Cameroun : un archer tue une kamikaze avec une flèche empoisonnée

Enfant avec arc et flèches by Thiery(CC BY-NC 2.0)

Un membre des milices citoyennes a tiré une flèche empoisonnée à l’aide de son arc, tuant instantanément une femme vêtue d’une veste-suicide.

Par Charles Bwélé.

Enfant avec arc et flèches by Thiery(CC BY-NC 2.0)
Enfant avec arc et flèches by Thiery(CC BY-NC 2.0)

Selon le gouverneur Midjiyawa Bakari de la province Extrême-Nord du Cameroun – voisine immédiate du Nigéria, une femme d’une quarantaine d’années et une fille de 14 ans ont refusé de s’arrêter à un poste frontière entre les deux pays.

Face à leur refus d’obtempérer, un membre des milices citoyennes a tiré une flèche empoisonnée à l’aide de son arc, tuant instantanément la frontalière quarantenaire qui était effectivement vêtue d’une veste-suicide. L’adolescente qui l’accompagnait a déclenché sa bombe et péri sans causer de victimes.

Depuis mi-2015, Boko Haram a subi de lourdes pertes face aux opérations plus ou moins coordonnées des armées du Nigéria, du Cameroun, du Tchad et du Niger, et est confinée à la défensive, au vol de bétail et aux attentats-suicides.

Quelques mois plus tôt, j’avais longuement évoqué « l’efficacité low-tech des comités de vigilance anti-terroriste » du nord-Cameroun qui interceptent chaque semaine plusieurs tentatives d’attentats-suicides commis par la secte djihadiste. Ces comités ne manquent jamais d’arcs, de flèches et de pistolets / fusils artisanaux d’abord destinés à la chasse, et bénéficient de l’appui politique, logistique et financier du gouvernement camerounais.

Sur le web