Congo : la chute de Blaise Compaoré n’a pas instruit Sassou Nguesso

Sassou Nguesso est un homme du passé, avec des méthodes qu’on sait désormais révolues en Afrique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Day427-Bike-140104 credits jbdodane (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Congo : la chute de Blaise Compaoré n’a pas instruit Sassou Nguesso

Publié le 1 octobre 2015
- A +

Par Éric Essono Tsimi.

Day427-Bike-140104 credits jbdodane (CC BY-NC 2.0)
Day427-Bike-140104 credits jbdodane (CC BY-NC 2.0)

Les manifestations relayées par l’AFP, ce dimanche 27 septembre, ont des allures de répétition générale. La mobilisation contre le projet du président congolais de modifier la Constitution de son pays, comme tant de ses homologues africains avant lui, s’est tenue ce dimanche avant de se disperser. Les Congolais n’en resteront pas là.

Depuis la convocation du corps électoral, la population, opposition et société civile sont intimidées par des hommes en tenue qui quadrillent la capitale Brazzaville.

Pour justifier l’injustifiable tenue de ce référendum, le président congolais parle de la nécessité de faire évoluer les institutions mises sur pied par lui-même à la suite d’un coup d’État victorieux. Sa propre constitution, naguère taillée sur mesure, interdisant de se représenter au-delà de 70 ans et limitant les mandats possibles, s’avère désormais trop juste pour sa soif inextinguible de pouvoir, puisqu’il est âgé de 72 ans.

Par la première constitution, il avait mis ses principaux adversaires hors-jeu, par la nouvelle constitution il veut se perpétuer et n’être pas dépassé par sa propre loi fondamentale. Après une première transition de cinq ans (1997-2002), un premier mandat de sept ans (2002-2009) et un deuxième septennat (2009-2016), il ne veut rien lâcher, il s’accroche, qu’importe l’évolution des mentalités en Afrique ou ce qu’il est advenu à Blaise Compaoré, Sassou n’entend plus personne, c’est son pouvoir ou rien, c’est-à-dire la mort pour tous ceux qui voudront s’en prendre à la seule évolution possible à ses yeux, celle de sa constitution.

Les dés sont jetés, pipés, truqués, l’administration confisquée par un clan et noyautée par son parti politique, le PCT (Parti Congolais du Travail) auxquels profitent seuls la manne pétrolière. L’administration congolaise est le fait d’une ethnie tout acquise à la cause de son référendum, fût-il frauduleux et anti-démocratique.

Sassou Nguesso, pour mémoire, est au pouvoir depuis 1979 et n’a été absent que de 1992 à 1997, le temps de reprendre par les armes le pouvoir que Pascal Lissouba avait démocratiquement gagné cinq ans plus tôt. La contre-offensive intellectuelle des Africains ne va lui laisser aucun répit ; l’Union Africaine doit réagir, cette manœuvre ne relevant ni plus ni moins que du coup d’État. À moins que les missions de l’organisation panafricaine soient restreintes à un mandat de maintenance et de protection des pouvoirs déjà en place. S’il persiste à vouloir se maintenir de force, Sassou Nguesso doit tomber ! C’est un homme du passé, avec des méthodes qu’on sait désormais révolues en Afrique.

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Les congolais n’ont pas besoin de guerre ni de violences d’aucunes sorte. Ils ont conscience de ce que cela pourra causer à leur pays qui est actuellement en bonne marche vers son Emergence. Tout comme les congolais sont matures et peuvent librement décider de ce qui bien pour leur pays.
    Le référendum décidé par le président de la république n’est ni un coup d’Etat ni un passage en force c’est l’expression de la démocratie. Il n y’a donc pas de place pour la caricature délibérée ni l’ingérence sans frais.

    • il semblerait qu’une partie du peuple ne souhaite pas ce referendum qu’ il soit democratique ou pas.
      Que Sassou est fait du bien ou pas pour le pays une partie du peuple exige une alternance politique. Après 32 ans au pouvoir il pourrait laisser ca place …. En tout cas en 2016 si il s entete ca va chauffe beaucoup le ressente ( economie ralenti, envoi des familles et enfants de Ceux qui peuvent a letranger, intimidation…)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Alexander C. Hammond. Un article de Reason.com

Le nationalisme économique est un fléau pour l'Afrique depuis la décolonisation. En 2021, cette situation est appelée à changer.

Le 1er janvier, la Zone de libre-échange continentale africaine ZLECA[1. ZLECA ou ZLEC ou Zlecaf en français pour plus de facilité, j’utiliserai l’acronyme AfCTA en anglais pour la suite de cet article NdT.], tant attendue, est entrée en vigueur. Outre les avantages économiques que l'accord apportera au continent, le nouveau soutien de l'Afrique au lib... Poursuivre la lecture

Par Isidore Kwandja.

En choisissant de nommer comme Premier ministre, un chef d'entreprise publique sans assise parlementaire confortable, le président Félix Tshisekedi apparaît comme le véritable chef de l’exécutif, même s'il n’est pas responsable devant le Parlement.

En effet, la Constitution congolaise en vigueur a institué un régime politique semi-présidentiel qui établit un équilibre des pouvoirs entre le président de la République et le Parlement reposant sur la même légitimité du suffrage universel.

Dans un système... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par François Xavier Noah-Edzimbi. Un article de Libre Afrique

L’unité nationale burkinabé s’effrite progressivement en raison des soubresauts politiques qu’a connus le pays à la suite de l’insurrection populaire de 2014. Depuis 2016, le pays est menacé d’une crise sécuritaire par des groupes djihadistes venus du Mali et qui ont trouvé dans la région du Sahel burkinabé un terreau propice pour se développer. Cinq ans après la chute de Blaise Compaoré, une majorité de Burkinabés se dit favorable à son retour. Comment expliquer la montée d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles