubaldo Herrera Hernandez et Manuel Velasquez Visea, membres du Mises Institute et de la bibliothèque libérale Benjamin Franklin, furent d’abord placés sous surveillance par des agents de sécurité déguisés en civils. Dans la nuit qui suivit, ces agents secrets, accompagnés de la police nationale révolutionnaire, arrêtèrent les deux hommes pour le faux motif de tentative d’attentat. Les deux libéraux sont aujourd’hui encore incarcérés dans la prison de Melena Des Sur, poursuivis pour « propagande ennemie ».

Un sympathisant libéral de la Havane est entré en contact avec un autre Cubain libéral réfugié à Miami, qui a pris contact avec le Parti libertarien du Nevada. Une semaine après cet événement, le parti délivrait un communiqué de presse en anglais et en espagnol dénonçant l’arrestation par le gouvernement cubain de ces deux activistes, et demandant leur libération immédiate. Des actions similaires furent par la suite prises par le comité national libertarien, le parti libertarien d’Espagne, et par le parti libertarien Russe.

Trois autres membres du Mises Institute de Cuba et de la bibliothèque libérale Benjamin Franklin ont depuis eux aussi été arrêtés, puis relâchés sous 24h suite à l’immédiate protestation internationale contre le ministre cubain des Relations extérieures.

Par ailleurs, la police secrète a aussi pris l’habitude de faire surveiller leurs lieux de réunion par des voitures de police, pour dissuader les libéraux d’entrer ou bien pour les arrêter à la sortie. Constamment malmenés par les forces de sécurité et sachant que de plus en plus d’arrestations avaient lieu, les libéraux havanais ont dès lors décidé de passer à la vitesse supérieure dans leur dissidence pacifique en fondant le Parti libertarien cubain/José Marti.

Le groupe se composera de trois branches : le Parti, pour l’action politique et la présentation de candidats ; le Mises Institute de Cuba, pour la recherche en économie et l’éducation ; et la bibliothèque libérale Benjamin Franklin, une bibliothèque fonctionnelle pour les réunions des groupes d’études.

Pour leur permettre d’être efficaces et de surmonter les difficultés mises en travers de leur chemin par le régime, les libéraux cubains ont besoin d’une aide financière provenant du monde entier. Les donateurs peuvent aider via Paypal, ou ils peuvent directement contacter soit le parti libertarien du Nevada soit Zach Foster.

Les libéraux cubains réalisent quelque chose d’historique, et ils demandent officiellement de l’aide au monde entier. Tous les libéraux d’où qu’ils sont devraient être les premiers à répondre à cet appel.

Jusqu’aux dernières semaines de la Révolution cubaine, le mouvement armé du 26 Juillet créé par Fidel Castro n’a jamais eu plus de 300 personnes dans ses rangs, et pourtant il a gagné la guerre. Imaginez seulement combien de flammes de liberté peuvent jaillir de ces activistes porteurs de paix et d’espoir pour éclairer l’esprit des hommes et des femmes dans tout Cuba.


Traduction par Contrepoints de The Cuban Libertarian Party Launches in Havana !

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Carlos Martinez.

Dans son livre Anarchie, État et Utopie, Robert Nozick consacre un chapitre intitulé "Le conte de l'esclave" aux neuf phases de l'esclavage, des plus restrictives aux plus libératrices. Il écrit que même si les personnes asservies disposent de certaines formes d'autonomie, elles sont toujours asservies et il pose la question suivante : "Quelle transition du cas 1 au cas 9 fait que ce n'est plus le récit d'un esclave ?"

La question de Nozick souligne qu'il n'y a pas de différence entre la personne soumise à l... Poursuivre la lecture

Par Michel Faure. Un article de Conflits

La mort du général Luis Alberto Rodríguez López-Calleja plonge l’économie de Cuba dans la stupeur. Celui qui dirigeait Gaesa tenait entre ses mains l’économie de l’île. Avec sa mort, c’est un avenir encore plus incertain qui se dessine pour la dictature communiste des Caraïbes.

Cuba, depuis la révolution de 1959, a survécu à de nombreuses avanies, dont l’incurie et la violence de ses dirigeants. Mais là, soudain, l’île est au bord du gouffre, car un homme est mort vendredi qui n’était pas... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles