Isabelle Huppert, bientôt l’Oscar ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Vittorio Canavese - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Isabelle Huppert, bientôt l’Oscar ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 février 2017
- A +

Par Mélanie Boissonneau.1
Un article de The Conversation

Aujourd’hui en lice pour l’Oscar, Isabelle Huppert « fait » effectivement le film.Elle y est certes magistrale et déploie ses talents d’actrice dans une composition à la fois cérébrale et sensuelle. Mais la véritable force de Huppert, sa spécificité d’actrice est à chercher, me semble-t-il, dans sa capacité à mobiliser les discours les plus opposés.

Isabelle Huppert : une actrice sur le fil, entre crime et désir

Un bref retour sur sa riche carrière permet de comprendre que cette composante de sa persona n’est pas une nouveauté qui aurait émergé de ses collaborations avec Haneke (La pianiste) ou Verhoeven, mais bien une constante, depuis ses premiers pas derrière la caméra de Yves Boisset (Dupont Lajoie) ou de Blier dans Les Valseuses.

Bertrand Blier, revenant sur son film, se souvient d’ailleurs des affrontements qu’il a suscités, entre ceux qui y voyaient liberté et érotisme, et celles et ceux pour qui « Les Valseuses » était, avant tout, pure misogynie. Isabelle Huppert, dans un de ses premiers rôles, y incarne la jeune et vierge Jacqueline, qui fuit ses parents le temps de perdre sa virginité avec le trio Miou-Miou/Dewaere/Depardieu.

Le consentement n’y est pas explicite, au contraire de la sensualité et du désir de Jacqueline. Cette juxtaposition du crime et du désir est au cœur de la filmographie de Huppert, et son interprétation « sur le fil » laisse la porte ouverte à toutes les interprétations.

Et c’est bien cela qui fait la force de Huppert, cette ambiguïté, qu’elle cultive et qui autorise tous les points de vue. Autour de son dernier film, « Elle », on peut ainsi trouver trois types de discours. Le premier, le plus bruyant, est celui d’une critique unanime et enthousiaste, qui souligne l’audace du film, son caractère sulfureux, se réjouissant de ce qui leur apparaît comme une provocation, une remise en cause de l’ordre moral, et qui voit dans le personnage de Michèle (Huppert), une femme fatale et vengeresse.

À l’autre bout du spectre, quelques voix, qui portent moins mais développent de solides arguments en faveur d’une lecture critique et féministe du film. On y trouve la critique de l’universitaire Ginette Vincendeau pour le site Genre-Ecran ou de Delphine Aslan sur le Huffington Post.

Au milieu naviguent les spectateurs, tantôt aussi enthousiastes que les institutions cinéphiles, tantôt décontenancés (qualifiant le film de « grotesque », « glauque », « petit-bourgeois », sonnant « faux »…), quand ils ne sont pas affligés (« saleté misogyne », le film « glamourise le viol, c’est aberrant »…).

Le « perverse spectactor »

Ainsi, quoi que l’on pense du film, Huppert, par son interprétation ouverte et subtile, fait surgir l’instabilité du sens. En ce sens, elle « fait le film » pour reprendre les termes de Verhoeven. Surtout, elle nous autorise, par la qualité de ses interprétations, à nous laisser aller à notre condition de « perverse spectator ».

Ce concept, à l’appellation ironique, est théorisé par Janet Staiger. La chercheuse met en avant la capacité du spectateur à produire du sens, à souvent « lire » le film en dehors d’une lecture préférentielle. Ses travaux étudient la variété des interprétations d’un même film, en considérant certes l’esthétique, mais aussi le contexte social et historique de la réception. En d’autres termes, Janet Staiger et son « perverse spectator » permettent de comprendre pourquoi, parfois, nous avons l’impression de ne pas avoir vu le même film que notre voisin, ou que celui décrit par tel ou tel critique.

Faire du spectateur le co-créateur du film, voilà bien l’une des nombreuses qualités d’Isabelle Huppert, et cela mérite certainement un Oscar !

Sur le webArticle publié sous licence Creative Commons

  1. Docteur en études cinématographiques et audiovisuelles, chargée de cours en cinéma, Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3 – USPC.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bertrand Hartemann.

La sortie de Matrix 4 Resurrections est l'occasion de revenir sur cette saga emblématique. Écrit et réalisé par les Wachowski, il reste un objet de fascination. Ce patchwork culturel tisse des liens entre l’art du kung-fu, les mangas japonais, la philosophie post-structuraliste ou encore la culture cyberpunk. Outre le fait d’être un monument de la pop culture, c’est surtout une formidable machine herméneutique invitant à des jeux de piste théoriques. Le film façonne une réflexion, plus que jamais d’actua... Poursuivre la lecture

Par Christian-Georges Schwentzel. Un article de The Conversation

Dans la figure de Liz Taylor en Cléopâtre, devenue mythique, trois légendes fusionnent : celle de l’ancienne reine d’Égypte, celle de l’actrice sulfureuse et enfin celle d’une superproduction pharaonique au coût exorbitant.

Au cours des siècles qui suivirent sa défaite et sa mort, Cléopâtre (69-30 av. J.-C.) connut un exceptionnel destin posthume à travers les arts et la littérature. Sa figure fantasmée, sans cesse réadaptée et réappropriée, a traversé les siècles... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Le célèbre agent secret britannique revient dans Mourir peut attendre (No Time to Die) au début du mois d’octobre (le 6 en France). Initialement prévu pour le 8 avril 2020, le film a été reporté plusieurs fois à cause de la pandémie.

 

Daniel Craig reprendra son rôle de James Bond, alias l’agent 007, pour la dernière fois dans le film le plus long de la saga cinématographique. Cette dernière, qui a débuté en 1962 avec James Bond contre le docteur No, a traversé les époques jusqu’à nos jours.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles