Quel avenir pour Djibouti ?

Réélu pour un quatrième mandat à la tête de Djibouti à l’issue d’un processus démocratique douteux, Ismail Omar Guelleh suscite de plus en plus l’inquiétude de ses partenaires historiques et de la communauté internationale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Djibouti : un gouvernement contre le chômage ? By: Francisco Anzola - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel avenir pour Djibouti ?

Publié le 9 novembre 2016
- A +

Par Paul Laroche.

Djibouti : un gouvernement contre le chômage ?
Djibouti : un gouvernement contre le chômage ? By: Francisco AnzolaCC BY 2.0

Le 8 avril 2016, Ismail Omar Guelleh (IOG) était réélu à sa propre succession à 86,6 % des voix. Ce quatrième mandat n’a été rendu possible qu’à la suite d’un nouvel amendement de la constitution djiboutienne qui limitait le nombre de mandats successifs à trois. IOG entame ainsi sa dix-septième année à la tête du petit État de la Corne de l’Afrique. Il occupait auparavant les fonctions de Chef de cabinet du Président Hassan Gouled depuis 1977. Le Président totalise donc à lui seul près de 40 ans de carrière passée aux plus hautes fonctions de l’exécutif djiboutien.

La campagne présidentielle a été dénoncée tant par la société civile locale que par la communauté internationale pour le manque de transparence et l’absence de contrôle indépendant et impartial contre les manipulations, IOG ayant rejeté l’offre de l’Union Européenne de dépêcher une mission d’experts pour superviser le processus électoral, ainsi que pour les attaques répétées contre les candidats de l’opposition et les tentatives répéter de museler les médias, à l’image de l’expulsion d’une équipe de la chaîne britannique BBC.

Djibouti, emblème de la Chinafrique

François Hollande et Barack Obama ont refusé de reconnaître la validité du scrutin. Un refus de taille de la part des deux partenaires historiques de Djibouti. La France est un allié privilégié du pays en raison de son passé colonial. Les États-Unis se sont installés à Djibouti en 2002 au moment du lancement de la « guerre contre la terreur », en reprenant le camp Lemonnier, une base militaire française, dont la rénovation, débutée en 2013, s’est élevée à 1,4 milliard de dollars.

Pourtant, les États-Unis commencent à prospecter ailleurs sur le continent. Un accord militaire a été signé avec le Sénégal dans le cadre de la stratégie d’expansion du programme Africom piloté par la branche du ministère de la Défense américain en charge des questions de sécurité sur le continent Africain. Deux Sénateurs républicains ont adressé une lettre au secrétaire d’État américain ainsi qu’au ministère de la Défense pour dénoncer la politique anti-démocratique du gouvernement d’IOG qu’ils qualifient d’ailleurs de « partenaire peu fiable ».

Djibouti est par ailleurs devenu en quelques années l’emblème de la Chinafrique, accueillant sans scrupule les investissements chinois dans des secteurs clefs de son économie, au risque de remettre en question sa propre souveraineté. En laissant 23,5 % du port de Djibouti à l’entreprise chinoise China Merchants Holdings International, IOG se prive d’un levier essentiel de son économie, presque exclusivement soutenue par le transport maritime grâce à sa position stratégique dans le golfe d’Aden.

Le risque de plus en plus grand d’un défaut de paiement

Malgré ces investissements directs étrangers massifs, la dette publique du pays reste colossale. Le Fonds monétaire international a exprimé à plusieurs reprises ses craintes de voir le pays faire défaut. « Le fort taux de dépense publique exerce une pression considérable sur les recettes fiscales et sur la dette extérieure » s’alarme l’organisation internationale, « la politique budgétaire actuelle est intenable ». L’Union européenne et la Banque africaine de développement ont exprimé des doutes similaires quant à la capacité du pays à soutenir sa dette. Même la Chine commence à s’inquiéter. En réponse à l’incapacité de Djibouti de se conformer au planning de remboursement initial, Pékin a exigé le doublement de sa présence militaire pour atteindre 20 000 soldats chinois postés dans le pays.

La santé du chef d’État djiboutien pourrait compromettre son quatrième mandat. Récemment admis dans un hôpital parisien où il a suivi un traitement sous haute sécurité, IOG souffre de pression artérielle, de diabète et d’apnée du sommeil. Avec la détérioration précipitée de sa santé vient la question de son successeur, qui devra composer avec le lourd héritage d’IOG, l’importante présence étrangère et la dette du pays.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Ahmed Waaberri.

[caption id="attachment_280201" align="aligncenter" width="640"] Ismaïl Omar Guelleh By: Chairman of the Joint Chiefs of Staff - CC BY 2.0[/caption]

Changement de doctrine à Pékin : pour la première fois de sa longue histoire, la Chine va bientôt disposer d'une base militaire à l'étranger – dans le petit État africain de Djibouti, précisément. Et rompre avec une tradition de non-ingérence qui n'est plus adaptée à son statut de superpuissance.

Le choix de Djibouti ne doit rien au hasard. De plus en plus... Poursuivre la lecture

Djibouti : un gouvernement contre le chômage ?
0
Sauvegarder cet article

Réinvesti pour un quatrième mandat consécutif à la tête de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh (IOG) vient de former un gouvernement « de combat » dont l'ennemi numéro 1 serait le chômage. Un arbre qui cache la forêt tant la situation économique du pays est critique.

Par Paul Laroche.

[caption id="attachment_258877" align="aligncenter" width="640"] Djibouti : un gouvernement contre le chômage ? By: Francisco Anzola - CC BY 2.0[/caption]

Chômage : ennemi affiché du nouveau gouvernement

Réélu à 86 % des voix, IOG entamai... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Paul Laroche

[caption id="attachment_217671" align="aligncenter" width="640"] The president of Djibouti credits AR AlHashemi via Flickr ((CC BY-ND 2.0) [/caption]

 

La fin de l’année 2015 et les affrontements qui ont fait au moins 27 morts dans le camp de l’opposition démocratique resteront ancrés dans les mémoires djiboutiennes. Selon les autorités, seuls sept morts sont à dénombrer après des heurts avec la police dans un quartier populaire de la capitale. Les ONG locales contestent ce chiffre, mais n’ont pas vo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles