Un périple autour du monde : à Madagascar, on ne rigole pas avec la loi

Face à l’inflexible bureaucratie malgache.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
stop sign credits Clover Autrey (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un périple autour du monde : à Madagascar, on ne rigole pas avec la loi

Publié le 27 août 2015
- A +

Parce qu’un con qui marche va toujours plus loin qu’un intellectuel assis, deux frères sont partis sur les routes depuis de longs mois, traversent les frontières, les villes et les campagnes à l’occasion d’un tour du monde à durée indéterminée, sans casques ni golden-parachutes. Au fil de leur voyage, ils livrent leurs impressions sur des expériences qui les ont marqués.

Aujourd’hui, face à l’inflexible bureaucratie malgache.

stop sign credits Clover Autrey (CC BY 2.0)
stop sign credits Clover Autrey (CC BY 2.0)

À Kampala (Ouganda), trois semaines après avoir croisé mon ami Florian à Mbeya (Tanzanie), je me voyais successivement refuser les visas éthiopien et saoudien (je ne voulais qu’un jour de transit pour faire les 50km entre les Émirats et le Qatar), pendant qu’il voyait son arrivée à Madagascar compromise par des douaniers un peu trop scrupuleux. Nous avions déjà fait part dans un précédent article de notre amour incommensurable pour les douaniers et de quelques moyens pour les berner. De sa plume, il livre à son tour son expérience des uniformes, malgaches cette fois :

Après trois mois et demi à arpenter l’est de l’Afrique je m’envolais gaiement rejoindre un pote à Madagascar. D’après ses retours, à Mada c’est la fête permanente et nous allions bien en profiter. Bref j’étais impatient, d’autant plus que j’allais revoir mon plus vieux compagnon de voyage.

J’arrive donc à l’aéroport d’Antananarivo et commence les formalités administratives : check de santé, achat du timbre et file d’attente pour l’obtention du visa. Une fois au guichet je vois qu’ils vérifient scrupuleusement si l’on a son billet de retour, je n’en ai pas, je n’en prends jamais pour garder de la flexibilité dans mes voyages.

Une fois au guichet, cela devient un gros problème et on me met sur le côté.

Ce n’est que le début d’une longue attente, 27 heures en tout, pour que l’on décide quoi faire de moi qui viens de commettre une si grave infraction aux règles de l’administration malgache.

Quand je suis conduit au bureau de la douane je ne m’inquiète pas. Je n’imagine pas qu’une broutille comme ça puisse être grave, au pire j’achèterai un billet retour immédiatement ou lâcherai un bakchich. J’attends donc, longtemps, je m’emmerde et je tourne en rond. Autour de moi les douaniers sont estomaqués, venir à Madagascar sans un billet retour c’est inimaginable, inconscient, presque criminel. J’ai beau leur dire que j’ai déjà été dans plus de vingt pays, y compris la Russie et la Chine, sans aucun souci, ils sont inflexibles : dans les autres pays peut-être, mais à Madagascar on respecte les règles !

Après deux heures d’attente, je rencontre enfin le chef, en costume militaire, belles épaulettes et chaussures de luxe, il prend l’affaire très au sérieux.

Je m’explique, lui dis que je peux acheter un billet s’il le faut, et avec tous les sous-entendus que ça implique, qu’il y a forcément un moyen de « s’arranger » (il y a cinq personnes autour de nous je ne peux pas lui proposer d’argent devant eux). Il rigole méchamment et me dit qu’il doit réfléchir.

Au bout de quelques temps un employé d’Air Madagascar vient me voir et me propose de réserver un faux billet pour dans trois jours, ainsi j’aurai un visa provisoire et à moi ensuite de me débrouiller pour le faire prolonger. Ça marche pour moi, on fait la commande, on imprime et on retourne voir le chef. Mais non ce n’est pas si simple, si j’ai un avion dans 3 jours je vais devoir attendre 3 jours à l’aéroport. J’abandonne donc l’idée et me prépare à passer la nuit à l’aéroport.

Au cours de ces 27 heures j’ai eu le temps de causer avec tous ceux qui ont un problème avec la douane. Il y a un Kényan qui a bien un billet de retour mais qui visiblement ne plaît pas aux douaniers, il attendra trois heures avant d’obtenir son visa, pendant lesquelles il n’a jamais bien compris pourquoi il était là. Il y a aussi une Malgache, qui veut partir en Chine mais a un problème de visa. Pour une mystérieuse raison, au lieu de rentrer chez elle, elle restera avec nous pendant 24 heures. Le troisième est un Turc qui par je ne sais quel miracle a un visa touriste et un visa étudiant commençant le même jour, un crime odieux qui mérite certainement l’expulsion.

Mais le plus chanceux d’entre nous c’est Thomas le Camerounais, il est volontaire pour une église depuis trois mois, pour faire renouveler son visa il a fait un aller-retour aux Seychelles. Là-bas ils l’ont expulsé parce qu’il n’avait pas assez d’argent. Il restera 24 heures à la douane avant de subir un interrogatoire de police puis trois jours de prison, le temps de trouver les fonds pour payer son retour au Cameroun. Le pire dans tout ça c’est qu’il est ami avec un des douaniers.

Parmi les flics, certains sont assez sympas, nous accompagnent manger, nous installent pour dormir. Du coup on discute un peu et je vois qu’eux aussi trouvent ça stupide. Il y en a même un qui connait l’étudiant turc et essaie de l’aider, je lui saute dessus et lui demande de parler au chef pour moi, il s’enfuit presque en courant… Pas bon signe ça.

Tous mes collègues d’infortune restent d’un calme olympien, assis sur leurs chaises à ne rien faire. Je ne sais pas comment ils font, moi je tourne en rond d’ennui et de rage, je demande toutes les 2 heures où ça en est. Au bout d’un moment je pète un plomb et je gueule, voici plus de 15 heures que cela dure et va falloir trouver une solution avant que je doive passer une autre nuit à l’aéroport. Je finis par apprendre que le chef suprême a pris sa décision et que je rentre à la maison par le premier avion. Pas de possibilité d’arrangement, de pot de vin, rien. Je suis expulsé.

Voilà, je dois donc prendre un billet, à mes frais bien sûr. L’administration locale étant d’une efficacité redoutable, il faudra bien 3 heures (il faut dire que je trouve tous les moyens de faire chier, c’est ma petite revanche mesquine).

Ils refuseront catégoriquement que j’aille ailleurs qu’en France, parce qu’ils sont persuadés qu’aucun pays ne me donnera de visa sans billet de retour…

Il y a bien la possibilité d’aller à La Réunion mais il faut attendre un jour de plus ici, et à ce moment-là, je n’ai qu’une envie, celle de partir de cet endroit.

Juste avant mon départ, le chef des douanes me dira qu’ils ont expulsé vingt personnes pour la même raison depuis le début de l’année, qu’il ne décide pas des lois mais se contente de les appliquer, bête et méchant. Je suis tombé sur le seul type du pays qui respecte la loi, c’est quand même con.

Le pire dans cette histoire est que je connais au moins deux personnes qui sont entrées dans le pays sans billet de retour…


Sur le web

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Madagascar !! tout un poême ! j’adore ce pays
    j’y suis allé deux fois pour bosser ( si! si ! c’est possible ).
    Premier voyage , en arrivant à Antsiranana ( Diégo Suarez ), le hall d’arrivée de l’aéroport doit faire au moins 50 m2 , et bien j’ai passé 5 contrôles successifs de passeport ( !!!! )
    Deuxième voyage , par Antananarivo ( Tananarive ) , j’ai eu droit au flic qui attendait un « cadeau  » , mon passeport à la main , à 2 pas d’un grand panneau annonçant  » Madagascar dit non à la corruption  » 🙂

  • En effet…. « un con qui marche »

    Quel arrogance. Il pensait que les pays devraient changer leur lois juste pour lui ?

    • Être un peu souple avec les lois à la con, c’est une habitude internationale très courante.
      C’est la première fois que j’entends quelqu’un se faire expulser pour si peu. Il est tombé sur un zélé de l’autorité, pas de pot.

    • ça me fait toujours bien rire, ces pays du tiers monde très sourcilleux de l’intégrité de leurs frontières, des fois que des milliers d’européens souhaiteraient les envahir pour profiter de leur politique d’aides sociales généreuses et de leurs services publics à la pointe de la technologie…

    • @Vrai voyageur: Si vous étiez un vrai voyageur vous sauriez que les douaniers sont la pire plaie de ce bas monde avec les gardiens de goulag Nord Coréen.

      Par ailleurs, il est stupide pour un pays comme Madagascar d’appliquer ce genre de lois. Ils vivent essentiellement du tourisme et subissent une immigration quasi nulle. Ce douanier ne rend pas serive à son pays ni à lui meme ni au touristes. C’est un jeu où il n’y a que des perdants.

      Dura lex sed lex me direz vous? Oui, d’ailleurs je ne comprend pas pourquoi on se plaint que les femmes violées sont punies en Arabie Saoudite! Dura lex sed Lex! Pareil pour les gens qui se retrouvent au goulag pour une coupe de cheveux en Corée du Nord: Dura lex sed lex.

  • Franchement si nos crétins de dirigeants européens exigeaient un billet retour de toute personne étrangère arrivant dans le pays, ça chargerait déjà sacrément les choses.

    Au pire, il n’y aurait qu’à exiger un « permis de passage » équivalent au prix du billet d’avion et remboursable au moment de quitter le pays, ce qui éviterait ces tracasseries pour les gens qui s’organisent différemment.

  • @l’auteur , c ‘est en effet une bonne idée d’aller voyager visiblement , vous réalisez le gouffre qui sépare les différents pays .
    « Tous mes collègues d’infortune restent d’un calme olympien » : eh oui , eux savent ce que c’est que de dépendre du bon vouloir d’autrui .
    Ils ont dû vous trouver bien ridicule , bien arrogant et bien stupide alors que vous en aviez les moyens (acheter le billet de retour ) , de vous être collé dans cette situation, par pur caprice .
    J’ai une certaine compassion pour ce fonctionnaire malgache , qui a refusé de se faire acheter par ce jeune français plein de suffisance .
    Un conseil pour vos compatriotes : essayez l’humilité , histoire d’améliorer notre image à l’étranger , sympa , merci .

  • Arrêtez de vous plaindre, vous saviez qu’il fallait un billet de retour. On arrive pas comme ça dans un pays où on est pas résident permanent, sans billet de retour. Chaque pays à ses lois, respectez-les.
    Les malgaches qui désirent se rendre en Europe par exemple, ont l’obligation d’avoir un billet A/R pour obtenir leur visa touriste.

    • « On arrive pas comme ça dans un pays où on est pas résident permanent, sans billet de retour. »

      N’importe quoi. Ça fait 4 ans que je rencontre des centaines de voyageurs qui arrive sans billet retour un peu partout dans le monde.

    • je suis l’auteur de l’article, partout dans le monde il y a des lois que l’on applique et d’autres non. En France il est interdit de cracher par terre pourtant personne ou presque n’applique cette loi. J’ai voyagé dans plus de 15 pays, cette loi du billet de retour n’est généralement jamais appliqué.
      Sinon je ne me plaint pas, j’essaie juste de décrire avec ironie cette situation peu commune d’administration qui oublie le sens commun ( pas forcément pour mon cas mais aussi pour les autres personnes présente)

      • Bonjour,
        Effectivement pas de chance pour vous. Mais la faute à votre pays d’embarquement. Je vis à Mada depuis des années, et à chaque fois que je prends l’avion pour Madagascar, la première question dans le pays d’embarquement est avez vous un billet retour ou êtes-vous résident ? …ce pays rongé par la corruption, ils ont respecté la loi, on ne peut les blâmer.

      • Bravo pour vos reportages, tjs pleins de rebondissements.
        Les douaniers sont malheureusement dans tous les pays détestables, le pire que j’ai vu c’est à Istanbul alors que la première impression d’un voyageur est le contact avec celui-ci.
        Bonne continuation.

  • Les commentaires soutenant cet abruti de douanier sont affligeants et désespérants. Comme si le flux migratoire vers Magagascar était énorme… Pauvreté et corruption extrême, administration et fiscalité délirantes, arrestations arbitraires, insécurité, ce pays est un vrai paradis.

  • Pauvre petite personne qui s’imagine être au dessus des lois, pour avoir voyagé souvent en Afrique Madagascar n’est pas le seul pays qui impose cette règle au simple motif que la France ne va pas prendre en charge le retour des voyageurs désargentés.
    Votre attitude méprisante à l’égard des fonctionnaires malgache que vous avez pris pour des imbéciles en vous imaginant être au dessus des lois via une attitude corruptive vous a empecher de visiter ce magnifique pays, mais ne vous inquiétés pas ce n’est pas une perte pour Madagascar.

    • Cher Florent: Pas une perte pour Madagascar? L’argent de ce voyageur aurait pu nourrir une famille pendant plus d’un mois dans ce pays. Mais si des gens qui crèvent de faim c’est pas une perte, alors tout va pour le mieux dans ce pays n’est ce pas?

  • Salut Greg j’espère que ça va !

    Dis j’ai du louper un épisode mais Alex est passé où?

    Messer (de l’époque des SBS ^^ )

    PS: en général on peut voyager partout avec un aller simple si on peut prouver qu’on a assez pour un vol retour. Même aux USA qui ne sont pas les plus souples là dessus. C’est pas une question d’arrogance ou autre que de montrer que -oui- il existe des fonctionnaires cons et/ou tatillons.

    • Salut Messer, ça fait une paie!
      Alors pour préciser, l’article n’est pas de moi mais d’un pote. Le mieux souvent, est de faire un faux billet d’avion retour, c’est toujours passé pour moi.

      On s’est séparé en Colombie avec Alex. Lui est parti pédaler en Europe avec sa copine qu’il a rencontrée pendant le voyage et moi en Afrique (prochain article dans les pays du golfe). On devrait se rejoindre en Asie centrale d’ici deux mois pour rentrer ensemble en vélo quelques mois plus tard.

      • Question indiscrète: Vous avez pris une année sabbatique? Comment vous financez tous ces voyages?

        • Nous avons tous les deux démissionnés de nos CDI respectifs début 2011 et avons voyagé jusqu’en Australie avec nos économies pendant 14 mois. En Australie, nous avons travaillé deux ans dans une ville minière pour financer la suite du voyage (juillet 2014-février 2016).
          En vélo, on dépense très peu tous les jours.

  • Le problème est justement de respecter des lois quand elles sont stupides. Encore qu’on se demande bien si c’est la loi ou un coup de zèle d’un fonctionnaire du service le plus inutile au monde: la douane.
    Voir des gens réagir à cet article et soutenir les lois stupides d’un pays en retard complet justement à cause de ces lois, c’est assez affligeant.
    La France est encore plus foutue que Madagascar si les français estiment que les malgaches ont raison de se couper du monde

  • Au brave homme qui ne connaît visiblement ce qu’il faut pour obtenir un visa Shenghen et qui se permet de faire la leçon à « nos crétins de dirigeants », pour vous éviter une pénible recherche je vous informe qu’il faut fournir, de mémoire, les pièces suivantes pour avoir l’honneur d’être accueilli en France (de mémoire) :
    – billets d’avion aller-retour
    – attestation d’assurance rapatriement
    – justificatifs de revenus prouvant qu’ils sont suffisamment élevés dans le pays d’origine
    – en cas de visite familiale, attestation d’accueil établie par le maire de la commune de résidence des hôtes

    Et visiblement ça ne suffit pas. Que faire de plus ? Demander encore plus de papiers, qui vont encore plus emmerder les visiteurs de bonne foi et ne feront rien de plus pour les autres…?

    • C’est une excellente question: Pourquoi la France fait elle à ce point la chier les gens qui veulent y venir? Réponse: Parce qu’on y distribue le pognon des francais comme si c’était des flyers publicitaires (C’est d’ailleurs bel et bien des flyers publicitaires, en l’occurence ceux des hommes politiques et des fonctionnaires).

      A Madagascar, ils ont peur de quoi? Qu’on y apporte des gens qui font baisser le taux d’illétrisme (situé autour de 35%)?

      De toute façon c’est simple: Les douaniers ont toujours tort.

      • Les commentaires de certains ici avec plein de condescendance m’enragent. Oui Madagascar est un pays pauvre, oui c’est corrompu mais respectez ce douanier qui a fait respecter la loi malgré tout! Les Africains ne peuvent pas rentrer en France sans billet A/R et d’autres conditions très contraignantes! Baisser l’illettrisme? Ah bon car les touristes sont la bas pour refaire l’éducation nationale malgache?? Ne dites pas n’importe quoi, surtout que certains sont la bas pour faire du tourisme sexuel!

        • Je disais pas qu’il allait enseigner la lecture mais que si par hasard il avait voulu immigrer, le fait qu’il sache lire aurait fait baisser l’illétrisme statistiquement. C’était la pour illustrer le fait que l’immigration des gens riches et instruit n’est un problème pour aucun pays. Or à Madagascar, tous les Européens sont plutôt riches et instruits comparé à la moyenne locale.Ca peut sembler condescendant malgré ma sympathie pour le peuple Malgache mais j’invente pas les stats sur l’analphabétisme ni la pauvreté.

          Faire respecter une loi stupide n’est pas quelque chose que je respecte. De meme je ne respecte pas les flics des stups parce que je pense que la prohibition des drogues est stupide. Avec des raisonnements comme les votres en les poussant a peine plus loin on en viendrait à respecter les gardiens de camp du Goulag Russe ou les gens qui se livrent à la décapitation des femmes adultères en Arabie Saoudite. Eichmann lui meme n’a fait qu’appliquer la loi du Reich avec les juifs. Le respect n#est pas qu’une affaire de respect de la loi.

          Quant au tourisme sexuel, je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit qu’effectivement ceux qui s’y livrent ont la plupart bel et bien un billet de retour.

      • Ma femme, d’origine étrangère, attend toujours votre belle distribution d’argent gratuit. Ses parents, qui viennent régulièrement pour voir leurs petits enfants, aimeraient aussi bien en voir la couleur, bien qu’ils n’en aient pas vraiment besoin chez eux.
        En attendant, ils se paluchent des montagnes de paperasses quand ils viennent ici ou quand ils veulent y rester, ils se font traiter comme des moins que rien par d’obscurs gratte-papiers de préfecture qui sont loin de leur niveau d’étude et, pour ma femme, de leur productivité pour l’économie française. Alors que ma femme donne un emploi à des français. Et au passage, quand elle va à la CAF pour son congé parental on lui explique avec le sourire que « vous comprenez, votre congé maternité s’est terminé le 10 du mois donc ce mois ci n’est pas complet et n’est pas pris en charge par la CAF, et votre congé parental s’est terminé le 10 du mois aussi donc on ne pourra pas prendre en charge ces 10 jours non plus ».
        Si vous avez des tuyaux pour, étant étranger, profiter (de manière honnête) des largesses de la République, nous sommes preneurs, sinon je ne peux que vous recommander de :
        1. vous renseigner – c’est facile, il suffit d’aller n’importe quel matin au bureau des étrangers dans la sous-préfecture la plus proche de chez vous. À condition qu’il soit ouvert, bien sûr ! Une fois sur place, il suffit de regarder, même pas besoin de poser une question.
        2. après seulement, vous pourrez revenir en parler.

  • L’histoire du billet retour comme du prix du visa (gratuit avant) trouve son origine lors de négociations entre les autorités malgaches et françaises sur les conditions d’entrée des malgaches en France. La France n’ayant rien lâché Madagascar à aligné ses conditions d’entrée sur celles de la France. Et c’est leur droit ils sont chez eux…

    • Et c’est très con de la part de la France de n’avoir rien lâché. C’est juste qu’effectivement c’est plus facile pour des riches (francais) de se conformer à ca qu’à des malgaches. Les puissants abrutis qui nous dirigent, et ne payent ni leurs voyages (ou le payent avec notre pognon) et voyagent sans visa avec un passeport diplomatique n’en ont effectivement rien à taper du touriste de base et de la complexité que ca leur apporte.

  • La France peut se permettre et exiger un billet A/R car elle est riche mais Madagascar pauvre n’a pas intérêt? Ce genre de phrase hautaine, gardez le pour vous. Ce n’est pas Parce qu’on est pauvre qu’on devrait vous faire allégeance . Le tourisme rapporte bcp d’argent à Mada? NON, A l’échelle nationale c’est juste un pipi de chat car avec l’infrastructure qui existe, la campagne (brousse malgache) qui se trouve enclavé ne voit rien du bénéfice du tourisme, il n’y a que les villes ou îles touristiques qui peuvent en profiter et encore ce sont des expatriés et les riches (hôtels et bungalows) qui ramassent le plus gros car les malgaches sont employés en salaire local (donc misérable) par les propriétaires d’hôtels qui sont déjà riches. Donc non, le fait qu’il n’ait pas pu rentrer n’est pas une perte pour Madagascar !
    Et laisse moi vous dire une chose, ne voyagez pas dans un pays (peu importe le pays) si vous n’avez aucun respect pour ce pays ou que vous ayez des aprioris et un complexe de supériorité!

    • une minute: Qui a cautionné le fait que la France demande aux visiteurs d’avoir un billet de retour? Ca me choque autant que l’attitude de Madagascar! Par contre ca s’explique par cette stupide politique de répartition: Quand on donne de l’argent à n’importe qui, il faut effectivement éviter d’accueuillir la misère du monde. Ca s’explique mais ca ne justifie rien.
      Dans le cas de Madagascar, je comprends pas ce que le pays retire comme bénéfice de cette obligation.

      Personne ne vous demande de faire allégeance à qui que ce soit, mais en revanche je me demande si vous demandez aux 298 millions d’euros d’aide reçus de la France s’ils ont aussi un billet de retour. Il m’est avis que non. Ca représente presque 3% du PIB Malgache et encore ça n’inclue pas les dons des associations privées françaises. Moi, quand je veux être totalement indépendant de quelqu’un je commence en général par ne pas accepter de cadeau pour ne pas me sentir redevable.

      Les Malgaches payés une misère dans les hotels sont ils forcés d’y travailler? Je ne pense pas. Préfèrent ils ce sort à une misère encore pire? Ca ne m’étonnerait pas du tout. Que des agriculteurs locaux écoulent des produits auprès des hotels ne me semble pas impossible non plus. Les statistiques auxquelles j’ai accès parlent de 15% du PIB. C’est quand meme pas rien. Alors peut etre que les profits ne vont que marginalement aux malgaches de souche et majoritairement aux riches immigrés. Mais ces riches immigrés sont bien obligés de dépenser leur fric sur place.

      Concrètement, Madagascar est une ile riche en terme de ressources naturelles, dont les besoins de dépenses militaires sont faibles (insularité, et faible menaces extérieures) et dont la pauvreté est essentiellement explicable par la catastrophe politique et la corruption qui y reigne (« All economic catastrophes are politically explainable. » Thomas Sowell) . Le tourisme est un apport réel à cette économie. Le nier c’est manquer de réalisme. Ca fait entrer des devises étrangères, ca réduit le chômage, ca attire des capitaux étrangers, et ca crée une demande solvable pour des biens produits sur place entre autre.

      Oui ce douanier a fait respecter la loi, non son attitude intransigeante avec cette loi stupide ne rend pas du tout service à son pays, ni à lui même. Il n’y a QUE des perdants avec cette loi et cette attitude. Les étrangers comme les locaux et les douaniers.

      Non, Madagascar ne devrait pas dans son propre intérêt demander aux touristes d’avoir un billet de retour. Non, les oduaniers ne sont pas particulièrement méritants de faire respecter cette loi stupide. Tout au plus sont ils excusables parce qu’ils se protègent de leur hierarchie.
      Non, la France non plus ne devrait pas demander de billet de retour aux visiteurs, mais oui c’est logique qu’ils le fassent à cause leur inepte politique socialiste. C’est une ineptie qui vient d’une autre ineptie. Ca ne la rend pas moins inepte.

    • entre ne pas prendre de billet de retour parce qu’on ne connait pas encore la date exacte de son retour et n’avoir aucun respect pour le pays y a une marge non?
      Et quand au complexe de supériorité j’ai juste voulu mettre de l’ironie dans l’article parce que dans la vie faut rigoler bordel

  • Vous savez, des lois stupides il y en a partout. Maintenant si cette loi existe et qu’une personne l’applique « bêtement », on n’y peut rien et cette personne ou pays a le droit de le faire. Cela peut nous enrager mais c’est une realité. Je ne parle de cautionner n’importe quoi comme vous insinuez avec le goulag Pointe d’humour dans l’article, je ne l’ai pas forcément senti ou alors venant d’un non malgache ça sonne faux, comme on dit il y a toujours une vérité derrière le « non je rigole »… Bref, vous aimez voyager, respectez les conditions requises, vous ne connaissez pas votre date de retour, des billets modifiables et remboursables existent… On ne va pas expliquer pourquoi Mada est dans sa situation actuelle(économie , politique, etc), on parle de voyage, tourisme

    • Les raisons qui poussent des milliers de voyageurs chaque année à prendre le risque de rentrer sans billet retour ou avec un faux plutôt que de passer par le système du billet modifiable forme un principe de voyage et un sentiment que vous ne semblez pas en capacité de comprendre puisque vous êtes capable de lier l’amour du voyage et le respect des conditions légales.

  • Une autre précision, des européens clandestin à Madagascar ? Oui ça existe, invraisemble que cela puisse paraître, j’en connais personnellement
    Bon comparé aux clandestins de France ce n’est rien mais cela reste une réalité de Madagascar aussi.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christian Michel.

À toute violation du droit, deux réponses sont requises – sanctionner les auteurs, assister les victimes. Ces réponses ne sont pas toujours possibles. L’auteur peut se trouver hors d’atteinte, la victime au-delà de toute assistance, morte, par exemple.

Mais tant qu’existe une possibilité de redresser ce qui a été indûment causé, il nous incombe de la saisir. Le gouvernement de la République populaire de Chine se rend coupable aujourd’hui d’une claire violation du droit. Il faut y répondre.

Les faits

... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Depuis 2020, la plupart des pays ont fermé leurs frontières au nom de la supposée sécurité des citoyens. On aurait pu croire que ces restrictions auraient été relâchées avec la vaccination. Mais tout libéral qui se respecte sait qu’il n’y a rien de plus permanent qu’une mesure gouvernementale temporaire.

L'Union européenne interdit certains voyages non essentiels

Ainsi, l’Union européenne a remis son interdiction de voyage qualifié de non essentiel envers cinq pays, dont les États-Unis et Israël. Par contre,... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Tourre.

Pour ceux qui auraient envie d’un dernier bol d’air frais avant l’open space, je recommande la lecture de quelques récits de voyage d’Alexis de Tocqueville.

Alexis de Tocqueville (1805-1859) occupe une place à part parmi les auteurs libéraux classiques. Cet honnête homme, pétri par les valeurs de l’Ancien Régime, observe avec une curiosité souvent bienveillante et parfois inquiète le monde démocratique libéral éclore – en Amérique et en Europe – et remplacer le monde d’où il vient. Contrairement aux réactionna... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles